Da­vis Cour­bet n°7

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre Stem­me­lin

Avec sa nou­velle sé­rie d’en­ceintes Cour­bet, la marque fran­çaise Da­vis Acous­tics semble s’in­té­res­ser un peu plus au de­si­gn. Un cof­fret très élan­cé et lé­gè­re­ment in­cli­né vers l’ar­rière ain­si qu’une large base ha­billée de bois vé­ri­table sont les signes dis­tinc­tifs de sa ré­fé­rence haut de gamme, Cour­bet n°7. Mais heu­reu­se­ment, cette ap­proche à l’ap­pa­rence plus aris­to­cra­tique ne l’a pas cou­pée des as­pi­ra­tions du peuple au­dio­phile.

Da­vis est une marque fran­çaise dis­crète, presque humble, mais qui fait par­tie du pay­sage de la Hi­fi de­puis plu­sieurs dé­cen­nies. Elle pos­sède un sa­voir­faire acous­tique in­dé­niable trans­mis de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion et qui se sin­gu­la­rise par son ap­proche réel­le­ment po­pu­laire (dans le sens noble du terme). Da­vis Acous­tics a aus­si la par­ti­cu­la­ri­té rare de fa­bri­quer ses propres haut­par­leurs, c’est d’ailleurs à l’ori­gine sa spé­cia­li­té. Sans être pré­ten­tieuses ou ar­ti­fi­ciel­le­ment luxueuses, ses en­ceintes sont étu­diées avec amour et tou­jours pro­po­sées à des prix très dé­mo­cra­tiques compte te­nu de la qua­li­té des com­po­sants qu’elles em­barquent.

Une grande co­lonne qui a de l’al­lure, fruit d’une union entre une très au­dio­phile en­ceinte de bi­blio­thèque et un cais­son de basses

La Da­vis Acous­tics Cour­bet n°7 rompt un peu avec les ca­nons es­thé­tiques très clas­siques, voire un peu ré­tro, aux­quels nous a ha­bi­tué le construc­teur fran­çais de Troyes. L’ébé­nis­te­rie de l’en­ceinte, réa­li­sée en pan­neaux de mé­dium de bonne épais­seur (jus­qu’à 27 mm pour le baffle), re­vêt une pein­ture noire la­quée ou blanche sa­ti­née se­lon la fi­ni­tion choi­sie. Elle est lé­gè­re­ment in­cli­née vers l’ar­rière et mon­tée sur une base ex­cen­trée ar­bo­rant un pla­cage en bois vé­ri­table. Cette géo­mé­trie et sa fi­nesse confèrent à la Da­vis Cour­bet n°7 une al­lure as­sez par­ti­cu­lière, qui ne laisse pas in­dif­fé­rent. Mais l’en­semble est par­fai­te­ment stable et cette géo­mé­trie est aus­si dic­tée par de bonnes rai­sons acoustiques. Du fait de son in­cli­nai­son, l’ébé­nis­te­rie de la Cour­bet n°7 pré­sente en ef­fet moins de pa­rois in­ternes pa­ral­lèles, ce qui li­mite les ef­fets pa­ra­sites de ré­so­nances et ondes sta­tion­naires. En outre, la struc­ture est di­vi­sée en deux com­par­ti­ments dis­tincts. Le com­par­ti­ment su­pé­rieur re­pré­sente un peu moins d’un tiers du vo­lume to­tal. Il ac­cueille le twee­ter et le trans­duc­teur de mé­dium. Le twee­ter est le nou­veau mo­dèle haut de gamme de Da­vis. Il est équi­pé d’un dôme en tex­tile im­pré­gné de 28 mm et d’une chambre de dé­com­pres­sion ar­rière tu­bu­laire. Le trans­duc­teur de mé­dium de 13 cm est ty­pique des réa­li­sa­tions de la marque, do­té d’une mem­brane jaune en fibres de Kev­lar tres­sées avec ogive cen­trale en mé­tal so­li­daire du mo­teur. Iden­tique au boo­mer de la Da­vis Olym­pia One Mas­ter, il est ac­cor­dé comme lui en bass-re­flex, par un pe­tit évent tu­bu­laire ar­rière. La par­tie su­pé­rieure de la Cour­bet n°7 est donc très proche de l’en­ceinte de bi­blio­thèque Olym­pia One Mas­ter qui a été ré­com­pen­sée d’un Dia­pa­son d’or en 2016. Quant à la par­tie in­fé­rieure, il s’agit d’un vo­lu­mi­neux cais­son de grave qui donne la pos­si­bi­li­té à la Da­vis Cour­bet n°7 de des­cendre jus­qu’à 40 Hz. Elle est ac­cor­dée par un large évent tu­bu­laire fron­tal et mon­tée d’un woo­fer de 17 cm à cône en fibres de car­bone tres­sées, très lé­ger et ri­gide, bien adap­té à un fonc­tion­ne­ment en pis­ton.

