LE COUPLE DE L’ AN­NÉE

Au­dio-tech­ni­ca AT-HA5050H et ATH-ADX5000

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre-yves Ma­ton

Pré­sen­té pour la pre­mière à l’ffa 2017, le casque Hi-fi Au­dio-tech­ni­ca ATH-ADX5000 est dé­sor­mais le mo­dèle phare, le nou­veau fleu­ron, la vi­trine du sa­voir-faire de la marque ja­po­naise. Pour pous­ser ses per­for­mances jus­qu’à leur pa­roxysme, nous avons dé­ci­dé de l’as­so­cier à l’au­dio­tech­ni­ca AT-HA5050H, en quelque sorte le Dac/am­pli casque ul­time ca­pable d’ali­men­ter n’im­porte quel mo­dèle, même ceux qui pré­sentent une très haute im­pé­dance.

Nous com­men­ce­rons donc par la nou­veau­té de cette ren­trée avec le casque ATH-ADX5000. As­so­ciant tout le cô­té «fait à la main» de ce fa­bri­cant ja­po­nais et sa longue ex­per­tise ac­quise au fil des ans de­puis sa créa­tion en 1962. L’ATHADX5000 a de so­lides am­bi­tions puis­qu’il vient se frot­ter aux mo­dèles haut de gamme qu’ils soient or­to­pla­nar, comme les Hi­fi­man ou Au­deze, ou élec­tro­dy­na­miques comme le Fo­cal Uto­pia,le Fo­cal Uto­pia ou le Gra­do PS2000E (en test dans ce nu­mé­ro) Au­dio-tech­ni­ca a pour lui l’avan­tage d’une très longue ex­pé­rience, aus­si bien dans la concep­tion de casques abor­dables des­tin­nés au grand pu­blic, que dans d’autres do­maines sou­vent réservés au monde des pro­fes­sion­nels au­près des­quels sa place est lar­ge­ment ac­quise.

La lé­gè­re­té et le confort d’écoute : les deux in­gré­dients in­dis­pen­sables pour un casque

L’ATH-ADX5000 est donc un casque ou­vert de type cir­cum-au­ri­cu­laire ou «Over-ear» à larges dif­fu­seurs. Ce qui sur­prend le plus lors­qu’il est entre nos mains ou plu­tôt sur nos oreilles, c’est son poids plume : 270 g sans câble de liai­son. Les pro­tec­tions des oreillettes en struc­ture nid d’abeilles concourent très cer­tai­ne­ment à cette faible masse et donc à un confort d’écoute du­rant de longues heures sans qu’au­cune gêne ne se fasse sen­tir. Leur de­si­gn, as­so­cié aux contours fer­més, ré­duit la ven­ti­la­tion la­té­rale, contri­bue à éli­mi­ner toute perte de pres­sion d’air et donc à une meilleure ef­fi­ca­ci­té. Les deux cous­si­nets ain­si que l’ar­ceau sont re­cou­verts d’al­can­ta­ra, tan­dis que les ar­ti­cu­la­tions, re­liant l’ar­ceau aux coques des oreillettes, sont en ma­gné­sium d’une grande lé­gè­re­té et ré­sis­tance. Toutes les pièces ont été as­sem­blées à la main à To­kyo. Chaque Au­dio-tech­ni­ca ATH-ADX5000 porte son nu­mé­ro in­di­vi­duel de sé­rie gra­vé au la­ser. Par ailleurs, les deux cadres qui main­tiennent les trans­duc­teurs sont ajus­tables pour s’adap­ter à toutes les mor­pho­lo­gies.

