Noeud de raccord tresse-fluo­ro

Pêche en Mer - - PRATIQUE - Texte & pho­tos de Jé­rôme Ber­trand

Le noeud de raccord né­ces­saire à une bonne pra­tique du jig­ging re­pré­sente en­core un vé­ri­table casse-tête pour cer­tains. Nous vous pré­sen­tons donc un pe­tit ac­ces­soire, très simple à bri­co­ler, qui vous per­met­tra de réa­li­ser le noeud le plus so­lide et, sur le plan vi­bra­toire, le plus dis­cret qui soit.

D e l’eau a cou­lé sous les ponts (des ba­teaux) de­puis bien­tôt un an que je vous en­traîne dans mon monde et vous êtes dé­sor­mais des jig­geurs aguer­ris. L’ex­pé­rience ai­dant, nous pou­vons donc pas­ser à un ni­veau su­pé­rieur de tech­ni­ci­té. Vous maî­tri­sez par­fai­te­ment le noeud de raccord tresse/fluo­ro, pré­sen­té dans Pêche en Mer n° 263 (juin 2007), qui reste, soit dit en pas­sant, tou­jours un très bon noeud, mais vous en vou­lez tou­jours plus. Eh bien, chers ca­ma­rades, ce qui suit de­vrait vous plaire, en­fin je l’es­père. Lors de cer­taines ses­sions de jig­ging où les très grosses sé­rioles at­tendent vos jigs de na­geoires fermes, tan­dis que les roches hé­rissent leurs mains tran­chantes, prêtes à dé­pe­cer votre fluo­ro car­bone, il est utile de mon­ter tant en dia­mètre qu’en lon­gueur de bas de ligne. La gros­seur du noeud de­vient alors un fac­teur dé­ter­mi­nant dans le confort et l’ef­fi­ca­ci­té de votre pêche. Ce­pen­dant, les vi­bra­tions qu’il oc­ca­sionne peuvent par­fois être un frein à l’at­taque d’un pois­son mé­fiant. Cette ver­sion de raccord tresse/fluo­ro que je vous pré­sente au­jourd’hui éli­mine cet in­con­vé­nient et pro­pose un noeud où la tresse est to­ta­le­ment ali­gnée avec le bas de ligne. Ce mon­tage s’ef­fec­tue seule­ment avec des en­rou­le­ments du mul­ti­fi­la­ment, sans au­cune boucle du fluo­ro­car­bone, li­mi­tant ain­si les risques de casse et de fai­blesse. Sa­chez qu’il est tout à fait en­vi­sa- geable sur des ter­mi­nai­sons entre 30 lb et 200 lb, voire plus si le coeur vous en dit. Certes, il est un pe­tit peu long à réa­li­ser, mais le jeu en vaut la chan­delle. À la pêche, nous ne sommes pas à deux mi­nutes. Ce n’est que de la dé­tente, alors co­ol ! Sor­tez le ta­blier, la scie sau­teuse, la per­ceuse et… On y va ! Pour nous ai­der à réa­li­ser ce noeud, il nous faut tout d’abord fa­bri­quer un pe­tit ac­ces­soire ou bien en ache­ter un, comme le mo­dèle Bob­bin Knot­ter Shout, un su­perbe pro­duit, d’une tech­ni­ci­té re­mar­quable, mais un peu cher (en­vi­ron 160 eu­ros). Cet ou­til nous ai­de­ra à sto­cker la ré­serve de tresse né­ces­saire, à la dis­tri­buer tou­jours ten­due et à fa­ci­li­ter les nom­breux en­rou­le­ments.

Ou­tils et ma­té­riels in­dis­pen­sables : – Alors ma chère Maï­té, de quoi avons­nous be­soin au­jourd’hui ?

– Pour la pré­pa­ra­tion de cette suc­cu­lente bo­bine à noeud à l’es­tra­gon, il nous faut un porte bo­bine pour le mon­tage de mouche (que vous trou­ve­rez chez le plus pe­tit dé­taillant qui tra­vaille un mi­ni­mum la pêche à la mouche), une bo­bine vide de fil de mon­tage de mouche, un élas­tique, quelques pe­tits plombs fins et, pour fi­nir, l’es­tra­gon.

– En­suite ma bonne Maï­té, que de­vons-nous faire ?

– Il nous faut far­cir la bo­bine vide des quelque fines olives de plomb mises de cô­té. Une fois que vous au­rez ef­fec­tué di­vers es­sais et que le les­tage sem­ble­ra idéal, vous pour­rez agré­men­ter d’une pe­tite dose de colle cya­no­lite ou, mieux, de ré­sine époxy (tou­jours dans le rayon mouche) pour lier la farce à l’in­té­rieur de la bête. Pour fi­nir, pas­sez l’élas­tique au­tour de la bo­bine de ma­nière à ce qu’il soit quand même as­sez ser­ré. Lais­sez mi­jo­ter à feu doux… Et bon ap­pé­tit mes­sieurs dames !

Afin que notre ac­ces­soire dé­livre la tresse dans de bonnes condi­tions quand vous le fe­rez tour­ner au­tour du fluo­ro dans les phases sui­vantes, il faut trou­ver le bon ré­glage de “frei­nage” de la dis­tri­bu­tion. Vous pour­rez l’ajus­ter avec le gram­mage de plomb (étape 1), en ser­rant l’es­pace entre les deux ex­tré­mi­tés du porte-bo­bine et en fai­sant des tours morts de tresse au­tour d’une des branches de l’ou­til. Soit il y au­ra trop de frein et la bo­bine ne tour­ne­ra pas, soit il n’y en au­ra pas as­sez et vous ris­quez de vous prendre la bo­bine dans la fi­gure… Quand tout ira bien et que vous fe­rez tour­ner très ra­pi­de­ment l’en­gin (étape 6), la dis­tance entre le fluo­ro­car­bone et le bout de l’ap­pa­reil res­te­ra ap­proxi­ma­ti­ve­ment la même.

Entre vos pe­tites mains, te­nez ten­du le bout de fluo­ro à la ver­ti­cale ou à l’oblique et faites tour­ner le porte bo­bine une di­zaine de fois au­tour du bas de ligne, tou­jours avec les spires es­pa­cées.

Met­tez votre bas de ligne à l’ho­ri­zon­tale et exé­cu­tez trois tours de tresse avec les spires très ser­rées les unes aux autres en re­par­tant vers notre point de dé­part, de ma­nière à re­cou­vrir l’ex­tré­mi­té de l’en­rou­le­ment de l’étape 4.

En­rou­lez une qua­ran­taine de cen­ti­mètres de tresse sur la bo­bine vide en coin­çant l’ex­tré­mi­té de celle-ci dans l’élas­tique, puis ef­fec­tuez deux tours de fil au­tour du fluo­ro­car­bone. Les spires ne doivent pas être trop proches les unes des autres.

Avec cette fa­çon de re­lier la tresse au fluo­ro­car­bone, vous pour­rez ti­rer en toute confiance, ce n’est pas là que ça cas­se­ra en pre­mier !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.