AM­PLIS CASQUE

Sug­den HA 4

On Magazine - - SONY - par Pierre-yves Ma­ton

Chez ce fa­bri­cant bri­tan­nique, ce HA-4 fait par­tie in­té­grante de la sé­rie Mas­ter­class, c’est-à-dire la plus abou­tie. Cet am­pli casque cô­toie un étage pho­no du même aca­bit, un mo­dèle fait avec un soin in­éga­lé, et sur­tout un in­té­gré Hi­fi en pure Classe A, A21SE, qui nous a dé­jà conquis lors d’un pré­cé­dent test. Cet HA 4 va-t-il en­core une fois faire cha­vi­rer nos coeurs ? La ré­ponse suit.

Con­trai­re­ment à beau­coup de marques, Sug­den joue sur la conti­nui­té et ne s’épar­pille pas dans toutes les di­rec­tions avec une foi­son d’ap­pa­reils. Les in­gé­nieurs de cette firme semblent concen­trer tous leurs ef­forts sur trois gammes d’élec­tron­niques : A21, Mas­ter­class et Sap­phire, la plus haut de gamme. La se­conde est très com­plète avec un lec­teur CD, un in­té­gré, trois blocs de puis­sance dont deux sté­réo­pho­niques et un bloc mo­no, notre am­pli casque d’au­jourd’hui que com­plète un étage pho­no, un Dac et un pré­am­pli­fi­ca­teur dont une par­tie de sa tech­no­lo­gie est re­prise dans le HA 4 no­tam­ment l’étage de gain, qui comme d’ha­bi­tude chez Sug­den fonc­tionne en pure Classe A. Nous vous avons dit tout le bien que nous pen­sions de l’in­té­gré A21SE dans notre der­nier guide Hi­fi, la ques­tion est de sa­voir si ce HA 4 est de la même veine.

Une constante dans l’es­thé­tique et un équi­pe­ment un peu mi­ni­ma­liste

Au pre­mier coup d’oeil, et en le sor­tant de son em­bal­lage, le Sug­den Mas­ter­class HA 4 par­tage exac­te­ment la même ligne es­thé­tique que les autres élec­tro­niques de chez Sug­den. Le châs­sis est sobre et clas­sieux avec une face avant d’un cen­ti­mètre d’épais­seur qui re­joint tout le cof­fret, fait en pan­neaux d’alu­mi­nium mas­sif. Cette face avant ne contient que l’es­sen­tiel avec une sor­tie casque sur jack 6.35 mm (deux au­rait été sym­pa) qui est en mi­roir avec le sé­lec­teur d’en­trée si­tué à l’op­po­sé. Une LED bleue «Po­wer» s’al­lume dès le HA 4 mis en fonc­tion, idem pour l’uti­li­sa­tion de l’en­trée sy­mé­trique. En ef­fet, le HA 4 ac­cepte deux en­trées ana­lo­giques, l’une sy­mé­trique, l’autre asy­mé­trique (bien utile pour des câbles de mo­du­la­tion de grande lon­gueur). En outre, une sor­tie trans­forme cet ap­pa­reil en vé­ri­table pré­am­pli­fi­ca­teur haut de gamme, grâce à une in­terne dite «VCV» sur la­quelle nous al­lons re­ve­nir. La mise en fonc­tion se si­tue sur la face ar­rière au cô­té d’une prise IEC stan­dard. Un câble sec­teur stan­dard est four­ni d’ori­gine, les vrais pu­ristes au­ront vite fait d’es­sayer un mo­dèle plus per­for­mant, un Nor­dost par exemple se com­porte très bien avec cet am­pli casque. Nous avons fait l’es­sai et il a été concluant.

