Smart Spea­kers :

On Magazine - - SOMMAIRE - par Al­ban Amou­roux

Google As­sis­tant, Ama­zon Alexa, Apple Si­ri...

Ce­la ne vous au­ra sans doute pas échap­pé : le contrôle vo­cal est la ten­dance ac­tuelle du monde de l’élec­tro­nique grand pu­blic. Can­ton­née au dé­part aux smart­phone, et lar­ge­ment uti­li­sé dans ce cadre pour les re­cherches sur In­ter­net par exemple, la com­mande vo­cale s’est vite re­trou­vée dans d’autres ap­pa­reils. Dans les té­lé­vi­seurs tout d’abord, et puis sous la forme d’en­ceintes in­tel­li­gentes (ou smart spea­kers). Der­rière ce nou­veau type d’in­ter­face entre l’homme et les ma­chines, il y a trois grandes so­cié­tés qui sont, comme par ha­sard, trois des géants de l’in­ter­net et du nu­mé­rique : Ama­zon avec Alexa, Apple avec Si­ri et Google avec Google As­sis­tant. D’autres ac­teurs moins im­plan­tés pour l’ins­tant n’en sont pas moins aus­si im­por­tants et ac­tifs comme Mi­cro­soft avec Cor­ta­na et Sam­sung avec Bix­by. En Chine, les géants du Net que sont Bai­du et Ali­ba­ba se dé­ve­loppent aus­si très ra­pi­de­ment dans le vo­cal. Ama­zon - Apple - Google

La guerre du vo­cal a été dé­cla­rée par Ama­zon qui a sor­ti il y a quatre ans sa pre­mière en­ceinte in­tel­li­gente, Ama­zon Echo. Ré­ser­vée au dé­part au mar­ché US, elle s’est peu dé­ve­lop­pée à l’in­ter­na­tio­nal pour l’ins­tant en vi­sant uni­que­ment cer­tains pays an­glo­phones et ger­ma­no­phones. Mais l’ar­ri­vée en France, et en langue française donc, est dans seule­ment quelques jours, le 13 juin exac­te­ment. Ama­zon a avant tout lan­cé le contrôle vo­cal pour mul­ti­plier les formes d’in­ter­ac­tions dans son coeur de mé­tier : la vente en ligne. Il est pos­sible de faire ses courses sans avoir be­soin d’ou­vrir son or­di­na­teur ou de sor­tir le smart­phone de sa poche. Le contrôle vo­cal ne s’ar­rête pas là grâce aux « skills ». Ama­zon met à dis­po­si­tion des dé­ve­lop­peurs tout le né­ces­saire pour créer des connexions avec d’autres ser­vices et pro­duits. Il y a bien sûr la pos­si­bi­li­té d’écou­ter de la musique, mais on peut éga­le­ment contrô­ler tous les équi­pe­ments de sa mai­son do­mo­ti­sée comme la lu­mière ou le chauf­fage. Les in­ter­ac­tions mul­tiples via des scé­na­rios de vie sont ap­pel­lées de­puis un ordre vo­cal spé­ci­fique. Ama­zon a com­plé­té sa pre­mière en­ceinte Echo par d’autres ver­sions plus pe­tites, plus évo­luées, avec ou sans écran.

Google a sui­vi Ama­zon deux ans plus tard avec l’en­ceinte in­tel­li­gente Home (dis­po­nible en France de­puis la ren­trée 2017). Elle existe en ver­sion Mi­ni mais éga­le­ment en ver­sion Max (cette der­nière pour le mar­ché US uni­que­ment à ce jour). Le mo­teur Google As­sis­tant fonc­tionne glo­ba­le­ment comme Alexa, avec des apps à ac­ti­ver pour ajou­ter de nou­velles pos­si­bi­li­tés de contrôle. Google a dé­jà rat­tra­pé son re­tard puis­qu’au pre­mier tri­mestre 2018, il s’est ven­du pour la pre­mière fois plus d’en­ceintes in­tel­li­gentes Google que d’ama­zon. Alors qu’ama­zon a dé­te­nu pen­dant long­temps qua­si­ment 100% du mar­ché.

On connaît tous Si­ri, l’as­sis­tant vo­cal in­té­gré uni­que­ment aux ap­pa­reils Apple de­puis 7 ans. Jus­qu’à ce qu’apple pré­sente il y a quelques mois le Ho­me­pod, sa pre­mière en­ceinte in­tel­li­gente avec Si­ri in­té­gré. Apple se place plus haut en gamme que ses concur­rents, avec un pro­duit do­té d’ex­cel­lentes ca­pa­ci­tés de re­pro­duc­tion au­dio et donc un ta­rif plus éle­vé. Le Ho­me­pod arrive ce­pen­dant un peu tard (le 18 juin), et sans pos­si­bi­li­té d’ajou­ter des apps pour l’ins­tant. La par­tie contrôle do­mo­tique se­ra néan­moins pré­sente, mais uni­que­ment à tra­vers le pro­to­cole Ho­me­kit propre à Apple. Il existe heu­reu­se­ment dé­jà de nom­breux ac­ces­soires com­pa­tibles.

