Line Ma­gne­tic LM-MINI84IA

IJ-JINIU4IA

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre-yves Ma­ton

ia so­cié­té chi­noise iine ja­gne­tic Au­dio a fait une en­trée as­sez re­mar­quée sur le mar­ché au­dio­phile hexa­go­nale. mlu­sieurs ré­com­penses ont été at­tri­buées par la presse fran­çaise no­tam­ment pour son in­té­gré Hi­fi à tubes LM-211IA. Mais est-ce que son am­pli­fi­ca­teur à tubes pingle En­ded pour casque JINI-U4IA va ren­con­trer le même suc­cès ?

Le MI­NI-84IA est le seul am­pli­fi­ca­teur casque to­ta­le­ment à tube que nous ayons tes­té ces der­nières an­nées. Il ne se­rait pas en être au­tre­ment de la part de cette jeune firme chi­noise pour qui les réa­li­sa­tions du pas­sé, les ap­pa­reils lé­gen­daires, sont au­tant d’exemples à suivre au­jourd’hui. Cette so­cié­té a été fon­dée, en 2005, par deux frères, tous deux fa­rouches au­dio­philes pas­sion­nés, avec l’idée de ré­pa­rer comme de faire des ré­pliques exactes d’ap­pa­reils Hi­fi, no­tam­ment les lé­gen­daires réa­li­sa­tions amé­ri­caines des an­nées 1950, des ap­pa­reils my­thiques qui ont fa­çon­né l’his­toire de la Haute Fi­dé­li­té. Line Ma­gne­tic Au­dio a donc tout d’abord dé­mar­ré ses ac­ti­vi­tés en de­ve­nant LE spé­cia­liste mon­dial de la ré­pa­ra­tion et de la réa­li­sa­tion de ré­pliques de haut-par­leurs à com­pres­sion et d’élec­tro­niques de marque amé­ri­caine Wes­tern Elec­tic, puis a éten­du leurs ac­ti­vi­tés vers d’autres fi­gures de la haute-fi­dé­li­té de l’époque comme Al­tec, Jen­sen... On trouve sur In­ter­net d’ex­cel­lents ar­ticles d’art Dud­ley, du ma­ga­zine amé­ri­cain Ste­reo­phile, suite à des écoutes de ré­pliques réa­li­sées par Line Ma­gne­tic, en l’oc­cur­rence celles des fa­meux twee­ters 597A, ori­gi­nel­le­ment de chez Wes­tern Elec­tric. Du­rant plu­sieurs an­nées, Line Ma­gne­tic Au­dio a donc eu cette place de spé­cia­liste de la res­tau­ra­tion et de la réa­li­sa­tion de ré­pliques, puis ré­cem­ment s’est lan­cé dans la concep­tion de ses propres gammes d’élec­tro­niques, de sources, d’en­ceintes à haut ren­de­ment, de haut-par­leurs et d’ali­men­ta­tions.

L’es­prit «Re­pli­ca» à des ta­rifs ul­tra com­pé­ti­tifs

Mais ce n’est pas pour au­tant que la phi­lo­so­phie qui gou­ver­na ces deux frères les quit­ta comme tous les in­gé­nieurs qui les ont re­joints lors­qu’ils ont lan­cé leurs propres pro­duc­tions. Tous les am­pli­fi­ca­teurs que pro­pose Line Ma­gne­tic Au­dio ré­pondent aux mêmes exi­gences tech­niques avec un choix dra­co­nien des com­po­sants, un câ­blage «en l’air» des cir­cuits, le tout pro­po­sé à des ta­rifs ul­tra com­pé­ti­tifs. La preuve nous en est don­née avec leur mo­dèle ML-21 1IA, uti­li­sant un push-pull de 4 tubes EL24 qui a rem­por­té pas moins de trois prix de la presse fran­çaise. Pre­mier am­pli Hi­fi in­té­gré de la sé­rie Clas­sique de Line Ma­gne­tic, il est pro­po­sé

à 1400 € et a, ef­fec­ti­ve­ment, de quoi sé­duire avec son look vin­tage et ses qua­li­tés de den­si­té so­nore, comme de ri­chesse en timbres.

