Ha­fler HA75

HA75

On Magazine - - SOMMAIRE -

S’il est des noms qui ont construit l’his­toire de la Haute Fi­dé­li­té, Ha­fler en fait par­tie, grâce à Da­vid Ha­fler son créa­teur que cer­tains jour­na­listes n’hé­si­taient pas, à la glo­rieuse époque, à com­pa­rer à Hen­ry Ford. Cette marque, très pri­sée dans l’uni­vers pro, pro­pose, de­puis quelque temps, dans son ca­ta­logue un am­pli casque ori­gi­nal par ses pos­si­bi­li­tés, le HA75, dis­po­sant de mul­tiple pos­si­bi­li­té d’adap­ta­tion. par Pierre-yves Ma­ton

La marque Ha­fler, du nom de son fon­da­teur Da­vid Ha­fler (1917-2003), s’est fait connaître en France dans les an­nées 80 avec un pré­am­pli (éga­le­ment ven­du en Kit), le DH101 et un am­pli de puis­sance le DH200, le tout pre­mier à uti­li­ser des étages de puis­sance avec des tran­sis­tors Mos­fet. Mais bien avant cette époque, dès le dé­but des an­nées 1950, Da­vid Ha­fler s’était dé­jà fait re­mar­qué dans le monde de l’au­dio avec son as­so­cié Herb Ke­roes, par la concep­tion et réa­li­sa­tion de trans­for­ma­teurs pour am­pli­fi­ca­teurs à tubes sous la marque Acro­sound (ori­gi­naire de Phi­la­del­phie en Penn­syl­va­nie - Étatsu­nis). Par la suite, en 1955, il in­ven­ta avec un se­cond as­so­cié, Ed Laurent, in­gé­nieur du son de son mé­tier, un tout nou­veau cir­cuit de puis­sance pour am­pli­fi­ca­teur à tubes, et créa la so­cié­té Dy­na qui de­vint Dy­na­co. Après son tout pre­mier mo­dèle «MKII 50 Watt» dis­po­nible mon­té ou en kit, c’est sur­tout avec le mo­dèle ST-70 lan­cé en 1959 que la marque connut un vrai suc­cès avec plus de 350 000 exem­plaires ven­dus à tra­vers le monde. D’ailleurs, le Dy­na­co ST-70 est tou­jours connu pour être un des am­pli­fi­ca­teurs les plus fiables au cô­té de mo­dèles Mcin­tosh ou Quad. La marque Ha­fler fut en­fin le troi­sième bé­bé de Da­vid Ha­fler et fon­dée en 1977 tou­jours dans la ré­gion de Phi­la­del­phie, mais du cô­té du New Jer­sey cette fois-ci. Ses pre­mières pro­duc­tions furent donc le pré­am­pli DH101 et l’am­pli DH200. Au­joud’hui, les deux marques Dy­na­co et Ha­fler font par­tie du groupe Ra­dial tou­jours très tour­né vers le monde de l’au­dio pro­fes­sion­nel et ce­lui des mu­si­ciens comme l’at­teste l’am­pli casque HA75 et toutes ses pos­si­bi­li­tés.

Un mon­tage hy­bride à double triode et étage de puis­sance à tran­sis­tors po­la­ri­sés en Classe A

Sur le plan tech­nique, le Ha­fler HA75 comme beau­coup de ses concur­rents as­so­cie tube et tran­sis­tor. Nous avons donc au coeur de l’ap­pa­reil un mon­tage as­so­ciant le pre­mier étage d’en­trée avec un tube 12AX7 d’ori­gine chi­noise (ap­pe­lé aus­si EEC83) qui dé­ploie un gain as­sez fort et sur le­quel est ap­pli­qué une ten­sion de 140 V. C’est l’élé­ment qui donne le son as­sez chaud et dense à