De larges Trans­duc­teurs et des mo­teurs à ai­mants en Per­men­dur se­lon une tech­no­lo­gie ap­pe­lée Core Mount

Les mem­branes des trans­duc­teurs de l’au­dio­tech­ni­ca ATH-ADX5000 font 58 mm de dia­mètre et sont re­cou­vertes d’une fine couche de tungs­tène afin d’op­ti­mi­ser la te­nue en puis­sance. Elles ont été éla­bo­rées pour ob­te­nir une ex­cel­lente ri­gi­di­té et une faible masse. Comme on le de­vine sur les pho­tos, une sorte de pro­tec­tion est pla­cée au centre des mem­branes. Elle pro­tège le trans­duc­teur au grand com­plet avec le cir­cuit ma­gné­tique avec ses bo­bines en cuivre ul­tra pur et ai­mants à base de néo­dyme Per­men­dur au sein d’un mon­tage cen­tral dit «Core Mount». Ce mon­tage «Core Mount» prend place au mi­lieu d’un dé­flec­teur en PPS (po­ly­sul­fure de phé­ny­lène et fibre de verre), une concep­tion qui aug­mente la sta­bi­li­té des mou­ve­ments de la mem­brane et donc pri­vi­lé­gie un son trans­pa­rent et riche en même temps. Le câble de liai­son d’ori­gine de l’au­dio-tech­ni­ca ATH-ADX5000 fait trois mètres de long et est for­mé en cuivre pur sans oxy­gène 6N-OFC avec des prises A2DC (Au­dio De­si­gned De­ta­chable Coaxial) en acier in­oxy­dable. De plus, et pour fi­nir, L’ATHADX5000 est li­vré dans une ma­gni­fique mal­lette de ran­ge­ment ri­gide afin de bien pro­té­ger ce casque du­rant les trans­ports.

Au­dio-tech­ni­ca AT-HA5050H : un conver­tis­seur Hi-res et am­pli­fi­ca­teur pour casques à mul­tiples im­pé­dances de sor­tie

Con­trai­re­ment au casque, le poids de l’am­pli est plus que consé­quent, pour un ap­pa­reil de ce type, puis­qu’il avoue 11 kg sur la ba­lance. C’est en ou­vrant l’ap­pa­reil que nous en com­pre­nons mieux la rai­son. Mais d’abord, fai­sons le tour du pro­prié­taire. La face avant nous in­dique dé­jà toutes les ca­pa­ci­tés de cet ap­pa­reil de très haut ni­veau. Son uti­li­sa­tion semble avoir été aus­si bien pré­vue pour le monde pro que pour le pu­blic au­dio­phile le plus exi­geant. Au­dio-tech­ni­ca an­nonce que son AT-HA5050H est conçu pour ali­men­ter n’im­porte quel casque dont l’im­pé­dance com­prise entre 16 et 600 Ω, vu sa concep­tion et les moyens mis en oeuvre, ce­la ne nous semble pas une hé­ré­sie. Pe­tit, tra­pu, le châs­sis nous fait pen­ser à ce­lui d’un Ma­rantz vin­tage avec un ha­billage tout en alu­mi­nium bros­sé cou­leur cham­pagne que sou­tient vi­suel­le­ment une plaque en bois mas­sif pla­cée tout en bas. Juste à la droite du bou­ton de mise en marche, nous avons un pe­tit sé­lec­teur de source à quatre po­si­tions : USB (syn­chrone ou asyn­chrone), S/PDIF et en­trées ana­lo­giques sy­mé­trique ou asy­mé­trique. Deux ran­gées de diodes nous in­diquent la ré­so­lu­tion et la fré­quence d’échan­tillon­nage des flux nu­mé­riques lus. En­suite viennent deux ran­gées de quatre prises cha­cune, pla­cées à l’ho­ri­zon­tale, qui sont au­tant de sor­ties casques. L’uti­li­sa­teur pour­ra y connec­ter pas moins de 8 casques en même temps et sur­tout choi­sir l’im­pé­dance de sor­tie pour cha­cun d’entre eux (entre 120 Ω et 0.1 Ω). Nous vous avions pré­ve­nu, L’ATH-HA5050H est prêt à tout. Une mo­lette, im­pres­sion­nante de dou­ceur, règle le vo­lume et deux pe­tits vu­mètres ré­troé­clai­rés Si­fam in­diquent le ni­veau at­teint. Un der­nier pe­tit sé­lec­teur per­met de ré­gler la sen­si­bi­li­té de ces deux vu­mètres sui­vant l’im­pé­dance de sor­tie choi­sie et le ren­de­ment du casque. À l’ar­rière, la par­tie Dac (conver­tis­seur) ac­cueille un port USB asyn­chrone et une en­trée co­axiale S/PDIF ain­si que deux en­trées ana­lo­giques : une sy­mé­trique par XLR (as­so­cié à deux In­put Tran­for­mer Lun­dahl LL 1532) et une asy­mé­trique par RCA. Nulle trace d’une quel­conque sor­tie pou­vant faire de cet am­pli un pré­am­pli­fi­ca­teur, il a été conçu pour un seul usage : pou­voir ali­men­ter tous les types de casques et écou­teur du mar­ché.

