Tho­rens TD 201

On Magazine - - SOMMAIRE -

La Tho­rens TD201 est une pla­tine vi­nyle élé­gante et dis­crète, construite au­tour d’un pan­neau en bois plein (du mé­dium) de 21 mm d’épais­seur, re­vê­tu d’une très belle laque noire. Ce re­vê­te­ment gé­nère un peu d’ef­fet élec­tro­sta­tique et at­tire la pous­sière, mais lui confère aus­si un as­pect luxueux. Cette pla­tine vi­nyle est construite à Taï­wan. Elle semble pro­ve­nir de la même usine que les mo­dèles Teac (voir le test de la TN-280BT par exemple) ou que l’elac Mi­ra­cord 50. Tous ces pro­duits se­raient en ef­fet dé­ve­lop­pés au­tour de la même base mé­ca­nique, par­ti­cu­liè­re­ment sé­rieuse et fiable dans sa ca­té­go­rie. Leurs marques res­pec­tives leur ap­por­te­raient en­suite à cha­cune quelques touches per­son­nelles afin d’adap­ter le de­si­gn et aus­si le ren­du so­nore à leur ma­nière.

Une base mé­ca­nique com­mune et de qua­li­té avec la touche per­son­nelle de Tho­rens

Comme sur l’elac Mi­ra­cord 50 donc, on re­trouve sur la Tho­rens TD201 un pré­am­pli Pho­no in­té­gré dé­brayable, uti­li­sant un am­pli Op JRC (NJM8080), ain­si qu’une cel­lule MM pré-mon­tée Au­dio-tech­ni­ca AT3600. Le mo­teur à en­traî­ne­ment par cour­roie est semble-t-il le même, ain­si que la base du bras en ma­té­riau plas­tique de syn­thèse. Mais on re­marque aus­si plu­sieurs dif­fé­rences. Si les com­mandes marche/ar­rêt et choix de la vi­tesse (33 ou 45 tr/min) en forme de grosses vir­gules chez Tho­rens n’ont cer­tai­ne­ment pas d’in­fluence sur le son, en re­vanche les pieds en ca­ou­tchouc, fixés de fa­çon plus ri­gide sur la TD201, peuvent mo­di­fier le ren­du acous­tique. Une autre dif­fé­rence qui peut avoir une in­fluence sur les per­for­mances tient dans le pi­lo­tage du mo­teur. Chez Tho­rens, il n’y a pas d’as­ser­vis­se­ment, mais un ac­cès aux vis de ré­glage pré­cis de la vi­tesse, par le biais de deux pe­tits trous ca­chés sous la base, der­rière un au­to­col­lant. Le pla­teau en fonte d’alu­mi­nium, li­vré avec un épais ta­pis en ca­ou­tchouc, est de son cô­té amor­ti par un gros bou­din de si­li­cone sur son pour­tour in­té­rieur. Le bras pré­sente aus­si quelques spé­ci­fi­ci­tés propres à la Tho­rens TD201. As­sem­blé au­tour d’un tube en alu­mi­nium, il pos­sède un car­dan mé­tal­lique à pièces

rec­tan­gu­laires, ain­si qu’un porte-cel­lule amo­vible, à mon­ture Or­to­fon/sme, par­ti­cu­liè­re­ment qua­li­ta­tifs. Dans l’en­semble, comme toutes les pla­tines vi­nyles de cette fa­mille taï­wa­naise, la Tho­rens TD201 est d’une bonne qua­li­té de fa­bri­ca­tion, so­lide et ras­su­rante.

Une pla­tine vi­nyle qui ap­puie dans le bas et claque bien

Sur le ter­rain, la Tho­rens TD201 s’avère (comme on pou­vait s’y at­tendre compte te­nu de sa fi­lia­tion) d’un grand si­lence de fonc­tion­ne­ment. Les bruits pa­ra­sites de rou­le­ment et frot­te­ment sont in­fimes. Le pré­am­pli Pho­no est lui, en re­vanche, un peu sen­sible au souffle gé­né­ré par l’ali­men­ta­tion du mo­teur et aux ef­fets élec­tro­sta­tiques. À l’écoute, on re­trouve ins­tan­ta­né­ment les qua­li­tés de la base mé­ca­nique com­mune à plu­sieurs mo­dèles et marques de pla­tines vi­nyles. Le son est chan­tant, ar­ti­cu­lé, avec des timbres agréables, un re­gistre mé­dium ou­vert qui dé­ve­loppe beau­coup de pré­sence et une belle éner­gie sur les voix. La chan­teuse Han­nah Reid du groupe Lon­don Gram­mar est très bien in­car­née avec ses ac­cents gut­tu­raux ca­rac­té­ris­tiques. Sur l’al­bum «If You Wait» (ver­sion 45 tours, gra­vée sur deux vi­nyles de 180 g), qui dis­tille un ni­veau par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant dans les basses, la Tho­rens TD201 montre son talent. La res­ti­tu­tion a de l’am­pleur, de la pro­fon­deur, une as­sise que l’on ne trouve pas tou­jours ailleurs. Les graves pour­raient être un peu mieux te­nus. En contre­par­tie, ils se montrent gé­né­reux, avec de belles ron­deurs. Le son n’en est pas pour au­tant mou. On s’en rend compte sur «The First Al­bum» de Ma­don­na (la ré­édi­tion de 1985) da­tant d’une époque où les in­gé­nieurs de stu­dio mixaient en­core en pen­sant avant tout au vi­nyle. La res­ti­tu­tion est très ryth­mique, ne donne pas cette sen­sa­tion froide et trop élec­tro­nique des ver­sions nu­mé­riques. C’est ra­pide, ça claque et swingue. On se croi­rait re­ve­nu sur les dan­ce­floors des eigh­ties.

450 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.