l’am­pli­fi­ca­teur, rai­son de sa pré­sence ici. Ce tube est mon­té sur une carte fille avec un sup­port en cé­ra­mique, c’est toutes les ou­ver­tures de l’ap­pa­reil qui dis­sipe la cha­leur dé­ga­gée. Viennent en­suite deux étages de sor­tie pour ob­te­nir les 30 db de gain du HA75. C’est un mon­tage uti­li­sant un double push-pull de tran­sis­tors bi­po­laires (BJT) On Se­mi­con­duc­tor, DB438G et 437, qui sont po­la­ri­sés en Classe A et sans contre-réaction. Le choix du sché­ma, l’im­plan­ta­tion sur une seule et même carte, est très clas­sique, ce qui l’est moins se trouve dans les pos­si­bi­li­tés de ré­gler l’ap­pa­reil sui­vant l’im­pé­dance du casque uti­li­sé ou d’autres ré­jouis­sances sur les­quelles nous al­lons re­ve­nir. Le châs­sis du HA75 est d’une so­brié­té ab­so­lue. Ha­fler tra­vaille beau­coup avec le monde pro­fes­sion­nel et ce­la se voit. Le châs­sis est tout en mé­tal sans au­cune fio­ri­ture ni re­cherche de de­si­gn. Il a été ma­ni­fes­te­ment des­si­né pour éva­cuer la cha­leur tant du tube que des tran­sis­tors de sor­tie. Nous avons un cof­fret en mé­tal et acier de bonne épais­seur. Ce­lui-ci est pas mal ajou­ré pour jouer son rôle de dis­si­pa­teur de cha­leur (il n’y en a pas d’autre). Il sert aus­si pour pro­té­ger l’ap­pa­reil des champs ma­gné­tiques ex­ternes et des in­ter­fé­rences RF. L’ali­men­ta­tion est to­ta­le­ment ex­terne, elle est plu­tôt gé­né­reuse pour un ap­pa­reil rem­plis­sant la fonc­tion d’am­pli casque. N’ou­blions pas que Ha­fler in­dique que son HA75 peut dri­ver des casques al­lant de 8 à 400 ohms.

Un am­pli qui offre plu­sieurs ré­glages pour adap­ter son fonc­tion­ne­ment à vos goûts et au casque qu’il ali­mente

La face avant dis­pose, outre son po­ten­tio­mètre de vo­lume plan­té en plein mi­lieu et ses deux sor­ties pour casque au stan­dard Jack 6.35 mm, d’un cer­tain nombre d’autres fonc­tion­na­li­tés. Nous avons un sé­lec­teur de source asy­mé­trique ou sy­mé­trique, un po­ten­tio­mètre ap­pe­lé Feed­back qui per­met d’ajou­ter du taux de contre-réaction aux étages de puis­sances (utile sui­vant l’im­pé­dance du casque bran­ché). On note éga­le­ment un troi­sième po­ten­tio­mètre Fo­cus qui va jouer sur l’image sté­réo­pho­nique per­çue et en­fin un pe­tit in­ver­seur à trois po­si­tions : Bass-en­han­ced pour plus de grave, neutre et en­fin Loud­ness (aug­men­ta­tion des ai­gus et grave pour une écoute à bas ni­veau). L’ar­rière compte 3 en­trées (2 RCA et une sy­mé­trique XLR) ain­si que deux types de sor­ties, la pre­mière THRU et une se­conde TUBE Out qui va of­frir à un bloc de puis­sance la cha­leur du tube, et uni­que­ment ce­la. Comme nous le voyons, le HA75 pos­sède pas mal de pos­si­bi­li­tés, un peu trop peut-être pour l’uti­li­sa­teur lamb­da. C’est très cer­tai­ne­ment l’in­fluence du monde pro et de ses be­soins spé­ci­fiques qui a gui­dé les in­gé­nieurs lors de la concep­tion de cet am­pli casque.

À l’écoute : un am­pli casque très ri­gou­reux et in­for­ma­tif, mais aus­si très ver­sa­tile

Dé­jà à l’époque (au siècle der­nier ;-), il se dé­ga­geait des ap­pa­reils Ha­fler une ab­sence no­table de co­lo­ra­tions qui se mé­lan­geait avec une douce im­pres­sion de force conte­nue, mais prête à vous lais­ser sur place si la mu­sique le ré­cla­mait. Un ca­rac­tère d’ailleurs qui, lorsque nous avons pu ren­con­trer Da­vid Ha­fler en per­sonne, trans­pa­rais­sait. Et bien, cet am­pli casque va exac­te­ment dans le même sens. Il n’est pas en­jô­leur, il n’est pas flat­teur, mais nous ré­serve des sur­prises quant à sa ca­pa­ci­té de pi­lo­ter des casques même dif­fi­ciles. Avec notre Hi­fi­man Edi­tion X, nous ne sommes ja­mais à court de puis­sance, sen­tant même qu’une bonne