Cor­ta­na de Mi­cro­soft existe dans tous les ap­pa­reils tour­nant sous un Win­dows mo­derne et dans une seule en­ceinte in­tel­li­gente dé­ve­lop­pée par har­man/kar­don, la In­voke. Mi­cro­soft tra­vaille ac­tuel­le­ment avec Ama­zon à rendre les as­sis­tants Cor­ta­na et Alexa in­ter com­pa­tibles. Pour Bix­by de Sam­sung, for­cé­ment, on le trouve dans des ap­pa­reils Sam­sung connec­tés comme les smart­phones et cer­tains écrans plats haut de gamme. Comme chez Apple, Bix­by est com­pa­tible avec l’offre do­mo­tique du groupe dé­nom­mée Smart­things (pré­vue en France cou­rant de cette an­née). L’impact de ces deux as­sis­tants est pour l’ins­tant re­la­ti­ve­ment li­mi­té en de­hors des smart­phones. Mais rien ne dit que les lignes ne pour­raient pas bou­ger dans les mois et les an­nées à ve­nir.

Hi­fi et contrôle vo­cal

Mis à part l’ho­me­pod d’apple pour qui la par­tie au­dio est es­sen­tielle, les dif­fé­rents pro­duits Ama­zon et Google sont tour­nés avant tout vers la sim­pli­fi­ca­tion du quo­ti­dien grâce au vo­cal. La musique est une fonc­tion comme une autre. Si l’on veut ma­rier ef­fi­ca­ce­ment vo­cal et Hi­fi, il faut se tour­ner vers d’autres marques. Car oui, Ama­zon et Google ont eu l’in­tel­li­gence de par­ta­ger leur mo­teur vo­cal. N’im­porte quel

fa­bri­cant d’ap­pa­reil élec­tro­nique peut in­té­grer le vo­cal en se re­po­sant sur Alexa ou Google As­sis­tant.

C’est ce que se sont em­pres­sés de faire de nom­breux ac­teurs de l’au­dio comme JBL, Pa­na­so­nic ou So­ny. Ils ont tous choi­si Google. Har­man/kar­don, On­kyo et Polk ont dé­ci­dé pour leur part de jouer sur les deux ta­bleaux : ils pro­posent dans leur gamme une ré­fé­rence avec Alexa et un mo­dèle dif­fé­rent avec Google As­sis­tant ! En­fin, So­nos est al­lé en­core plus loin. La der­nière So­nos Play One em­barque Alexa et très bien­tôt Google As­sis­tant. L’uti­li­sa­teur n’a plus qu’à choi­sir dans les me­nus de confi­gu­ra­tion son as­sis­tant pré­fé­ré.

Ac­qué­rir une en­ceinte in­tel­li­gente fa­bri­quée par un de ces ac­teurs de l’au­dio, c’est la ga­ran­tie d’ob­te­nir le meilleur du contrôle vo­cal et des qua­li­tés acous­tiques dans un pro­duit tout-en-un.

Des choix mu­si­caux en­core li­mi­tés

Cha­cun de ces as­sis­tants ne vous donne mal­heu­reu­se­ment pas ac­cès à tous les ser­vices mu­si­caux. Avec Google As­sis­tant, il faut choi­sir entre Google Play Mu­sic, Dee­zer et Spo­ti­fy. Chez Alexa, c’est Ama­zon Mu­sic et Spo­ti­fy. Sur l’apple Ho­me­pod, ce se­ra Apple Mu­sic ou rien. Si vous pré­fé­rez les ser­vices Hi-res comme Qo­buz ou Ti­dal, il va fal­loir prendre votre mal en pa­tience. De plus, au­cun de ces as­sis­tants ne sait al­ler cher­cher de la musique dans un dos­sier par­ta­gé sur un disque dur en ré­seau (NAS).

La pro­chaine étape se­ra de créer des com­mandes pour des ap­pa­reils au­dio en de­hors des en­ceintes in­tel­li­gentes. Les as­sis­tants savent pi­lo­ter des ac­ces­soires do­mo­tique, pour­quoi ne pour­raient-ils pas pi­lo­ter un strea­mer au­dio Hi­fi ? Ce­la per­met­trait ain­si de cher­cher de la musique dans sa bi­blio­thèque lo­cale ou sur un ser­vice au­dio Hi-res, et d’en pro­fi­ter sur son sys­tème Hi­fi connecté, et non plus seule­ment sur de pe­tites en­ceintes sans fil. Ou com­ment rem­pla­cer la té­lé­com­mande et la ta­blette par la voix pour pro­fi­ter de toute sa musique bien as­sis dans le ca­na­pé, sans ja­mais avoir be­soin de bou­ger le pe­tit doigt, juste avec des com­mandes vo­cales pour pas­ser de mor­ceau en mor­ceau.

JBL a créé la gamme Link dé­diée in­té­gra­le­ment aux en­ceintes in­tel­li­gentes sous Google As­sis­tant : deux mo­dèles por­tables, deux mo­dèles sé­den­taires, et bien­tôt une barre de son les re­join­dra.

La cui­sine, un em­pla­ce­ment très cou­rant pour les en­ceintes in­tel­li­gentes comme la Polk Au­dio As­sist avec ses com­mandes vo­cales Google. Elle vient concur­ren­cer les équi­va­lents chez On­kyo, Pa­na­so­nic et So­ny en test dans ce guide.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.