ACTUS & ÉVÉ­NE­MENTS

Le Blue­bird re­mis à flot, In­ter­clas­sics Brus­sels, Ser­gio Mar­chionne…

Octane (France) - - Sommaire - Texte John Si­mis­ter Pho­tos Ala­my et Get­ty Images

70 ans après avoir été re­pê­ché, consi­dé­ra­ble­ment abî­mé, du fond du lac de Co­nis­ton Wa­ter (Com­té de Cum­bria, An­gle­terre), le Blue­bird K7 a de nou­veaux na­vi­gué par ses propres moyens. La scène s’est dé­rou­lée sur le Loch Fad, si­tué sur l’île de Bute, sous le re­gard de la fille de Do­nald Camp­bell, Gi­na, et de nom­breux connais­seurs. Ces es­sais sont le point culmi­nant d’une res­tau­ra­tion qui a du­ré 15 ans, com­man­di­tée par le mu­sée Rus­kin de Co­nis­ton, à qui Gi­na Camp­bell a lé­gué le K7 en 2006, et di­ri­gée par Bill Smith, un in­gé­nieur et plon­geur ama­teur qui en a dé­cou­vert l’épave en 2001. Ils font suite à un pre­mier es­sai, en 2016, du mo­teur à ré­ac­tion Bris­tol Sid­de­ley Or­pheus de rem­pla­ce­ment, don­né par De Ha­villand Avia­tion en 2007 – l’ori­gi­nal étant ir­ré­pa­rable.

Une fois K7 à l’eau, le pi­lote d’es­sai Ted Walsh a réa­li­sé quelques pas­sages jus­qu’à 160 km/h – le tiers de la vi­tesse à la­quelle le ba­teau na­vi­guait le 4 jan­vier 1967 lors­qu’il s’est re­tour­né et a per­cu­té l’eau, tuant Camp­bell sur le coup – pour vé­ri­fier l’étan­chéi­té de l’em­bar­ca­tion et si ses com­mandes ré­pon­daient bien. Il a éga­le­ment ar­rê­té et re­dé­mar­ré le mo­teur avec suc­cès. Mal­heu­reu­se­ment, la ver­rière a ex­plo­sé lorsque Walsh a ra­len­ti du­rant son der­nier pas­sage, se dé­ta­chant et tom­bant à l’eau. L’équipe du Blue­bird Pro­ject a twee­té: « Les prises d’air que nous avons re­rou­tées pour évi­ter à l’ad­mis­sion d’im­plo­ser comme en 1966 ont tra­vaillé contre nous, pres­su­ri­sant l’ha­bi­tacle quand Ted a re­lâ­ché l’ac­cé­lé­ra­teur et fai­sant écla­ter la ver­rière en mille mor­ceaux. Oups! Nous en fa­bri­quons une nou­velle en ce mo­ment. »

« J’es­saye de ne pas trop pen­ser au pas­sé, in­dique Walsh. Je dois me concen­trer sur les as­pects tech­niques. Bien sûr je res­pecte et j’ho­nore la mé­moire de Do­nald Camp­bell, mais la meilleure fa­çon de le

faire est de s’as­su­rer que le Blue­bird se com­porte comme il le de­vrait. » Après le pre­mier es­sai, il a dé­crit ses sen­sa­tions comme « ab­so­lu­ment in­croyables ».

Bill Smith ap­prouve: « Ça a mar­ché! Comme un bou­let de ca­non. Main­te­nant, nous nous en­traî­nons sur le Loch Fad, parce que per­sonne ne sait vrai­ment com­ment il se com­porte. Nous es­pé­rons que nous pour­rons en­suite le pré­sen­ter à grande vi­tesse en Cum­bria ». Le Blue­bird Pro­ject a été contro­ver­sé, cer­tains op­po­sants con­si­dé­rant que le K7 au­rait dû être ex­po­sé dans son état ac­ci­den­té ou même lais­sé au fond du lac. Gi­na Cam- pbell sou­tient le pro­jet avec en­thou­siasme, mais elle in­siste sur le fait qu’il n’est pas pré­vu d’em­me­ner K7 aux vi­tesses at­teintes par son père et qu’elle ne veut pas que qui­conque d’autre perdre la vie en pour­chas­sant les re­cords de vi­tesse.

« Il n’y au­rait rien de pire que quelque chose tourne mal de nou­veau et que quel­qu’un soit bles­sé. Il ar­rive des choses quand de jeunes gens se re­trouvent à bord d’en­gins qui peuvent al­ler très, très vite, mais j’es­père que le bon sens l’em­por­te­ra. Ce­la ne vaut pas la peine de ris­quer la ma­chine ou la vie d’un homme. »

12

Sens ho­raire La pre­mière ver­sion du Blue­bird K7, vu ici en 1958, avant que Do­nald Camp­bell ne trouve la mort à Co­nis­ton Wa­ter en 1967. Dé­sor­mais res­tau­ré, le Blue­bird K7 a été es­sayé sur le Loch Fad, le 5 août der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.