Fi­dèle à notre ha­bi­tude, nous avons ins­pec­té l’in­té­rieur de la Da­vis Cour­bet n°7 et ses com­po­sants. On est loin d’une construc­tion in­dus­trielle stan­dar­di­sée et ce­la res­pire l’ar­ti­sa­nat soi­gné. On re­marque les nom­breuses cloi­sons ajou­rées des ren­forts in­ternes ain­si que les so­lides sa­la­diers des haut-par­leurs en mé­tal mou­lé par in­jec­tion, ou en­core la qua­li­té du câ­blage. Les com­po­sants du filtre sont sé­lec­tion­nés et mon­tés «en l’air» sui­vant une mé­thode au­dio­phile haut de gamme.

Da­vis Acous­tics n°7, ou l’art de l’équi­libre entre jus­tesse, sub­ti­li­té et gé­né­ro­si­té

Sur le ter­rain, les Da­vis Cour­bet n°7 sont des en­ceintes re­la­ti­ve­ment do­ciles, fa­ciles à ali­men­ter. Lors de l’ins­tal­la­tion, il fau­dra ce­pen­dant bien les ajus­ter en di­rec­tion de la zone d’écoute, car leur trans­duc­teur de mé­dium est re­la­ti­ve­ment di­rec­tif. De prime abord, ces Cour­bet n°7 ne semblent pas par­ti­cu­liè­re­ment dé­mons­tra­tives ni très per­cu­tantes. Lors d’une écoute ra­pide, on pour­rait même pas­ser un peu à cô­té, et pour­tant, elles ont des qua­li­tés forts ap­pré­ciables. On n’y prête pas garde au dé­but, mais au fil du temps, en les es­sayant avec dif­fé­rents am­pli­fi­ca­teurs (dont un Den­sen B-175 et un Ar­cam SA20), on se met à les ap­pré­cier de plus en plus pour leur co­hé­rence, leur sou­plesse, leur jus­tesse. Leur grave peut sem­bler un peu rond, mais lors­qu’il est bien te­nu par l’am­pli­fi­ca­teur, ce qui est le cas avec le Den­sen B-175 qui est ex­cellent dans ce do­maine, il se montre par­ti­cu­liè­re­ment bien ar­ti­cu­lé et ra­pide. L’ai­gu se montre lui d’une grande dou­ceur tout en fai­sant état d’une très belle dé­fi­ni­tion. Les Da­vis Cour­bet n°7 sont dé­jà de grandes en­ceintes des­quelles se dé­gagent beau­coup de classe et de sub­ti­li­té. Elles conci­lient sa­vam­ment dé­li­ca­tesse et gé­né­ro­si­té. Avec elles, la mu­sique est épa­nouie, mais pas rentre-de­dans. Lors­qu’elles sont bien po­si­tion­nées, elles savent aus­si dé­li­vrer une image so­nore très ample et aé­rée, pleine de re­lief. En com­pa­gnie de l’am­pli Ar­cam SA20, elles nous ont of­fert une image sté­réo­pho­nique en 3D, ho­lo­gra­phique, to­ta­le­ment en­voû­tante. Leur re­gistre mé­dium est d’une qua­li­té de timbre qui fait hon­neur à la ré­pu­ta­tion des trans­duc­teurs à mem­brane Kev­lar de la marque. Les voix sont em­pruntes d’une su­perbe dé­li­ca­tesse, tout en ayant de la force et de la pré­sence. Les Da­vis Acous­tics Cour­bet n°7 ne cherchent pas à trop en faire, mais évitent aus­si l’écueil d’en­ceintes à la res­ti­tu­tion trop re­te­nue. Elles ont de l’em­phase, de la ri­chesse, sans pour au­tant se mon­trer trop im­pres­sion­nantes, ou d’une per­son­na­li­té en­va­his­sante et fa­ti­gante. La mu­si­ca­li­té est as­su­ré­ment au ren­dez-vous. Et les Cour­bet n°7 se montrent de plus en plus agréables à vivre au fil du temps pas­sé avec elles.

4500 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.