RAL­LYE EN GEORGIE

À tra­vers le Cau­case – à bord d’une GAZ Vol­ga…

Octane (France) - - Sommaire - Texte Pe­ter Ba­ker Pho­tos Pe­ter Bar­ker, autres par­ti­ci­pants et Ala­my

Ce­la fait 2 heures que le vol pour Tbi­lis­si a dé­col­lé et je me pose plein de ques­tions: dans quoi me suis-je em­bar­qué ? La Géor­gie a non seule­ment des fron­tières avec la Rus­sie, la Tur­quie, l’ar­mé­nie et l’azer­baïd­jan, mais aus­si une ré­pu­ta­tion par­fois sul­fu­reuse. Est-ce que je vais re­vivre le ral­lye Liège-is­tan­bul­liège de 1997, où j’ai par­cou­ru une cam­pagne bos­niaque par­se­mée de ma­té­riel mi­li­taire aban­don­né, ai été ar­rê­té toutes les 30 mi­nutes par des po­li­ciers gour­mands de pots-de-vin sous pré­texte de faux ex­cès de vi­tesse et ai pas­sé mes nuits dans des hô­tels où même les chats pre­naient des ca­chets contre les in­di­ges­tions ? J’ai le plai­sir de vous an­non­cer que j’avais faux sur toute la ligne. En Géor­gie, 3 mil­lions de ci­toyens vaquent à leurs ac­ti­vi­tés dans un pays en­core plus pe­tit que la Suisse, qui s’étale entre les mon­tagnes en­nei­gées du Cau­case et la Mer Noire, ab­so­lu­ment in­cons­cients de vivre dans un pa­ra­dis pour les conduc­teurs de voi­tures clas­siques. Pour preuve, je suis re­ve­nu sain et sauf du pre­mier ral­lye his­to­rique or­ga­ni­sé en Géor­gie, ap­pe­lé “Dri­ving With Zoë” [Conduire Avec Zoë], or­ga­ni­sé par Zoë Whit­ta­ker et le dé­par­te­ment du tou­risme géor­gien et se dé­rou­lant entre le 27 mai et le 1er juin der­nier.

Non seule­ment sain et sauf, mais aus­si avec un bien meilleur sens de l’hu­mour, après 5 jours der­rière le vo­lant (ou en des­sous) d’une GAZ-21 Vol­ga russe de la fin des an­nées 60, une voi­ture dont le pa­re­brise ex­tra-large, les sièges lisses et glis­sants, l’abon­dance de chromes et les pas­sages des rap­ports au vo­lant m’ont im­mé­dia­te­ment rap­pe­lé la Vaux­hall Vic­tor que j’ai un jour pos­sé­dée. Pour le Géor­gien moyen, la Vol­ga a tou­jours été un ob­jet de dé­sir hors de por­tée, tou­te­fois un bref es­sai lui au­rait sans doute fait chan­ger d’avis. Nous sommes le sa­me­di 26 mai, la veille du ral­lye, et l’am­biance à Tbi­lis­si est à la fête. Tout le pays cé­lèbre les 100 ans de l’in­dé­pen­dance sur la “Mère Rus­sie”, alors il n’est pas ques­tion de pen­ser se cou­cher tôt et je me pro­mène le long de l’ave­nue Sho­ta Rus­ta­ve­li vers la Place de la Li­ber­té, agi­tant mon dra­peau comme tout le monde. J’adore dé­jà cet en­droit et ça ne fait que 24 heures que je suis là. 9h du ma­tin le di­manche. Alors que la ville est tou­jours en pleine gueule de bois, la cé­ré­mo­nie pré­cé­dant le ral­lye – ima­gi­nez le maire, une fan­fare de cuivres et les mé­dias lo­caux – est lan­cée. Puis, à mi­di pré­cise, à quelques mi­nutes près (c’est la Géor­gie et quelques par­ti­ci­pants sont en­core at­ten­dus), un si­lence tombe sur la place. Le maire lève le dra­peau du dé­part – si ce n’est que quel­qu’un a ou­blié le dra­peau of­fi­ciel chez lui – le Big Band Or­ches­tra de Tbi­li­si en­tonne (Is this the way to) Ama­rillo, au plus grand plai­sir de ceux qui ont en­vie de conti­nuer la fête, et sou­dain les 12 vé­hi­cules par­ti­ci­pant au tout pre­mier ral­lye his­to­rique géor­gien dé­collent à la queue leu leu en di­rec­tion de la pre­mière sta­tion-ser­vice, à 10 km de là.

Sens ho­raire à par­tir d’en bas à gauche

Tur­ner/black­hall dans leur Opel (ou une co­pie Mosk­vitch) d’ori­gine in­con­nue. Un fier pro­prié­taire de GAZ Po­bie­da. Zoë Whit­ta­ker à la ren­contre des lo­caux et au vo­lant d’une Opel Tou­rer. Un ber­ger so­li­taire. De nou­velles bou­gies pour la Vol­ga. Le dé­part. Une autre GAZ, une 69 4x4.

90

92

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.