Une ali­men­ta­tion vrai­ment sur­di­men­sion­née qui part d’un trans­fo R-core

Sous son ca­pot, l’au­dio-tech­ni­ca AT-HA5050H est di­vi­sé en deux par­ties dis­tinctes que sé­pare un lo­ge­ment iso­lé qui abrite tout le trai­te­ment nu­mé­rique. Le cir­cuit de conver­sion est ain­si pro­té­gé de toutes in­ter­fé­rences élec­tro­ma­gné­tiques is­sues de l’ali­men­ta­tion et plus par­ti­cu­liè­re­ment du trans­for­ma­teur. Im­pos­sible à dé­mon­ter, nous n’avons pas pu aper­ce­voir quelle puce de conver­sion Au­dio-tech­ni­ca a choi­si sur son mo­dèle et n’étant pas très ba­vard sur le su­jet, nous sommes res­tés sur notre faim. Un mo­dèle de chez Burr Brown ou un AKM (AK4495SEQ) ? Notre coeur ba­lance, mais ce que nous pou­vons af­fir­mer, c’est que la ré­so­lu­tion est de 32 bits/384 khz en PCM et DSD64 en na­tif. Le DSD128 est de son cô­té trai­té sous DOP, c’est-à-dire en ver­sion PCM. Toute la par­tie droite de l’ap­pa­reil est oc­cu­pée par l’ali­men­ta­tion, plus que gé­né­reuse qui part d’un trans­for­ma­teur type Rcore de la marque Phoe­nix Corps, mais cus­to­mi­sé par Au­dio Tech­ni­ca. Toute la ré­gu­la­tion comme le fil­trage sert des ten­sions sé­pa­rées pour chaque par­tie de l’ap­pa­reil et les câbles de liai­son de ces mêmes ten­sions sont tous en cuivre OFC tan­dis que les com­po­sants sont tous de très haute qua­li­té. Cette ali­men­ta­tion pour­rait même ser­vir à un pe­tit am­pli Hi­fi in­té­gré sans pro­blème, tant elle est gé­né­reu­se­ment di­men­sion­née.

«H» comme hy­bride : tubes et tran­sis­tors en Pure Classe A

Nous en ar­ri­vons à la sec­tion de gain. Au­dio Tech­ni­ca a donc choi­si le mode hy­bride pour son am­pli­fi­ca­teur. L’étage d’en­trée est confié à deux tubes E88CC (équi­va­lents des 6922 ou 6DJ8), des doubles triodes de chez JJ Elec­tro­nics, un

