ifi Au­dio Pro IDSD

Pro IDSD

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre Stem­me­lin

Avec cette nou­velle pe­tite élec­tro­nique sé­den­taire haut de gamme, à mi-che­min entre le monde pro­fes­sion­nel et ce­lui de la Haute Fi­dé­li­té, la marque an­glaise ifi Au­dio pro­pose un pro­duit mul­ti­tâche ex­trê­me­ment com­plet et aux cir­cuits pé­tris de so­lu­tions au­dio­philes. En ef­fet, le Pro IDSD est à la fois un conver­tis­seur Hi-res com­pa­tible DSD, un lec­teur de mu­sique en ré­seau ain­si qu’un pré­am­pli et am­pli casque à tubes of­frant une mul­ti­tude de pos­si­bi­li­tés de ré­glages. Le Pro IDSD est un pro­duit mul­ti­fa­cette to­ta­le­ment aty­pique. Il est conçu pour une nou­velle gé­né­ra­tion d’au­dio­philes qui té­lé­chargent de la mu­sique en au­dio Hi-res, uti­lisent fré­quem­ment leur or­di­na­teur comme source, sont adeptes des ser­vices de mu­sique en ligne et de l’écoute à par­tir de casques haut de gamme aus­si bien que de­puis leur sys­tème Hi­fi. L’ap­pa­reil prend la forme d’un pe­tit boî­tier très com­pact d’à peine plus de 20 cm de large et de pro­fon­deur, pour 6,3 cm de haut, ac­com­pa­gné d’une ali­men­ta­tion ex­terne de la taille de celle d’un or­di­na­teur por­table. Le châs­sis, bien so­lide, pos­sède une fa­çade en alu­mi­nium de plus de 5 mm d’épais­seur. Il est en­châs­sé dans un pro­fi­lé éga­le­ment en alu­mi­nium, aux pa­rois on­du­lées, avec des dé­coupes concen­triques et un pe­tit hu­blot à tra­vers le­quel on peut aper­ce­voir les tubes ins­tal­lés à l’in­té­rieur. L’es­thé­tique rap­pelle celle d’élec­tro­niques de la marque Chord, éga­le­ment bien connue des au­dio­philes.

Un ap­pa­reil aux ré­glages et à la connec­tique qui s’adaptent au maxi­mum de be­soins et d’en­vies

La fa­çade de l’ifi Au­dio Pro IDSD pos­sède un pe­tit écran rond cen­tral, re­la­ti­ve­ment in­for­ma­tif et bien li­sible, et deux gros bou­tons ro­ta­tifs sur les cô­tés :

à droite pour la sé­lec­tion de la source et à gauche pour le ré­glage du vo­lume. Elle est équi­pée de trois sor­ties casque aux stan­dards jack 6,35 mm, mi­ni­jack et jack 2,5 mm sy­mé­trique. À ce­la s’ajoutent deux pe­tites clés à bas­cule pour choisir le mode d’am­pli­fi­ca­tion (tran­sis­tors, tubes ou tubes+) et le gain (0,9 ou 18 db), ain­si qu’un sé­lec­teur, lui aus­si ro­ta­tif, de mode de re­mas­té­ri­sa­tion nu­mé­rique (Bit per­fect, Bit per­fect +, Gibbs Tran­sient Op­ti­mi­zed, Apo­di­sing, Tran­sient Al­li­gned). Sans en­trer dans les dé­tails, on peut donc af­fir­mer que les pos­si­bi­li­tés de ré­glages et d’adap­ta­tion sont fort nom­breuses. L’éten­due de la connec­tique à l’ar­rière est tout aus­si éton­nante. Cinq en­trées nu­mé­riques di­rectes sont pré­sentes : co­axiale et op­tique réunies sur la même prise RCA, Usb-au­dio, XLR et BNC. La der­nière ac­cep­tant aus­si le si­gnal d’une hor­loge nu­mé­rique de syn­chro­ni­sa­tion ex­terne, avec là en­core la pos­si­bi­li­té de choisir entre plu­sieurs modes de syn­chro­ni­sa­tion (Ato­mic, DARS, 10 MHZ ou Stan­da­lone). S’ajoutent un lec­teur de cartes mé­moire SDHC, un port USB Host et, pour la liai­son ré­seau, une an­tenne Wi-fi ain­si qu’un port Ether­net. Les sor­ties ana­lo­giques sont de leur cô­té dou­blées, à la fois sur prises RCA asy­mé­triques et XLR sy­mé­triques. Là en­core, l’ifi Au­dio Pro IDSD pro­pose plu­sieurs modes de fonc­tion­ne­ment pour ces sor­ties : ni­veau fixe ou va­riable (pi­lo­té par le po­ten­tio­mètre de vo­lume en fa­çade ou la té­lé­com­mande), avec fil­trage ana­lo­gique «Pro» (pente raide) ou «Hi­fi» (pente douce).