ré­serve est tou­jours là même à des ni­veaux éle­vés. Sur le plan des timbres, la pré­sence du tube en en­trée n’est pas si mar­quée, elle n’en­va­hit pas le son des ron­deurs ha­bi­tuelles tout en don­nant aux timbres une belle tes­si­ture et beau­coup de corps. La ré­gion mé­dium semble donc par­ti­cu­liè­re­ment bien équi­li­bré sans pour au­tant que la trans­pa­rence n’ap­pa­raissent comme la qua­li­té pre­mière de cet am­pli casque. C’est plus raf­fi­né que ce­la : le HA75 ar­rive à se mon­trer très pré­sent tout en conser­vant un sens du rythme comme un res­pect de l’équi­libre to­nal qui en fait un ap­pa­reil à la fois po­ly­va­lent et donc in­té­res­sant. La dy­na­mique est bien ré­par­tie sur l’en­semble du spectre, et en ce­la nous fait pen­ser au son qu’aime les pros : de l’équi­libre, mais aus­si de la pêche. Le disque «Can’t We Be Friend» réunis­sant El­la Fitz­ge­rald et Louis Arm­strong nous dé­montre qu’un am­pli peut se mon­trer sage et ex­trê­me­ment vi­vant en même temps. Pour ceux qui re­cherchent avant tout une écoute chaude et suave, il fau­dra al­ler voir ailleurs, là nous sommes dans le do­maine de l’in­tran­si­geance sur la qua­li­té des en­re­gis­tre­ments comme sur la bonne res­ti­tu­tion des timbres si dif­fé­rents des deux voix (d’el­la et Louis). De plus, on se sent par­ti­cu­liè­re­ment proche de ces deux gé­nies mu­si­caux. Louis Arm­strong avec sa voix rauque et pour­tant si at­ta­chante nous ra­vit tan­dis qu’el­la Fitz­ge­rald sait nous em­me­ner avec per­fec­tion dans d’autres re­gistres. La contre­basse est bien te­nue : ni trop pré­sente ni trop écar­tée de la scène so­nore qui pri­vi­lé­gie la proxi­mi­té à la lar­geur et à la pro­fon­deur des plans. Oui vrai­ment c’est un son proche de ceux qui tra­vaillent en stu­dio par son cô­té bon élève qui res­ti­tue­ra la vé­ri­té et rien que la vé­ri­té. Et l’on re­trouve avec plai­sir un mor­ceau de Lio­nel Ri­chie, «All Night Long» que nous écou­tions beau­coup en au­di­to­rium à la glo­rieuse époque d’ha­fler. Toutes les pe­tites per­cus­sions du dé­but trouvent la une belle ma­tière, on n’a pas seule­ment le son des frappes, mais éga­le­ment la na­ture exacte des ins­tru­ments jouée. De plus, il est clair que le bat­teur comme le per­cus­sion­niste s’amusent réel­le­ment à agré­men­ter ce mor­ceau de mille so­no­ri­tés par­fai­te­ment pla­cées en hau­teur et en ti­ming. D’autre part et au mi­lieu du coeur, la basse élec­trique ne perd rien de son ar­ti­cu­la­tion, le grave s’an­nonce ferme et d’un fort bon ni­veau. Les ma­rim­bas qui sur­gissent en­suite ont vrai­ment leur ca­rac­tère propre, avec toute la tes­si­ture que dé­gage le bois comme la frappe. Les cuivres étin­cellent avec tou­jours une cer­taine ré­serve. L’en­semble est par­fai­te­ment équi­li­bré et vi­vant. En s’amu­sant à jouer sur le po­ten­tio­mètre Fo­cus, on ob­tient en ef­fet, lorsque nous le pous­sons à fond, une im­pres­sion de rap­pro­che­ment de Lio­nel Ri­chie qui s’ac­com­pagne d’un gain de ni­veau dans le bas (ce se­ra une his­toire de goût à ce ni­veau). Et en tes­tant les trois po­si­tions du sé­lec­teur «Vox», c’est la po­si­tion mé­diane (B) qui nous a sem­blé la plus réa­liste. Là en­core, tout dé­pen­dra des en­re­gis­tre­ments comme du casque uti­li­sé.

Conclu­sion

L’am­pli casque Ha­fler HA75 ne se­ra pas à mettre entre toutes les oreilles, en tout cas pas de celles qui pré­fèrent des so­no­ri­tés soyeuses et lu­mi­neuses dans le haut. Sans être aus­tère, cet am­pli a ce son Pro pour qui la ré­so­lu­tion et le nombre d’in­for­ma­tions prime avant toute autre chose. Il cache aus­si des pos­si­bi­li­tés de ré­glages et d’adap­ta­tions qui en font un pro­duit par­ti­cu­liè­re­ment aty­pique et le ren­dront par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant dans cer­tains cas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.