fa­bri­cant Slo­vaque qui pro­pose des mo­dèles ayant exac­te­ment les mêmes ca­rac­té­ris­tiques que les ori­gi­naux. Pla­cé sur deux dis­si­pa­teurs de cha­leurs, l’étage fi­nal est confié à un double pu­sh­pull de tran­sis­tors bi­po­laires To­shi­ba 2SC5200N et 2SA1943N qui peuvent dri­ver des casques jus­qu’à 600 Ω d’im­pé­dance (3.3 mw). Ils sont sé­lec­tion­nés et ap­pai­rés pour leurs ca­rac­té­ris­tiques élec­triques avant d’être mon­tés. La ré­serve d’éner­gie vient de 4 conden­sa­teurs Ni­chi­chon High Grade de 1000 µf cha­cun et on ne compte pas le nombre de ca­pa­ci­tés Wi­ma sur le tra­jet du si­gnal, le tout pour s’as­su­rer des meilleurs ré­sul­tats en ma­tière de mu­si­ca­li­té et de sta­bi­li­té. Au mi­lieu de ce cir­cuit d’am­pli­fi­ca­tion, un ma­gni­fique po­ten­tio­mètre Alps a été im­plan­té au plus près de ces étages afin que les pertes soient ré­duites au maxi­mum. Une tige en mé­tal le re­lie au bou­ton de vo­lume si­tué sur la face avant. Comme nous le voyons, Au­dio-tech­ni­ca a mis la barre as­sez haut pour son am­pli­fi­ca­teur pour casque ul­time. Le choix de la tech­no­lo­gie, la qua­li­té des com­po­sants, comme l’im­plan­ta­tion ra­tion­nelle et le de­gré de fa­bri­ca­tion, il est clair que rien n’a été fait au ha­sard. Main­te­nant, il ne reste qu’à tes­ter ce couple, mais une chose est sûre, nous don­nons au nou­veau casque ATH-ADX5000, un des tout meilleurs am­plis casque du mar­ché.

À l’écoute : une ou­ver­ture et une trans­pa­rence dans l’ai­gu ma­gni­fiques, ac­com­pa­gnées d’un grave d’une ai­sance et d’une sou­plesse re­mar­quables

Bien en­ten­du, les écoutes de l’am­pli­fi­ca­teur Au­dio­tech­ni­ca AT-HA5050H se sont dé­rou­lées avec le tout nou­veau casque ATH-ADX5000 que nous avons pu avoir en avant-pre­mière, mais pas seule­ment. Connec­té di­rec­te­ment à un lec­teur ré­seau Lu­min A1 avec des câbles sans com­pro­mis Es­prit Eter­na, nous l’avons aus­si es­sayé avec d’autres casques dont le mo­dèle or­tho­pla­nar Hi­fi­man Edi­tion X par exemple. Nous avons éga­le­ment fait la com­pa­rai­son avec L’ATH-ADX5000 à par­tir d’autres am­pli­fi­ca­teurs comme le ro­man­tique Sug­den HA4. Le but de toutes ces ma­noeuvres a été de bien cer­ner les ca­rac­té­ris­tiques so­nores de cha­cun de ces deux pro­duits Au­dio Tech­ni­ca. Alors inu­tile de vous faire at­tendre plus long­temps, L’ATH-ADX5000 est une in­con­tes­table réus­site sur tous les plans. Nous avons l’ha­bi­tude, avec cette marque, de ren­con­trer des so­no­ri­tés très claires, trans­pa­rentes et to­ta­le­ment dé­grais­sées dans le bas du spectre. Il en est dif­fé­rem­ment avec ce casque qui, en plus d’une ou­ver­ture dans l’ai­gu as­sez ma­gni­fique, est ca­pable de jouer du grave avec une ai­sance et une sou­plesse plus que re­mar­quable. Le son est lim­pide,

