San­gean Re­ve­ry R4

On Magazine - - SOMMAIRE - Al­ban Amou­roux

On parle en­core peu des postes de ra­dio In­ter­net dans le monde de l’au­dio alors que de nom­breux ac­teurs sont très ac­tifs dans le do­maine. Ils sont pour­tant aus­si bien équi­pés que les en­ceintes connec­tées ac­tuel­le­ment très à la mode. Voire mieux, avec la pré­sence d’un tu­ner FM ou DAB qui offre un ac­cès di­rect à la musique, même lorsque la connexion au ré­seau est cou­pée. Mais sur­tout, contrai­re­ment aux en­ceintes connec­tées, les postes de ra­dio In­ter­net sont au­to­nomes, car équi­pés d’un écran et de bou­tons qui per­mettent de se pas­ser d’un smart­phone. Le poste San­gean Re­ve­ry R4 (WFS-58) est le digne re­pré­sen­tant de cette ca­té­go­rie, avec d’autres fonc­tion­na­li­tés bien pra­tiques que nous al­lons dé­cou­vrir. Un écran cou­leur et des bou­tons pour un fonc­tion­ne­ment sans smart­phone

Le San­gean R4 pré­sente un for­mat ver­ti­cal as­sez proche des pe­tites en­ceintes sans fil ac­tuelles, mais lé­gè­re­ment su­pé­rieur avec près de 24 cen­ti­mètres de haut. La grille en mé­tal pro­tège l’unique haut­par­leur large bande. Juste au-des­sus, un pan cou­pé ac­cueille un écran cou­leur de 5 par 3,8 cen­ti­mètres. Dix touches de fonc­tion prennent place sur la face su­pé­rieure, où se trouve éga­le­ment l’an­tenne dé­pliable pour la ra­dio. Tour­nons l’en­ceinte pour dé­cou­vrir la poi­gnée qui per­met de dé­pla­cer l’en­ceinte. La con­nec­tique à l’ar­rière se ré­sume à une en­trée auxi­liaire et une sortie casque sur prises mi­ni-jack. Il y a éga­le­ment un com­mu­ta­teur pour pas­ser l’en­ceinte en sté­réo si vous l’uti­li­sez par paire. Et il y en a en­core en des­sous la trappe pour les six piles, qui peuvent être au choix des re­char­geables (NIMH) ou des al­ca­lines clas­siques. Avec les piles in­sé­rées, la R4 pèse 1,6 kg. Par ailleurs, si vous in­sé­rez des piles re­char­geables, l’en­ceinte fait of­fice de char­geur dès qu’elle est re­liée au cou­rant.

Ac­cès aux radios hert­ziennes, mais aus­si à Dee­zer, Spo­ti­fy, Qo­buz, Ti­dal...

L’ins­tal­la­tion s’ef­fec­tue très sim­ple­ment en uti­li­sant seule­ment l’écran et les bou­tons juste au-des­sus. La pre­mière étape consiste à connec­ter l’en­ceinte au ré­seau Wifi. En­suite, l’en­ceinte est opé­ra­tion­nelle. L’écran d’ac­cueil af­fiche les dif­fé­rentes sources : les radios in­ter­net, les ser­vices de musique sur abon­ne­ment, les ser­veurs du ré­seau lo­cal (NAS), la ra­dio, le Blue­tooth et l’en­trée auxi­liaire mi­ni-jack. Les ser­vices mu­si­caux sont au nombre de cinq : Naps­ter, Dee­zer, Qo­buz, Ti­dal et Spo­ti­fy. Bien sûr, il fau­dra en­trer les in­for­ma­tions de son compte pour pro­fi­ter d’un ou de plu­sieurs de ces ser­vices. Pour na­vi­guer dans les me­nus et les dif­fé­rents choix, il faut uti­li­ser les touches, pas tou­jours aus­si simples qu’elles en ont l’air. Elles sont à double fonc­tion pour cer­taines, ce qui passe en­core. Mais comme elles sont or­ga­ni­sées sur deux lignes, il manque une croix mul­ti­di­rec­tion­nelle qui au­rait été bien plus pra­tique. Mal­gré tout, la com­bi­nai­son de ces touches et de l’écran per­met ab­so­lu­ment de tout faire : pas­ser d’une source à l’autre, lan­cer une play­list, chan­ger de we­bra­dio, re­cher­cher un ar­tiste ou un mor­ceau pré­cis... L’écran est hy­per in­for­ma­tif avec même l’af­fi­chage des ja­quettes. Il y a éga­le­ment la pos­si­bi­li­té d’af­fi­cher l’état de la mémoire tam­pon pour vé­ri­fier qu’il n’y a pas de pro­blème de connec­ti­vi­té. On re­trouve aus­si l’état de re­charge des piles af­fi­ché en per­ma­nence. En­fin, comme sur les ra­dio-ré­veils et autres postes à l’an­cienne, ce poste tout ce qu’il y a de plus mo­derne est équi­pé d’une alarme et d’un mode veille. On peut donc se pas­ser de smart­phone et de ta­blette, même si une ap­pli­ca­tion de pi­lo­tage existe. Elle s’ap­pelle Un­dok et donne ac­cès à

