Voi­ci l’en­semble de la gamme 100% mer pro­po­sée par Mathieu à ce jour.

Pêche en Mer - - MATÉRIEL LIVE -

qui re­groupe une di­zaine de craf­ters au­tour du leurre. C’est là que Phi­lippe Si­rop re­marque Mathieu.

De vraies oeuvres d’art

Pour l’an­cien tailleur de pierre, les nou­velles aven­tures com­mencent à Pa­ris. « C’est une vie par­ti­cu­lière qui ne me conve­nait pas ». Son épouse étant sar­thoise, il s’ins­talle ain­si à De­gré.

Au fil des mi­nutes, le Do­ris de Phi­lippe a re­joint l’anse du Vran qui borde l’Île aux Moines.Au­tour de nous quelques chasses de sternes se forment. L’eau est presque tiède, 22°C. Dans le Golfe, rien n’est comme ailleurs. « Dans le fond, il y a des col­lec­teurs en terre cuite sur les­quels se fixent des pe­tites huîtres. Les bars sont les pre­miers à se ser­vir », pré­cise Phi­lippe. Les os­tréi­cul­teurs dé­ta­che­ront le nais­sain pour en­suite le pla­cer dans un parc. Nous sommes à mi-mon­tant. Il y a 3,50 m d’eau sous le ba­teau.

C’est là que je dé­couvre le leurre de sur­face qui va pré­le­ver nos pe­tits bars, un Dad­dy Stick Sar­dine.

Comme tous les leurres conçus par Mathieu c’est une vé­ri­table oeuvre d’art qui a vite sé­duit une clien­tèle très par­ti­cu­lière. « Je com­mence à avoir des clients fi­dèles mais aus­si de nom­breuses de­mandes de col­lec­tion­neurs qui sou­haitent des leurres sans ha­me­çon pour les pla­cer der­rière une vi­trine. C’est un pu­blic que je ne m’at­ten­dais pas à avoir ».

Les leurres de Mathieu sur­pren-

dront par la ri­chesse des tons, les vo­lumes par­fois, le de­si­gn, le soin ap­por­té à chaque dé­tail avec sou­vent ces dents vo­lon­tai­re­ment ac­cen­tuées, ce pe­tit ai­mant sous le ventre qui colle au corps l’ha­me­çon. « Mes leurres sont à 90% en bois. Je tra­vaille très peu la ré­sine. Le bois a beau­coup plus de charme et de ca­rac­tère ». Mathieu uti­lise ain­si trois bois, le hêtre, le tilleul et le Sam­ba.

« Le hêtre est un bois plus lourd qui pos­sède de très bonnes pro­prié­tés mé­ca­niques. Le tilleul au­ra une meilleure flot­ta­bi­li­té que le hêtre. Le Sam­ba réunit les deux, la flot­ta­bi­li­té et les pro­prié­tés mé­ca­niques ». Au­to­di­dacte, Mathieu sur­prend en­core après être pas­sé avec une ap­pa­rente fa­ci­li­té de la pierre au bois. « Le tra­vail du bois est, fi­na­le­ment, as­sez proche de ce­lui de la pierre. Les ou­tils sont même si­mi­laires. C’est l’af­fû­tage qui est dif­fé­rent. Il y a un double af­fû­tage chez le tailleur de pierre mais une seule pente sur les ci­seaux à bois. Je tra­vaille très peu au cut­ter ». Le pre­mier bar ne va pas ré­sis­ter au Dad­dy Stick. Il fait trois fois la taille du leurre. S’il y a en­core de nom­breux bars dans le Golfe, les gros sont plus rares. Pour­tant un énorme re­mous en sur­face sou­li­gne­ra l’at­taque, tou­jours sur le Dad­dy Stick, d’un pois­son qui était, ce­lui-là, très lar­ge­ment maillé. Seule­ment, il n’au­ra fait qu’ef­fleu­rer le leurre de la canne de Mathieu ce qui se­ra suf­fi­sant pour l’in­ci­ter à ne pas re­nou­ve­ler la ten­ta­tive.

