Chord & Ma­jor 9’13 Clas­si­cal

D202

On Magazine - - SOMMAIRE - par Ma­nuel Cour­bo

Nous avons dé­jà tes­té les écou­teurs D201G de cette jeune marque nan­taise. Erdre Au­dio re­vient main­te­nant avec les D202, des in­traau­ri­cu­laires tou­jours «clas­siques», à liai­son fi­laire et aux pres­ta­tions so­nores très tra­vaillées. Es­thé­ti­que­ment, ces nou­veaux écou­teurs Erdre Au­dio D202 re­prennent les mêmes re­cettes que les pré­cé­dents mo­dèles : d’élé­gantes coques en al­liage d’alu­mi­nium de grade 6063 ano­di­sé noir, des câbles ha­billés d’une gaine plas­tique qui li­mitent cer­tains em­mê­lages en cas de ran­ge­ment ra­pide peu pré­cau­tion­neux et un mi­cro­phone ac­com­pa­gné d’un bou­ton de com­mande unique pour l’uti­li­sa­tion avec un smart­phone.

La grosse dif­fé­rence entre ces deux paires d’écou­teurs (D201G et D202), d’ap­pa­rence proche, se trouve à l’in­té­rieur, au ni­veau de l’amor­tis­se­ment de la charge. Dans cha­cune des coques de leurs oreillettes, les Erdre Au­dio D202 dis­posent d’un mo­dule ETL (Em­bed­ded Trans­mis­sion Li­ne­band). Ce­lui-ci consiste en une pièce char­gée d’ab­sor­ber l’onde ar­rière du trans­duc­teur afin qu’elle ne re­vienne pas, par phé­no­mène de re­bond, aux oreilles de l’uti­li­sa­teur, après avoir tra­ver­sé la mem­brane du­dit trans­duc­teur. Dixit le fa­bri­cant, en «ab­sor­bant ces ondes pré­cé­dem­ment re­bon­dis­santes, ce­la per­met de net­toyer le son et de di­mi­nuer consi­dé­ra­ble­ment l’écho et les dis­tor­sions».

Sur le ter­rain, après une pe­tite pé­riode de ro­dage, nous avons com­pa­ré les écou­teurs Erdre Au­dio D202 à nos mo­dèles de ré­fé­rence, pla­cés dans la même zone de prix. Les D202 n’ont pas eu peur de la confron­ta­tion, bien au contraire. Ils se sont même mon­trés plus clairs, plus aé­rés, plus pré­cis et très dé­taillés. Le seul pe­tit bé­mol concerne la scène so­nore que nous au­rions ai­mée un tout pe­tit peu plus vaste. Sur le mor­ceau Soul/rap d’aloe Blacc «I Need A Dol­lar», qui re­prend des so­no­ri­tés ve­nues des an­nées 1960/70, mé­lan­geant ins­tru­ments à vent, ac­cords de gui­tare basse lan­ci­nants, et de voix très claire et bien des­si­née, les Erdre Au­dio D202 pro­curent un ren­du très propre, sans confu­sion. Tous les ins­tru­ments, et ils sont nom­breux, trouvent leur place aux cô­tés de la belle voix d’aloe Blacc. Le chan­teur est bien cen­tré. La basse et la bat­te­rie s’ins­tallent un peu en re­trait à droite, tan­dis que les dif­fé­rents ins­tru­ments à vent passent de gauche à droite. Le tout est très bien res­ti­tué.

Au dé­part, nous avons pas mal tâ­ton­né (comme d’ha­bi­tude) sur le très im­por­tant choix de la bonne taille d’em­bouts afin d’as­su­rer le par­fait cou­plage in­tra-au­ri­cu­laire. Une fois cette étape pas­sée, les Erdre Au­dio D202 se sont ré­vé­lés simples, fa­ciles et ef­fi­caces. Ils nous ont ac­com­pa­gnés pen­dant de très longues heures et ne nous ont ja­mais dé­çus. Ils sont confor­tables, tou­jours très agréables à écou­ter et ne s’avèrent pas fa­ti­gants. Ils sont li­vrés avec une pe­tite housse de ran­ge­ment ronde bien conçue et très pro­tec­trice. Le tout pour moins de 100 €, c’est une offre réel­le­ment au­dio­phile et in­té­res­sante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.