La mul­ti­pli­ca­tion des bonnes pe­tites re­cettes au­dio­philes sans ou­blier des tubes NOS

L’ali­men­ta­tion est ex­ter­na­li­sée dans un boî­tier spé­cia­le­ment étu­dié, ifi ipo­wer Plus, d’une va­leur de 15 V/4 A. Ce­la n’em­pêche pas le Pro IDSD d’être plein comme un oeuf. Ce­la com­mence par des cir­cuits de ré­gu­la­tion d’ali­men­ta­tion très soi­gnés et ex­clu­sifs à la marque. Viennent en­suite d’im­po­sants étages d’iso­la­tion gal­va­nique des en­trées nu­mé­riques tra­di­tion­nelles, tout en com­po­sants dis­crets, ain­si qu’une in­ter­face asyn­chrone Xmos XU21690/200 pour l’en­trée Usb-au­dio. Puis il y a l’étage de conver­sion n’uti­li­sant pas une, ni deux, ni trois, mais quatre puces DAC Burr Brown DSD1793 as­so­ciées à une puce de type Cry­so­peia FPGA, ca­pable de re­mas­té­ri­ser tous les flux nu­mé­riques en­trants jus­qu’en DSD1024 ou PCM 768 khz. Ar­rivent en­fin les étages ana­lo­giques, eux aus­si tout en com­po­sants dis­crets et en confi­gu­ra­tion sy­mé­trique. Pi­lo­tés par un po­ten­tio­mètre Alps de qua­li­té, ils sont di­vi­sés en sec­tions sem­blant in­dé­pen­dantes pour les sor­ties asy­mé­trique, sy­mé­trique et casque. Plu­sieurs buf­fers in­diquent un fonc­tion­ne­ment en classe A, à par­tir de tran­sis­tors J-FET, ou des tubes Ge­ne­ral Elec­tric JAN 5670W (de type NOS, made in USA) se­lon le mode de sor­tie choi­si par l’uti­li­sa­teur. Pour ceux et celles qui vou­draient plus de dé­tails tech­niques concer­nant les cir­cuits du Pro IDSD, nous conseillons d’al­ler faire un tour sur le site Web d’ifi Au­dio, qui s’avère par­ti­cu­liè­re­ment bien four­ni à ce su­jet.

Une fonc­tion lec­teur ré­seau qui n’est pas anec­do­tique

Pour être hon­nête, je n’ai pas com­pa­ré et ana­ly­sé toutes les com­bi­nai­sons de ré­glages (il y en a plu­sieurs cen­taines au to­tal) que pro­pose le Pro IDSD d’ifi Au­dio, mais j’ai es­sayé d’en faire un tour