Cinq à six leurres fa­bri­qués chaque jour

À De­gré, Mathieu s’est consti­tué deux ate­liers. « Dans le ga­rage, je tra­vaille le bois. Au do­mi­cile, c’est la pein­ture et le ver­nis­sage. La pein­ture, c’est ce qui a été le plus long à maî­tri­ser. Il faut faire quelque chose d’es­thé­tique qui plaise aux pê­cheurs. J’uti­lise des pein­tures acry­liques Créa­tex qui servent aux U.S.A. pour cus­to­mi­ser les voi­tures ». Il s’agit de pein­tures pour aé­ro­graphe (ato­mi­seurs) de très hautes qua­li­tés réa­li­sées à par­tir de pig­ments qui ré­sistent à la lu­mière.

« La pein­ture, dans la concep­tion du leurre, c’est le mo­ment où l’on passe le plus de temps. Je tra­vaille sur de très pe­tites quan­ti­tés, une ou deux gouttes. Il y a des dents sur tous les leurres. Ce­la donne par­fois l’im­pres­sion de su­jets de des­sins ani­més. Mais ça ra­mène aus­si la pêche à ce qu’elle doit être, un loi­sir ».

Mathieu réa­lise ain­si cinq à six leurres par jour de A à Z. Mais pour y par­ve­nir, il faut se consa­crer à une sé­rie unique. Et des sé­ries, il com­mence à y en avoir chez Dad­dy Craft entre leurres des­ti­nés à la mer ou à l’eau douce, voire cer­tains qui sont com­muns aux deux. Ces leurres à l’es­thé­tique hors du com­mun sont aus­si ef­fi­caces. « J’ai deux per­sonnes qui les testent ré­gu­liè­re­ment, des pê­cheurs qui sont tout le temps au bord de l’eau, un dans la Sarthe et l’autre dans le sud de la France. Les re­tours sont très po­si­tifs ».

Ache­ter Dad­dy Craft, c’est ache­ter du made in France

Ache­ter du Dad­dy Craft, c’est aus­si ache­ter du made in France. Dans cette fa­mille où Mathieu, son épouse, sa fille, Li­lou, le fils aus­si, pêchent, le faire à par­tir d’une fa­bri­ca­tion tri­co­lore est plus qu’une re­con­nais­sance pour le fon­da­teur. Les ha­me­çons sont des V.M.C.. Les pis­tons en inox ou les vis qui s’in­tro­duisent dans le bois viennent des USA, les ba­vettes aus­si de même que la corde à pia­no qui tra­verse le leurre dans toute sa lon­gueur et où se­ra fixé un ha­me­çon triple à l’ar­rière et l’agrafe juste au-des­sus de la ba­vette, à l’avant. Le bois dé­barque sous forme de grosses planches. « J’ai chez moi un tour à bois et l’ou­tillage pour dé­cou­per tilleul ou hêtre ». Au-des­sus de nos têtes, si­len­cieuses, nous sur­volent deux mont­gol­fières. C’est ain­si le Golfe du Morbihan au coeur de l’été. Dé­con­cer­tant et su­perbe. Mathieu va sortir un nou­veau bar de son élé­ment. Avant de le re­mettre dans ses eaux bre­tonnes, bien vi­vant. Lui aus­si, mal­gré ses souf­frances, a dé­ci­dé de pour­suivre son aven­ture. « C’était ce­la, où je me lais­sais al­ler ». Mathieu a fait un choix. Il a même pas­sé son per­mis ba­teau il y a deux ans. Chez Dad­dy Craft, il n’y a pas que les leurres qui sont des ré­fé­rences. ■

Ces leurres, une fois peints, se­ront des­ti­nés à de purs com­bat­tants comme les bo­nites.

Il s’agit du même leurre, à l’état brut en bas, et ache­vé, en haut.

Pour peindre ses leurres, Mathieu uti­lise un aé­ro­graphe et de la pein­ture acry­lique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.