peu près aux mêmes fonc­tions que l’écran, mais pré­sen­tées com­plè­te­ment dif­fé­rem­ment. Pour re­cher­cher de la musique dans de longues listes de mor­ceaux et créer des play­lists, c’est tou­te­fois plus simple et plus ra­pide. Un­dok per­met d’ac­cé­der à plu­sieurs postes de ra­dio In­ter­net si­mul­ta­né­ment pour faire du mul­ti­room fa­ci­le­ment, sa­chant qu’un­dok est com­pa­tible avec les postes d’autres fa­bri­cants comme ceux de Ro­berts ou Block par exemple.

Un son tou­jours très clair pour une uti­li­sa­tion dans toutes les si­tua­tions

Rap­pe­lons que le poste San­gean R4 n’est do­té que d’un seul haut-par­leur large bande qui doit donc re­pro­duire la to­ta­li­té du spectre. Dans ce cas pré­cis, les ex­trêmes sont écour­tés, ce qui se vé­ri­fie à l’écoute. Il n’y a ni l’impact ni la brillance d’une So­nos Play One. C’est bien plus sage et en même temps beau­coup plus passe-par­tout. C’est idéal sur tous types de sources et de mu­siques, pour de longues heures d’écoutes sans au­cune fa­tigue et avec tou­jours une ex­cel­lente in­tel­li­gi­bi­li­té. On peut aus­si pous­ser le vo­lume sans pro­blème si né­ces­saire, mal­gré les seule­ment 10 watts de puis­sance, fi­na­le­ment bien suf­fi­sants. C’est par­ti­cu­liè­re­ment utile à l’ex­té­rieur pour pro­cu­rer là en­core un ren­du so­nore clair et propre, sur la ter­rasse ou dans le jar­din par exemple. La te­nue en puis­sance est à ce titre ex­cel­lente. Si l’on écoute des mor­ceaux plu­tôt char­gés en basse, on veille­ra à choi­sir dans la par­tie éga­li­sa­tion un mode qui ré­duit ces fré­quences pour conser­ver la clar­té et évi­ter le ta­lon­ne­ment dans le grave.

En conclu­sion : un poste de ra­dio équi­valent à une en­ceinte sans fil, en plus com­plet

Le poste de ra­dio In­ter­net San­gean R4 est sy­no­nyme de com­pro­mis réus­si. Il pos­sède de mul­tiples fonc­tions au­dio, l’ac­cès aux quatre ser­vices au­dio sur abon­ne­ment les plus cou­rants, la lec­ture UPNP/DLNA. Il est dou­ble­ment au­to­nome grâce à son écran et ses bou­tons qui éli­minent la né­ces­si­té d’uti­li­ser un smart­phone, et à son fonc­tion­ne­ment sur bat­te­rie. J’ai d’ailleurs réus­si à te­nir 6 h 30 en écoute Wifi conti­nue, ce qui est tout à fait sa­tis­fai­sant. Cô­té son, on est loin de la haute-fi­dé­li­té, ce n’est pas ce qu’on lui de­mande de toute fa­çon. Mais là aus­si, le com­pro­mis est une réus­site. Le ren­du est tou­jours clair et net, et la te­nue en puis­sance est lar­ge­ment suf­fi­sante pour pou­voir so­no­ri­ser une grande ter­rasse ou un beau mor­ceau de jar­din. Le tout en fonc­tion­nant sur piles. Il suf­fit le soir de le re­bran­cher sur une prise pour le re­char­ger pour le len­de­main, tout en pro­fi­tant de la musique dans le sa­lon. Pour al­ler plus loin, il est tou­jours pos­sible d’uti­li­ser le poste R4 en sté­réo en ajou­tant un se­cond exem­plaire. Il est pré­vu pour ce­la grâce au com­mu­ta­teur à l’ar­rière. Alors, en­ceinte sans fil ou poste de ra­dio In­ter­net ? Le San­gean R4 prouve que cette se­conde ca­té­go­rie a de beaux ar­gu­ments pour se battre.

280 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.