as­sez ex­haus­tif. À la vue de ses équi­pe­ments et fonc­tions plé­tho­riques, on pour­rait croire que cette pe­tite élec­tro­nique est as­sez gad­get. Eh bien, il n’en est rien. Tous les es­sais que j’ai ef­fec­tués se sont ré­vé­lés in­té­res­sants, of­frant à chaque fois des per­for­mances du meilleur ni­veau, même en te­nant compte du ta­rif haut de gamme de ce pro­duit. Pour com­men­cer, la fonc­tion de lec­teur ré­seau que je pen­sais un peu anec­do­tique, ne l’est fi­na­le­ment pas du tout. Elle fait ap­pel au sys­tème Link­play et se pi­lote à par­tir de l’ap­pli­ca­tion Mu­zo Player sous IOS ou An­droid. Le sys­tème Link­play in­clut la com­pa­ti­bi­li­té avec Air­play et Spo­ti­fy Con­nect, aux­quels s’ajoutent l’ac­cès di­rect à Ti­dal, aux We­bra­dios (de­puis Tu­nein ou ihear­tra­dio) ain­si que la lec­ture de fi­chiers du ré­seau local en mode DLNA. L’ap­pli Mu­zo Player m’est ap­pa­rue re­la­ti­ve­ment simple et er­go­no­mique, tan­dis que la connexion au ré­seau par le Wi-fi s’est faite sans en­combre.

Un su­per jouet pour au­dio­phile et un ap­pa­reil aus­si per­for­mant que musical

Pen­dant les tests d’écoute, j’ai es­sayé les dif­fé­rents filtres et modes dis­po­nibles à tra­vers les ré­glages de l’ifi Au­dio Pro IDSD. À chaque fois, j’ai re­mar­qué de vé­ri­tables dif­fé­rences dans le ren­du so­nore : un peu plus d’am­pleur ou de pro­fon­deur sté­réo­pho­nique, un peu plus de cha­leur, un peu plus de dy­na­mique et de mor­dant... Ces ré­glages sont vrai­ment conçus in­tel­li­gem­ment. Ils tra­vaillent de fa­çon sub­tile, sans co­lo­ra­tion ou ef­fet ou­tran­cier, mais leur ac­tion est bien per­cep­tible. Ils per­mettent de s’adap­ter au sys­tème que l’on ali­mente, que ce soit une chaîne Hi­fi, des en­ceintes am­pli­fiées, un casque ou des écou­teurs et aus­si à la mu­sique que l’on écoute. Par­fois, sur cer­tains mor­ceaux on au­ra en­vie de gar­der tous les ré­glages au neutre alors qu’à d’autres mo­ments, on pré­fé­re­ra adou­cir un peu les ai­gus, ga­gner en pro­fon­deur dans le grave, don­ner un peu plus de re­lief et d’am­pleur à l’image sté­réo­pho­nique. Du coup, l’ifi Pro IDSD est un pro­duit très po­ly­va­lent dans le sens où on peut op­ti­mi­ser sa res­ti­tu­tion en fonc­tion de la qua­li­té de la source, du dif­fu­seur ain­si que de l’en­re­gis­tre­ment. Si ce der­nier est un peu «li­mite», on a le loi­sir de lé­gè­re­ment gom­mer ses dé­fauts, le ma­gni­fier et s’il est par­fait, on adopte le mode le plus neutre pour un son le plus pur pos­sible. Ce­la est d’au­tant plus ap­pré­ciable qu’en mode neutre, comme ce­lui des autres pro­duits ifi Au­dio (mais de fa­çon en­core plus pous­sée ici), le son du Pro IDSD est très ri­gou­reux, sans ex­cès, avec une large bande pas­sante, une image sté­réo­pho­nique su­per­be­ment construite et ne for­çant le trait sur au­cun re­gistre. C’est sub­til, dé­li­cat, dé­taillé, pré­cis et trans­parent... le seul risque est de s’en­nuyer un peu sur cer­tains en­re­gis­tre­ments man­quant de per­son­na­li­té, mais là jus­te­ment on peut alors uti­li­ser les dif­fé­rents ré­glages pour don­ner plus de cou­leur, plus d’éner­gie. Ain­si sur «Mor­ning Phase» de Beck (en ver­sion 32 bits/96 khz) à par­tir du casque Senn­hei­ser HD820 que j’ai uti­li­sé pen­dant les es­sais de L’IDSD Pro, la gui­tare dans l’in­tro­duc­tion est su­perbe. La caisse de l’ins­tru­ment a du corps. Les cordes ont de la lé­gè­re­té. On en­tend bien leurs vi­bra­tions sur les frettes mé­tal­liques du manche. Les timbres sont à la fois ex­trê­me­ment riches et purs. Tous les autres élé­ments sont po­sés, dé­taillés, ar­ti­cu­lés.

