Une gros­sesse plus zen ?

Parents - - Édito -

Ça n’est pas su­per po­li­ti­que­ment cor­rect de le dire, et pour­tant… Ce mois-ci, Pas­cale, May­lis et Hé­lène ont sou­hai­té bri­ser le ta­bou, « On a dé­tes­té être en­ceintes ! ». « On a tel­le­ment l’ha­bi­tude d’en­tendre que la gros­sesse, c’est ma­gique et for­mi­dable, que c’est com­plè­te­ment culpa­bi­li­sant quand on ne res­sent pas les choses de cette fa­çon. » Alors, elles le disent haut et fort : tout n’est pas tou­jours tout rose pen­dant neuf mois [page 28] et le charme n’agit pas tou­jours ! Sauf que ça n’est pas si grave : non, ça n’au­gure rien de né­ga­tif pour la suite. Car non, ça n’em­pêche en rien de construire un lien fort avec son bé­bé à la nais­sance. Alors, si vous êtes dans ce cas, com­men­cez par dé­stres­ser. Et li­sez at­ten­ti­ve­ment ce nu­mé­ro de Pa­rents dans le­quel vous trou­ve­rez plein de nou­velles in­fos et de ré­sul­tats d’études qui de­vraient pou­voir vous fa­ci­li­ter la vie en at­ten­dant

l’ar­ri­vée de votre bout de chou. Les cher­cheurs viennent de mon­trer que le seul fait de man­ger des pis­taches peut per­mettre de lut­ter contre le dia­bète de la femme en­ceinte [page 25].

Une étude vient de dé­mon­trer que les nau­sées qui nous pour­rissent la vie au pre­mier tri­mestre sont en fait le signe de la pré­sence d’une hor­mone qui fa­vo­rise une bonne im­plan­ta­tion du pla­cen­ta dans l’uté­rus (ça console un peu, non ?) [page 10].

Et les mas­sages ré­gu­liers des pieds au cours de la gros­sesse per­met­traient ap­pa­rem­ment de ré­duire le temps du tra­vail en salle d’ac­cou­che­ment [page 14]. Et si on es­sayait d’en pro­fi­ter ?

Anaïs Jou­van­cy Di­rec­trice de la rédaction

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.