Un ap­pa­reil pas si mi­ni qui peut jouer plu­sieurs rôles : am­pli casque, pré­am­pli ou In­té­gré Hi­fi pour EN­CEINTES à ul­tra Haut ren­de­ment

Le LM-MI­MI-84IA n’échappe donc pas à ces prin­cipes. Il est fa­bri­qué avec la même ri­gueur et sui­vant les mêmes prin­cipes. Il a trois rôles, car il peut ser­vir d’am­pli­fi­ca­teur pour casque bien en­ten­du, mais aus­si de pré­am­pli­fi­ca­teur et, plus sur­pre­nant, il peut ré­ser­ver sa puis­sance de 2 x 3 watts pour des en­ceintes à ul­tra haut ren­de­ment. Comme pour beau­coup d’autres ap­pa­reils de Line Ma­gne­tic, le LM-MI­MI-84IA ne brille pas par une pré­sen­ta­tion af­frio­lante. C’est même bien le contraire puisque ce pe­tit bloc tra­pu est fa­bri­qué tout sim­ple­ment à par­tir de tôle pliée et sou­dée. Juste de­vant les trois trans­for­ma­teurs (un pour l’ali­men­ta­tion et deux de sor­ties), une sorte de grille pro­tège les deux ran­gées de tubes de l’ap­pa­reil. La face avant noire brillante n’offre que peu de choix avec une com­mande de vo­lume d’un cô­té et un sé­lec­teur pour choi­sir entre une écoute au casque ou avec des en­ceintes. Et si vous cher­chez la mise en route, l’in­ter­rup­teur est sur le flanc gauche de l’ap­pa­reil. Le LM-MI­NI-84IA n’ac­cepte qu’un seul casque sur prise stan­dard jack fe­melle 6.35 mm. À l’ar­rière sont ran­gées toutes les prises de connexion avec 2 paires de RCA do­rées à l’or fin (l’une pour l’en­trée ana­lo­gique, l’autre pour la sor­tie) tan­dis qu’une double paire de bornes HP ac­cepte tout type de rac­cor­de­ment : fil nu, ba­nane et fourche. La construc­tion est sobre, ef­fi­cace avec le mi­ni­mum qu’il convient.

Un Am­pli qui vous per­met DE CHOI­SIR les tubes que vous pré­fé­rez et de twea­ker

Su le plan tech­nique, le Line Ma­gne­tic LM-MINI84IA est équi­pé pour ses étages de pré­am­pli­fi­ca­tion ou dri­vers de deux tubes 12AX7 qui peuvent être rem­pla­cés sui­vant les sou­haits du pro­prié­taire, par des 12AX7EH, ECC83, E83CC, CV4004, ECC803 ou 5751, chaque tube, chaque marque ayant son propre son (et des prix très dif­fé­rents). Les tubes qui équipent le LM-MI­NI-84IA sont es­tam­pillés Line Ma­gne­tic, ce qui si­gni­fie qu’ils sont cer­tai­ne­ment fa­bri­qués sur ca­hier des charges par un autre construc­teur chi­nois, mais spé­cia­le­ment pour la marque. L’étage de sor­ties part quant à lui d’un push-pull de quatre lampes EL84, le ré­glage du bias se fe­ra via un volt­mètre in­té­gré à l’ap­pa­reil. Line Ma­gne­tic Au­dio pro­pose aus­si toute une sé­rie de tubes de rem­pla­ce­ment comme des 6P14, 6P14P, 6BQ5 ou en­core des N709. En­fin, le trans­for­ma­teur d’ali­men­ta­tion comme ceux de sor­ties sont de type IE. Ils sont blin­dés et bo­bi­nés à la main : une ga­ran­tie pour les meilleures per­for­mances pos­sibles. Les douilles des tubes, en stéa­tite, sont, elles, so­li­de­ment fixées à la carte qui les re­çoit.

À l’écoute : tout le contraire d’une écoute froide et dés­in­car­née

S’il y a un am­pli qui ne peut re­nier ses ori­gines, son ADN c’est bien ce Line Ma­gne­tic Au­dio LMMINI-84IA, car dès les pre­mières notes de mu­sique, il se dé­gage une sorte de den­si­té, d’épais­seur mu­si­cale comme si tous les ins­tru­ments avaient ga­gné en pré­sence, nous lais­sant pen­ser éga­le­ment que même si ce­la ap­pa­raît un peu pous­sé, pas né­ces­sai­re­ment hy­per na­tu­rel, c’est as­sez jouis­sif. Le haut du spectre, par rap­port par exemple au Ta­ga Har­mo­ny THDA-500T et plus en­core au Leh­mann Dra­chen­fels, est comme lis­sé, plus souple, mais pas éteint bien au contraire. Il sait se mon­trer pré­sent, avec une très belle pa­lette de cou­leurs sans non plus agres­ser l’oreille par des ef­fets ra­jou­tés. Il semble bien que ce haut du spectre ac­com­pagne sur­tout un mé­dium par­ti­cu­liè­re­ment bien ar­ti­cu­lé, mais sur­tout qui a une soif des di­vers timbres et har­mo­niques des ins­tru­ments comme s’il s’en