Un étage pré­am­pli de haute qua­li­té et un cir­cuit de puis­sance en pure classe A, comme Sug­den en a le se­cret : de quoi sa­tis­faire deux types d’au­dio­philes

Sous le ca­pot, nul doute qu’il s’agit bien d’un Sug­den. Tous les com­po­sants sont mon­tés sur une seule et même carte en verre époxy avec des pistes pla­quées or. Les câbles de rac­cor­de­ment in­ternes sont faits à par­tir de conduc­teurs ar­gent avec iso­lant Te­flon. Ce sont les mêmes que nous re­trou­vons ha­bi­tuel­le­ment sur les élec­tro­niques au­dio High End Gold­mund par exemple. Alors que la com­mu­ta­tion des en­trées s’ef­fec­tue par des re­lais élec­tro­ma­gné­tiques Rep­tol, le vo­lume est confié à un po­ten­tio­mètre Alps de belle fac­ture. Le cou­rant est trai­té par un trans­for­ma­teur to­rique No­va­tel de 43 VA, sui­vi d’un cir­cuit de re­dres­se­ment et de fil­trage clas­sique à base de tran­sis­tors et de plu­sieurs conden­sa­teurs Samw­ha. Le pre­mier étage de gain re­prend la tech­no­lo­gie VCV (Vol­tage Cur­rent Vol­tage) comme sur les pré­am­plis de la marque. Ce pro­cé­dé adopte, dis­si­mu­lés sous de pe­tits ra­dia­teurs, deux cir­cuits in­té­grés par ca­nal pour of­frir un gain suf­fi­sant aux étages de sor­tie qui suivent. Ces der­niers com­prennent un push-pull de tran­sis­tors com­plé­men­taires Mos­fet In­ter­na­tion­nal Rec­ti­fier, IRF1520 et IRF19520 par ca­nal. Les deux étages sont, bien en­ten­du, po­la­ri­sés en Classe A et dé­pour­vus de contre-réaction comme nous pou­vons nous y at­tendre chez Sug­den. Rap­pe­lons juste que cette firme toute bri­tan­nique et à tra­vers son créa­teur James E Sug­den est, en quelque sorte, l’in­ven­trice de cette Classe d’am­pli­fi­ca­tion qui, à part consom­mer beau­coup de cou­rant, a aus­si beau­coup d’avan­tages mu­si­caux en ma­tière de timbre comme de dy­na­mique. La re­trou­ver pour un am­pli casque est donc un très bon signe. C’est par­ti­cu­liè­re­ment bien adap­té (car un am­pli casque consomme beau­coup moins).

À l’écoute : nous sommes en­core to­ta­le­ment sous le charme de la classe A si­gnée Sug­den

Con­trai­re­ment aux am­plis Hi­fi pour en­ceintes acous­tiques, par­mi les­quels les mo­dèles en pure Classe A ne sont pas lé­gion, ceux des­ti­nés à ali­men­ter des casques au­dio et choi­sis­sant la classe A sont beau­coup plus ré­pan­dus. Le Sug­den Mas­ter­class HA 4 se ba­garre donc avec beau­coup de concur­rents dont cer­tains as­so­cient même le doux son des tubes, en gé­né­ral, pour leurs étages d’en­trée. Mal­gré ce­la, nous sommes, im­mé­dia­te­ment et une fois de plus, tom­bés sous le charme. Sug­den HA 4 a la même sou­plesse d’écoute, le même soyeux dans le haut du spectre avec une ex­cel­lente co­hé­rence et une sorte de joie com­mu­ni­ca­tive que l’in­té­gré Sug­den A21SE à qui nous avons dé­cer­né un On-to­pau­dio Gold Award en 2017. Les timbres sont beaux, na­tu­rels et dé­notent une par­faite ho­mo­gé­néi­té de toute la bande pas­sante. Le mé­dium, sans tom­ber dans un cô­té char­nu ou souf­frant d’em­bon­point fait par­fai­te­ment le lien avec un bas vif et un haut du spectre lu­mi­neux. En se dé­lec­tant de l’oeuvre de G. F. Han­del, «Ode For St Ce­ci­lia’s Day», jouée par l’or­chestre Mu­si­ca Fio­ri­ta et di­ri­gé par Da­ni­la Dol­ci, nous nous ren­dons compte de la dé­li­ca­tesse de cet am­pli comme le soin qu’il met à re­pro­duire toute la ri­chesse har­mo­nique su­pé­rieure de chaque ins­tru­ment comme de chaque voix. Le Sug­den HA 4 donne, en ef­fet, toute la di­men­sion spec­trale, la ra­pi­di­té d’exé­cu­tion du vio­lon joué par Mar­co Lo Ci­ce­ro, qui est sui­vi du vio­lon­celle de Da­niel Ro­sin et de

