Aôut le mois des bre­douilles ?

Pêche en Mer - - BAROMÈTRE DES CÔTES - De notre cor­res­pon­dant Jean Dus­saud

Quand je parle de bre­douille, je parle évi­dem­ment de la prise de beaux poissons. Nous avons de­puis plu­sieurs mois une eau qui dé­passe la tem­pé­ra­ture nor­male, jus­qu’à 27° dans notre baie, de quoi cou­per l’ap­pé­tit de nos com­pa­gnons de jeux. Heu­reux ceux qui sont mo­to­ri­sés et qui ont eu la pos­si­bi­li­té de sortir au large et faire de vé­ri­tables raz­zias de ma­que­reaux. Il au­ra fal­lu at­tendre as­sez long­temps pour les voir mon­ter sur nos mi­traillettes, tant ils étaient col­lés au fond. Suivent les billards et très peu de bo­nites que se soit à la traine, ou bien à la plom­bée, ou au bou­chon. Les thons se font at­tendre, il se­rait bien dom­mage que la sai­son of­fi­cielle de pêche se ter­mine sans que les clubs ne soient obli­gés de rendre des bagues qui n’au­raient pas été uti­li­sées, faute d’ad­ver­saires.

Pour en re­ve­nir aux bre­douilles, je pense par exemple aux va­can­ciers qui s’offre à grand prix une sor­tie en mer à un ta­rif non ne­gli­geable, et qui n’a eu que quelques touches pen­dant toute une ma­ti­née. Itout pour ce­lui qui se fait plai­sir chez le mar­chand d’ar­ticles de pêche et qui fier comme Ar­ta­ban se pré­ci­pite croyant vi­der la mer. Ce sont ces per­sonnes qui me font de la peine, ils ne sont res­pon­sables de rien, sauf que de­vant une mer de moins en moins pois­son­neuse ils sont dé­çus. Sou­hai­tons que sep­tembre nous ap­porte comme chaque an­née une fin de sai­son agréable avec des poissons mor­deurs. Peut-être les pre­mières mi­gra­tions de royales vers les graus, et les loups qui re­prennent pos­ses­sion de nos plages pour le plus grand plai­sir des pê­cheurs en surf.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.