On peut très fa­ci­le­ment iso­ler men­ta­le­ment chaque ins­tru­ment ou ef­fet de mixage. Les coups de cym­bales et leurs ex­tinc­tions, très franches sur ce mor­ceau, sont su­per­be­ment ren­dus. Les choeurs, mi-homme, mi-ins­tru­ments, donnent une at­mo­sphère très aé­rée, spa­tia­li­sée, tout en gar­dant ce cô­té très proche, fa­çon close-up sur la voix. Le pia­no, la contre­basse, la dé­li­cate bat­te­rie, tout est su­per­be­ment do­sé. Je me ré­gale au­tant à bas vo­lume, le son ne pa­rais­sant ab­so­lu­ment pas éteint, qu’à ni­veau éle­vé où rien ne de­vient criard, for­cé ou cris­pé. Ce Dac/am­pli casque ifi Au­dio ré­veille ex­trê­me­ment bien le Senn­hei­ser HD 820, qui a be­soin d’être un peu bous­cu­lé pour don­ner sa pleine me­sure. De­puis mon Mac­book et le logiciel Au­dir­va­na Plus comme lec­teur de ré­fé­rence, sur «Get Lu­cky» des Daft Punk, le son claque avec un mer­veilleux swing. J’ai ra­re­ment en­ten­du ce mor­ceau don­ner une telle sen­sa­tion de vi­ta­li­té ryth­mique. Il y a de l’élec­tri­ci­té dans l’air. La dif­fé­rence entre la ver­sion CD (16 bits/44 khz) et MQA (32 bits/44 khz) est sen­sible. On ob­tient une acous­tique plus juste dans le se­cond cas, un es­pace plus réa­liste. On a l’im­pres­sion de chan­ger d’échelle, de pas­ser d’un studio confi­né à une scène plus ou­verte, plus aé­rée plus « live ». À nou­veau, avec le mor­ceau dé­mo de la marque Light Har­mo­nic, «A Place in The Choir», in­ter­pré­té par les élèves de la John Adams Aca­de­my de Ro­se­ville (Ca­li­for­nie), je me plais à com­pa­rer les mul­tiples for­mats que j’ai en ma dis­po­si­tion. Les dif­fé­rences sont sub­tiles, mais per­cep­tibles. La ver­sion 24 bits/352 khz fi­nit par rem­por­ter mon adhé­sion face à celle en DSD64. De même, sur les fi­chiers DSD128 de l’album «The Schu­bert Con­nec­tion» par l’os­lo String Quar­tet (en­re­gis­tre­ment 2L), les ré­glages du Pro IDSD se ré­vèlent fort in­té­res­sants. Les vio­lons sont au dé­part très mor­dants et un peu agres­sifs. En jouant sur le gain et les filtres nu­mé­riques, ils re­de­viennent beau­coup plus doux et na­tu­rels à mes oreilles, juste un peu es­piègles, al­ter­nant entre vi­gueur et sua­vi­té se­lon le mou­ve­ment. Bref, vous l’au­rez com­pris, je me suis beau­coup amu­sé et ré­ga­lé comme ra­re­ment à tes­ter cet ifi Au­dio Pro IDSD. Il s’agit as­su­ré­ment d’un ap­pa­reil unique, ul­tra per­for­mant et musical.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.