l’al­to de Lo­la Fer­nan­dez. Comme nous l’avons dé­jà évo­qué, le son est lu­mi­neux, mais pas co­lo­ré. Le Sug­den HA 4 ne dé­na­ture pas le mes­sage, au contraire, il le su­blime. Cet am­pli est pro­di­gieux quant à l’at­taque des notes et leur fi­na­li­sa­tion dans un es­pace so­nore bien ma­té­ria­li­sé. Dès l’in­tro­duc­tion, nous par­ve­nons, en une frac­tion de se­conde à par­fai­te­ment en­tendre le son de la salle du concert qui ne nous ap­pa­raît pas comme im­mense, mais de taille rai­son­nable. C’est en­le­vé, joyeux, et léger à la fois. Le son est ra­pide et la scène so­nore convain­cante. Mais toutes ses qua­li­tés sur de la mu­sique mo­derne, vont-elles éga­le­ment trou­ver au­tant grâce à nos sens ? Le tout der­nier disque du com­po­si­teur élec­tro Rone, «Down for the Cause», passe très bien. Même s’il s’agit que d’ins­tru­ments élec­tro­niques, le Sug­den HA 4 sait leur don­ner vi­sage hu­main en leur pro­di­guant un sur­plus de dé­tails qui les sortent d’une mo­no­to­nie élec­tro­nique. Le bas du spectre est as­sez dé­grais­sé et sait se te­nir. Nous ima­gi­nons qu’avec ce style de mu­sique, cer­tains sou­hai­te­ront plus de ni­veau dans ce re­gistre, un bas plus af­frio­lant, mais un Sug­den reste un Sug­den. Le disque de Mc So­laar, «Géo­po­li­tique», nous ap­prend que le HA 4 en a sous le ca­pot. Nous pou­vons écou­ter à très fort ni­veau sans qu’au­cune gêne ne vienne per­tur­ber la res­ti­tu­tion. Cet as­pect dé­grais­sé dans le bas (tout en étant très ra­pide) fait la place de tous les autres ins­tru­ments, dont des cloches ou des cuivres du mor­ceau «Géo­po­li­tique». La voix de Mc So­laar est d’une ex­cel­lente pré­sence, avec un po­si­tion­ne­ment entre les oreilles que rompent des coeurs pla­cés à droite et à gauche. Le Sug­den HA 4 se laisse écou­ter en dis­til­lant énor­mé­ment de plai­sir et pas seule­ment d’en­tendre plein de dé­tails, mais comme une source de plai­sir sans fin.

Conclu­sion

Nous nous y at­ten­dions quelque peu, le Sug­den Mas­ter­class HA 4 est un sa­cré char­meur tout en étant d’une exac­ti­tude sans faille. Il convien­dra à la to­ta­li­té des casques au­dio par son ca­rac­tère neutre, mais sur­tout par sa qua­li­té de timbre. De plus, sa ré­serve de puis­sance nous laisse à pen­ser que même les casques à moyenne ou haute im­pé­dance se­ront aux anges avec ce su­perbe am­pli. Un in­con­tour­nable de l’am­pli casque, toutes ca­té­go­ries confon­dues.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.