ré­ga­lait. Et à cet ins­tant du test, nous pour­rions nous de­man­der si le bas du spectre va suivre. Eh bien, éton­nam­ment oui. Le Line Ma­gne­tic Au­dio LMMINI-84IA est taillé pour pas­ser n’im­porte quel type de mu­sique : d’une oeuvre clas­sique avec la ri­gueur de timbres qu’elles de­mandent à de la mu­sique Elec­tro aux nappes de syn­thé basses as­sez four­nies. Même si on pré­fé­re­ra la ri­gueur du Leh­mann sur ce plan, le LM-MI­NI-84IA ap­porte une sorte d’ou­ver­ture, d’es­pace entre les plans so­nores qui nous font bien pé­né­trer dans l’uni­vers mu­si­cal de chaque disque écou­té. Jus­te­ment, l’écoute du der­nier disque de Rone, «Down For The Cause», donne un ex­cellent exemple de ce qu’est ca­pable de faire le Line Ma­gne­tic Au­dio. Il ap­porte de la pro­fon­deur à ce disque avec la mise en pers­pec­tive de mille dé­tails, le tout en­ve­lop­pé dans un mes­sage unique, mais sur­tout très émou­vant. Cette pe­tite perle de mu­sique Elec­tro pa­rait, avec le LM-MI­NI-84IA en­core plus hu­ma­ni­sée. Mal­gré une confi­gu­ra­tion tout tube, on est sur­pris par la pré­ci­sion, le fouillé du haut du spectre avec un ai­gu raf­fi­né et d’une grande élé­gance. Les at­taques de notes sont très bien ap­puyées, avec tout le tra­vail du mixage bien re­le­vé. En pas­sant au disque de Neils Young, le cé­lèbre «Hit­ch­hi­ker», nous re­trou­vons le son des en­re­gis­tre­ments de l’époque. Le Line Ma­gne­tic LM-MI­NI-84IA ne tente rien d’ar­ran­ger, bien au contraire. C’est lé­gè­re­ment na­sillard, mais ter­ri­ble­ment proche de la source d’ori­gine. En re­vanche, toute l’émo­tion reste in­tacte même s’il est clair que les deux ex­tré­mi­tés de la bande pas­sante sont quelque peu écour­tées. Le Line Ma­gne­tic sait conser­ver une âme à ce disque lé­gen­daire, joué uni­que­ment en acous­tique. Même conclu­sion à l’écoute du disque de Gre­go­ry Por­ter, «Li­quid Spi­rit No Love Dying». La res­ti­tu­tion reste maî­tri­sée même si l’on sent que cet am­pli dé­marre vite, mais sa course s’ar­rête aus­si vite. Une at­ten­tion de­vra être prise sur le choix des casques. La voix de Gre­go­ry Por­ter est ma­gni­fique, su­per­be­ment re­pro­duite avec toute la puis­sance qu’elle peut ré­cla­mer. La contre­basse tient par­ti­cu­liè­re­ment bien la route et ne montre pas d’em­bon­point par­ti­cu­lier, c’est to­nique, vif tout en étant bien en chair. D’autres am­plis pour casque nous dis­pen­se­raient plus de trans­pa­rence, mais il y a quelque chose de ma­gique avec cet am­pli : il a un punch, une cer­taine lu­mière sur les timbres, du corps et il ne traine pas pour au­tant.

Conclu­sion

Que voi­là une belle dé­cou­verte. En re­cher­chant à re­trou­ver le son des lé­gen­daires pro­duc­tions des an­nées 1950, les deux frères à l’ori­gine de la marque Line Ma­gne­tic ont su créer une si­gna­ture so­nore d’une mo­der­ni­té, d’une hu­ma­ni­té qui fait tou­jours le plai­sir de nos sens. Comme quoi, le mar­ke­ting peut tout in­ven­ter, l’être hu­main ne change pas, en tout cas dans ce qui le se­coue au plus pro­fond de lui. Le contraire d’une écoute dés­in­car­née, qui à l’heure ac­tuelle de la mu­sique au ki­lo­mètre en MP3 fait bien plai­sir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.