Le Lot des sa­veurs

FOIE GRAS, TRUFFE, ME­LON, AGNEAU DU QUER­CY ET MÊME SA­FRAN, STAR DES ÉPICES, CETTE RÉ­GION DE CAUSSES RE­CÈLE DES TRÉ­SORS QUI SE RE­TROUVENT SUR LES ÉTALS DES NOM­BREUX MAR­CHÉS DES VILLES ET VIL­LAGES DU DÉ­PAR­TE­MENT.

Papilles - - Évasion - Par Fran­çois Beau­champs

Bien­ve­nue dans l’un des vil­lages pré­fé­rés des Fran­çais. Saint-Cirq-La­po­pie, ac­cro­ché à sa fa­laise au-des­sus du Lot, at­tire chaque an­née plus de 500 000 vi­si­teurs, y com­pris des Ja­po­nais qui aiment flâ­ner dans ce pe­tit bourg mé­dié­val qui a su gar­der toute son au­then­ti­ci­té. En po­si­tion do­mi­nante, les ves­tiges du fort in­vitent à dé­cou­vrir un pa­no­ra­ma à cou­per le souffle. Au dé­tour des ruelles, les mai­sons en pierre ou à pan de bois se dé­voilent, avec leurs échoppes, té­moi­gnages d’un riche pas­sé com­mer­cial et ar­ti­sa­nal. En contre­bas du vil­lage, le Lot, cette ma­gni­fique ri­vière qui coule sur quelque 480 km de­puis la Lo­zère, où il prend sa source, et jus­qu’à Ai­guillon, dans le Lo­tet-Ga­ronne, où il se jette dans la Ga­ronne. Il au­ra tra­ver­sé de ses eaux calmes et lim­pides cinq dé­par­te­ments et lais­sé sur ses rives des pay­sages va­riés de plaines et de monts. Le long de son cours, des écluses, des bar­rages, des mou­lins, un che­min de ha­lage… Au­tant de preuves du dy­na­misme de l’ac­ti­vi­té ba­te­lière au XIXe siècle, quand les ga­ba­riers trans­por­taient jus­qu’à Bor­deaux des cé­réales, du vin, du bois. À quelques en­ca­blures de Saint-Cir­qLa­po­pie, tou­jours au bord de la ri­vière, voi­ci Ca­hors, la pré­fec­ture du Lot. 20 000 âmes et un pont par­mi les plus re­mar­quables de France : le pont Va­len­tré, dont le chan­tier, au XIVe siècle, au­ra du­ré 70 ans, et sur­nom­mé le pont du Diable car, d’après la lé­gende, l’ar­chi­tecte n’ar­ri­vant pas à ve­nir à bout de l’ou­vrage au­rait pas­sé un pacte avec Sa­tan. Ca­hors, ca­pi­tale du mal­bec, ce cé­page ty­pique de la ré­gion, ac­cueille le mer­cre­di

et le sa­me­di un mar­ché de re­nom dans le centre an­cien, clas­sé mar­ché d’ex­cep­tion en 1996 par le Conseil na­tio­nal des arts cu­li­naires. Sur les étals des pro­duc­teurs lo­caux, le foie gras, la truffe, l’agneau ou le me­lon du Quer­cy viennent en­tou­rer l’autre star lo­cale, le ca­hors, ce vin noir au tem­pé­ra­ment af­fir­mé. Car dans ce dé­par­te­ment au pas­sé ru­ral, sur cette terre de mi­sère, le sol cal­caire des Causses donne du ca­rac­tère à la pro­duc­tion agri­cole. C’est sur ce ter­roir, au pied des arbres truf­fiers, qu’aiment à gran­dir ces cham­pi­gnons rares et par­fu­més, fai­sant du Lot l’un des pre­miers dé­par­te­ments pro­duc­teurs de France.

2

1

3

5 1 Le cé­page mal­bec donne des vins puis­sants. 2 Saint-Cirq-La­po­pie. 3 Le sa­fran a trou­vé dans le Lot sa terre d’élec­tion. 4 Le mar­ché de Ca­hors, au pied de la ca­thé­drale Saint-Étienne. 5 La ri­vière Lot s’étire sur 480 km et 5 dé­par­te­ments. 6 L’agneau...

4

6

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.