avec une onc­tuo­si­té que nous n’avons pas en­core ren­con­trée dans cette gamme de prix. C’est non seule­ment ou­vert et dé­taillé, mais ça a du corps, du grain et foi­sonne de ma­tière. Certes, nous pou­vons re­con­naitre tout de suite la si­gna­ture Au­dio Tech­ni­ca avec cette fi­nesse dans le haut du spectre qui ne se dé­pare ja­mais d’une quan­ti­té af­fo­lante de dé­tails et d’in­for­ma­tions, comme si, d’une cer­taine ma­nière, on nous avait en­le­vé tout ce qui nous sé­pare des mu­si­ciens comme des ins­tru­ments. «L’ode For St Ce­ci­lia’s Day» joué par le Mu­si­ca Fio­ri­ta et di­ri­gé par Da­ni­la Dold est ma­gni­fi­que­ment re­pro­duit. Nous en­ten­dons par­fai­te­ment le mor­dant du vio­lon et autres ins­tru­ments à cordes frot­tées. La voix de té­nor de l’aria est pla­cée entre nos oreilles avec une très belle exac­ti­tude tant sur sa hau­teur que sur son pla­ce­ment. Le tout est ma­gni­fi­que­ment tim­bré, entre lé­gè­re­té et gra­vi­té. Il y a du contraste et du re­lief so­nore, mais sur­tout ce casque as­so­cié avec l’am­pli­fi­ca­teur AT-HA5050H rentre au coeur de la mu­sique. L’écoute est fa­cile, fla­grante quant à ses qua­li­tés de ri­chesse har­mo­nique et d’es­pace so­nore qui prend une tout autre di­men­sion avec cet en­semble. Le casque seul pro­cure dé­jà cet ef­fet sur un am­pli de qua­li­té. L’am­pli AT-HA5050H de son cô­té ap­porte une sta­bi­li­té et une éner­gie que nous al­lons re­trou­ver sur de la mu­sique plus mo­derne. Là, ça sonne juste et vrai. En écou­tant «Ale­jet» d’omar So­sa avec son in­tro­duc­tion à la Col­trane ou Miles Da­vis de son der­nier disque «Eg­gun», nous sommes tout de suite frap­pés par le nombre de dé­tails re­pro­duits, par exemple la trans­crip­tion to­tale et exacte du jeu du bat­teur. On en­tend par­fai­te­ment la frappe sur la caisse claire et les fûts comme toutes les per­cus­sions si­tuées en ar­rière-plan. Le couple ATHA5050H et AT-ADX5000 sait faire dan­ser la mu­sique tout en res­tant con­cen­tré sur l’es­sen­tiel : l’émo­tion. Tout concourt à ce ré­sul­tat. Ces deux com­pères timbrent roya­le­ment, mais sont aus­si vifs que pré­cis. Et on ne note au­cune cris­pa­tion, au­cune re­mon­trée dans le haut, tout ce­la se passe avec une élé­gance et un raf­fi­ne­ment su­prêmes. Mais que ce­la ne tienne, et pous­sons notre couple dans des ré­gions Elec­tro sou­vent pauvres en so­no­ri­té si le sys­tème ne s’y prête pas. Le tout der­nier Rone, «Down for the Cause» en­va­hit tout l’es­pace, la scène so­nore prend une ma­gni­fique am­pleur, mais n’est en au­cune ma­nière dé­pour­vue de dé­tails, de pe­tits sons pla­cés de-ci de-là. Le grave est tout sim­ple­ment beau. Il as­so­cie sou­plesse, ni­veau et vé­lo­ci­té. Ja­mais confus ni lourd, ce re­gistre est re­pro­duit avec vé­ra­ci­té même s’il s’agit d’un syn­thé basse. Les voix sont proches de nous au mi­lieu d’un uni­vers mu­si­cal riche et bour­ré de mille so­no­ri­tés. Ce couple ar­rive à ti­rer une in­con­tes­table émo­tion de cet al­bum pour­tant pu­re­ment élec­tro­nique.

Conclu­sion

On craque, on en veut en­core tout en re­mer­ciant Au­dio Tech­ni­ca pour son tra­vail. Ce couple donne un charme, une vie à la res­ti­tu­tion so­nore comme il nous ar­rive peu de fois d’en ren­con­trer. Le casque ATH-ADX5000 va de­ve­nir un re­dou­table concur­rent dans sa gamme de prix. Sa clar­té na­tu­relle de­mande à être maî­tri­sée quelque peu, mais pour peu que nous lui don­nions un am­pli adap­té, c’est l’une des meilleures écoutes que nous ayons faites cette an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.