La hotte, de­si­gn et per­for­mante

Pleins feux sur les mo­dèles nou­velle gé­né­ra­tion.

Papilles - - Sommaire - Par Ma­ga­li Kunst­mann-Pel­chat et Aman­da Schrepf

Dif­fi­cile d’ima­gi­ner qu’une hotte soit en­tiè­re­ment fa­bri­quée à la main, à par­tir d’une simple plaque d’In­ox ou de verre, dans une en­tre­prise de 80 per­sonnes, au coeur de la cam­pagne nor­mande. Et pour­tant, c’est ain­si que sont réa­li­sées, chaque jour, 150 hottes Ro­blin. Ici pas de chaîne de pro­duc­tion au­to­ma­ti­sée comme on en trouve chez les concur­rents, mais uni­que­ment des ma­chines des­ti­nées à dé­cou­per (au la­ser pour la pré­ci­sion), à plier, poin­çon­ner, em­bou­tir et fa­çon­ner les cen­taines de pièces qui consti­tuent une hotte. Les com­po­sants élec­triques sont fa­bri­qués à l’ex­té­rieur. Du mo­teur à l’ha­billage, l’as­sem­blage s’ef­fec­tue en­tiè­re­ment à la main, es­sen­tiel­le­ment par des femmes dont la mi­nu­tie est lé­gen­daire. Ro­blin fa­brique, de­puis plus de 50 ans, des pro­duits haut de gamme, en sé­rie ou sur me­sure, dont les per­for­mances tech­niques et la qua­li­té de fi­ni­tion ne trompent pas. Un atout dans un sec­teur concur­ren­cé par le pré­cur­seur al­le­mand Gag­ge­nau, le belge No­vy, l’ita­lien Fal­mec, mais aus­si les fa­bri­cants eu­ro­péens d’élec­tro­mé­na­ger de moyenne gamme, qui cherchent à dé­ve­lop­per des ap­pa­reils tou­jours plus in­no­vants.

DE NOU­VELLES TECH­NO­LO­GIES

La hotte pro­fite, chaque an­née, d’in­no­va­tions tech­no­lo­giques qui s’adaptent aux cui­sines ou­vertes, aux mai­sons cer­ti­fiées BBC… Ain­si, l’in­no­va­tion Clean-R, dé­ve­lop­pée par Ro­blin, est un sys­tème de trai­te­ment de l’air par pho­to­ca­ta­lyse qui per­met de dé­li­vrer un air sans pol­luants ni bac­té­ries grâce à 4 ni­veaux de fil­tra­tion dont une lampe à UV-A. Même sou­ci d’ef­fi­ca­ci­té chez Fal­mec, qui équipe ses hottes de la tech­no­lo­gie d’io­ni­sa­tion bi­po­laire contrô­lée E.ion. In­té­res­sants dans les construc­tions BBC où la concen­tra­tion des pol­luants est plus im­por­tante, ces sys­tèmes sont par ailleurs moins bruyants que les ins­tal­la­tions tra­di­tion­nelles en re­cy­clage. Car, en ma­tière de hotte, le ni­veau so­nore est un cri­tère de choix im­por­tant, voire dis­cri­mi­nant, et le che­val de ba­taille des construc­teurs. Dif­fi­cile en ef­fet de com­bi­ner puis­sance d’as­pi­ra­tion et mo­teur si­len­cieux. Pour au­tant, les hottes les plus si­len­cieuses émettent au­jourd’hui un bruit de 35 à 50 dB, contre plus de 70 dB pour les plus bruyantes (une conver­sa­tion ani­mée se si­tuant au­tour de 60 dB). La rai­son ? Des amor­tis­seurs de bruit in­té­grés qui traitent les fré­quences ai­guës et mé­diums (les plus gê­nantes pour l’oreille), des sus­pen­sions qui neu­tra­lisent les vi­bra­tions du mo­teur,

