Sh­hure SE215 BT

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre Stem­me­lin

C’est la pre­mière fois que nous re­ce­vons les écou­teurs Shure SE215 Wi­re­less, pour­tant, vous sa­vez quoi, nous les avons dé­jà es­sayés... du moins en par­tie... et, nous, on trouve çà gé­nial. Le concept mo­du­laire de cette paire d’écou­teurs sans-fil nous semble en ef­fet une très bonne idée... à suivre.

Oui, ce n’est pas une plai­san­te­rie, on trouve le concept gé­nial et, en re­ce­vant ces écou­teurs nous nous sommes dit : «mais pour­quoi, diable, n’y avoir pen­sé plu­tôt». Le Shure SE215 est en ef­fet un pro­duit mo­du­laire, évo­lu­tif et ré­pa­rable, donc cer­tai­ne­ment plus du­rable, ce qui pour nous, chez ON Mag, est un élé­ment par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant. Il est com­po­sé de deux oreillettes dé­ta­chables, iden­tiques à celle du Shure SE215 que nous avons dé­jà tes­té en 2012, et d’un câble (BT1), pour re­lier les deux oreillettes, qui in­tègre le boî­tier de la bat­te­rie, l’émet­teur-ré­cep­teur Blue­tooth ain­si que les com­mandes. Les connec­teurs sont au stan­dard MMCX, qui crée une at­tache fort sé­cu­ri­sante entre les écou­teurs et le cor­don. De cette ma­nière, il est pos­sible de chan­ger les oreillettes par des mo­dèles beau­coup plus haut de gamme comme les Shure SE425 et SE846. Nous avons vu aus­si sur in­ter­net, qu’il est pos­sible d’ache­ter, en cas de casse ou de perte, une oreillette de rem­pla­ce­ment, la droite ou la gauche, à 50 € l’uni­té. Idem pour le cor­don avec ré­cep­teur Blue­tooth pour en­vi­ron 100 € (l’ad­di­tion de tous les élé­ments pris sé­pa­ré­ment étant na­tu­rel­le­ment un peu plus éle­vé que ce­lui du pro­duit tout-en-un). Il se­ra éven­tuel­le­ment aus­si pos­sible de rem­pla­cer ce cor­don «sans-fil» par une liai­son fi­laire avec prise mi­ni-jack ou Light­ning pour ap­pa­reil IOS, ou en­core par un autre avec ré­cep­teur Blue­tooth uti­li­sant le co­dec Aptx ou Aptx HD (ce qui n’est pas le cas du cor­don Shure BT1 qui est uni­que­ment com­pa­tible avec le co­dec au­dio SBC).

Notre la­bel On-ze­green pour le concept

Chez ON mag, nous ne voyons pas tou­jours d’un très bon oeil la pan­dé­mie du sans-fil que su­bit ac­tuel­le­ment le mar­ché des écou­teurs et des casques au­dio. Il ouvre le risque de voir beau­coup de pro­duits ve­nir gon­fler ra­pi­de­ment les dé­chets élec­tro­niques (DEEE). En ef­fet, une fois leur bat­te­rie morte, la plu­part de­vien­dront in­uti­li­sables, car elle ne peut sou­vent être rem­pla­cée. Et ce­la peut se pro­duire as­sez vite, en à peine plus d’un an pour cer­tains. Pour des pro­duits très abor­dables, que l’on peut consi­dé­rer comme «je­tables» ce­la peut se com­prendre, même si c’est re­gret­table, par contre pour les mo­dèles plus haut de gamme, c’est beau­coup plus em­bê­tant. Ici, avec ce concept Shure, une fois la bat­te­rie morte, seul le cor­don ré­cep­teur se­ra à chan­ger. Les écou­teurs, eux, pour­ront conti­nuer leur ser­vice avec un autre ré­cep­teur Blue­tooth ou une liai­son fi­laire. Voi­là donc la rai­son pour la­quelle, vous voyiez dans

cet ar­ticle notre la­bel ON Ze­green. Ce n’est pas une re­com­man­da­tion d’achat, mais un en­cou­ra­ge­ment à ce que le concept soit ef­fec­ti­ve­ment ap­pli­qué dans le com­merce et qu’il fasse école chez d’autres marques.

Des écou­teurs fa­çon oreillettes de scène pour les mu­si­ciens, mais plu­tôt po­ly­va­lents

Mais re­ve­nons quand même à nos Shure SE215. Ces écou­teurs sont de type mo­no-voie à trans­duc­teurs élec­tro­dy­na­miques. Ils ne sont pas équi­pés de trans­duc­teurs mul­ti­voie à ar­ma­tures ba­lan­cées, comme les mo­dèles plus haut de gamme de la marque amé­ri­caine. Ce­pen­dant, Shure étant très im­pli­quée dans le do­maine pro­fes­sion­nel, les coques de ces SE215 re­prennent la même forme d’oreillettes de scène pour les mu­si­ciens qui rem­plissent in­té­gra­le­ment les conques des pa­villons au­di­tifs de l’uti­li­sa­teur. Ce­la ap­porte un haut ni­veau d’iso­la­tion pho­nique, sur­tout lorsque l’on adopte les em­bouts en mousse à mé­moire de forme (plu­sieurs paires en si­li­cones, moins iso­lants sont éga­le­ment four­nis dans l’em­bal­lage). Pour les mettre en place cor­rec­te­ment dans les oreilles, ce­la de­mande d’at­tra­per le coup de main. Le cor­don doit être pas­sé au-des­sus des oreilles. Ses ex­tré­mi­tés sont re­cou­vertes d’une gaine se­mi­flexible que l’on peut «tordre» et mettre à la forme vou­lue. De cette ma­nière, les Shure SE215 tiennent par­ti­cu­liè­re­ment bien en place. On peut en­vi­sa­ger de faire du sport avec. Il est juste né­ces­saire de bien pen­ser à blo­quer leur cor­don et ses deux pe­tits boî­tiers (bat­te­rie et com­mande) pour qu’ils ne bal­lotent pas trop, à l’aide de la glis­sière serre-câble in­té­grée et éven­tuel­le­ment de la pince cra­vate four­nie. Pour ce qui est de la res­ti­tu­tion so­nore, elle est d’une très bonne neu­tra­li­té, bien do­sée et équi­li­brée. On re­grette juste que le ré­glage du vo­lume ne soit pas plus sen­sible (dés le pre­mier ni­veau de­puis un ip­hone SE le son est dé­jà un peu fort) et que la dé­fi­ni­tion ne soit pas plus pous­sée (peut-être à cause de la trans­mis­sion Blue­tooth qui n’est pas Aptx ni AAC). En de­hors de ces points, l’écoute des Shure SE215 Wi­re­less est fort agréable. Les basses ont la pêche. L’image so­nore a de l’am­pleur, ce qui n’est pas si cou­rant sur des écou­teurs in­tra-au­ri­cu­laires. Les timbres dans le mé­dium ont une belle tes­si­ture, beau­coup de dou­ceur et de ma­tière. Les ai­gus sont feu­trés, mais pas bou­chés. Le sui­vi ryth­mique et mé­lo­dique est bien mar­qué, bien ar­ti­cu­lé. Shure ne faillit pas à sa ré­pu­ta­tion de pro­po­ser des écou­teurs tou­jours mu­si­caux.

140 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.