des pa­rois en ma­té­riaux pho­no-ab­sor­bants ou en­core des so­lu­tions d’as­pi­ra­tion plus si­len­cieuses... Ain­si, No­vy af­firme di­mi­nuer de moi­tié le ni­veau so­nore de ses hottes, grâce aux so­lu­tions as­so­ciées au prin­cipe d’as­pi­ra­tion pé­ri­phé­rique (ou pé­ri­mé­trale) dont il est à l’ori­gine. Ce pro­cé­dé, is­su des ap­pa­reils pro­fes­sion­nels, per­met d’op­ti­mi­ser le rap­port dé­bit/ pres­sion et de di­mi­nuer la consom­ma­tion éner­gé­tique. Con­trai­re­ment aux hottes clas­siques, la zone des va­peurs est dé­por­tée vers le pé­ri­mètre de l’ap­pa­reil, grâce à un cou­loir d’as­pi­ra­tion qui crée un puis­sant ap­pel d’air et capte mieux les fu­mées. Les filtres se re­trouvent en des­sous d’une plaque en in­ox ou en verre pour un de­si­gn ori­gi­nal.

OB­JET HIGH-TECH DE CONVOI­TISE

En quelques an­nées, la hotte est de­ve­nue un élé­ment de dé­co­ra­tion à part en­tière. Il y en a pour tous les goûts et tous les bud­gets. Les hottes py­ra­mi­dales et box, mu­rales ou cen­trales (au-des­sus d’un îlot) sont les plus cou­rantes. Plus ré­cent, le mo­dèle ver­ti­cal se dis­tingue par un pan in­cli­né (au moins on ne s’y cogne pas !), en In­ox ou en verre de cou­leur, voire à l’as­pect In­ox, plus so­lide et plus fa­cile d’en­tre­tien que l’In­ox lui­même. Les hottes cy­lin­driques ou cu­biques ap­portent un vent de mo­der­ni­té dans la cui­sine. Le top en ins­tal­la­tion cen­trale : la hotte lustre aux formes sculp­tu­rales éton­nantes. En­fin, les hottes de­viennent des pe­tits bi­joux de tech­no­lo­gie connec­tée que l’on pi­lote di­rec­te­ment de­puis un smart­phone. Ou d’as­tu­cieux ta­bleaux où l’on peut no­ter sa liste de courses.

EN TOUTE DIS­CRÉ­TION

La hotte sait aus­si se faire très dis­crète. Le mo­dèle vi­sière (ou cas­quette), le plus ba­sique et le moins cher, est fixé sous le meuble pour ga­gner en ran­ge­ment. Les mo­dèles in­té­grés, ti­roirs (qui se mettent en marche en les fai­sant cou­lis­ser), es­ca­mo­tables (qui se dé­clenchent en en­trou­vrant la porte du meuble) et les groupes as­pi­rants (hotte sans ha­billage) sont dis­si­mu­lés dans un meuble haut, dès lors non uti­li­sable,

ou dans une struc­ture dé­co­ra­tive. Plus ré­cente, la hotte pla­fon­nier, fixe ou mo­bile, s’ins­talle dans un cof­frage, un faux pla­fond ou di­rec­te­ment dans le pla­fond à condi­tion d’avoir un es­pace suf­fi­sant au-des­sus. Il convient alors de pré­voir une ar­ri­vée élec­trique au pla­fond et de s’as­su­rer de la so­li­di­té de fixa­tion. Par­faite dans les pièces à vivre pour ne pas per­tur­ber le re­gard, no­tam­ment au-des­sus d’un îlot cen­tral. De même que les hottes de plan de tra­vail, qui s’éjectent au mo­ment de l’uti­li­sa­tion. Très ef­fi­caces, elles né­ces­sitent ce­pen­dant un plan de tra­vail plus large que la di­men­sion stan­dard ou un pla­card moins pro­fond.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.