La danse post­na­tale, ké­sa­co ?

Vous sou­hai­tez re­prendre le sport en dou­ceur après la nais­sance de votre bé­bé ? Ne cher­chez plus, ins­cri­vez-vous à un cours de danse post­na­tale. Plai­sir, confiance en soi et re­laxa­tion ga­ran­tis.

Parents - - Sommaire - KATRIN ACOU-BOUA­ZIZ. PHO­TOS ÉLÉONORE HEN­RY DE FRAHAN. *https://danse-pre­na­tale.com

L’échauf­fe­ment est pro­pice aux re­gards com­plices avec son bé­bé.

Ce jeu­di après-mi­di, au centre de bien-être Ori­gyn*, à Pu­teaux, dans les Hauts-de-Seine,

elles sont cinq jeunes ma­mans à prendre un cours de danse avec leur bé­bé: Cé­cile, Au­drey, Ma­rie, Sté­pha­nie et Au­rore.

« Je conseille aux ma­mans de de­man­der l’avis de leur sage-femme avant de com­men­cer l’ac­ti­vi­té.

Dans cer­tains cas, il vaut mieux en­ta­mer sa ré­édu­ca­tion du pé­ri­née au préa­lable », pré­cise So­nia Du­chesnes, pro­fes­seur de danse, cho­ré­graphe et elle-même ma­man de deux en­fants.

«J’ai fait de la danse clas­sique pen­dant vingt ans, mais éga­le­ment des cla­quettes», confie Ma­rie en ber­çant son pe­tit Louis. « Avoir fait de la danse avant la gros­sesse peut don­ner en­vie aux femmes de conti­nuer avec leur bé­bé, mais ce n’est pas du tout obli­ga­toire! Le cours s’adresse vrai­ment à tous les ni­veaux », pré­cise So­nia.

En ef­fet, on est bien loin des lignes par­faites, des pointes ten­dues et du si­lence des cours de danse aca­dé­miques.

La séance dé­bute en tailleur. Les bé­bés sont al­lon­gés sur un pe­tit ta­pis et re­gardent leur ma­man. Tout com­mence par un au­to­mas­sage re­laxant, le vi­sage, les cer­vi­cales, les lom­baires, puis un mas­sage pour son en­fant. « On se frotte bien les mains pour les ré­chauf­fer avant de com­men­cer!», rap­pelle So­nia, qui guide les par­ti­ci­pantes de sa voix as­su­rée.

Les dan­seuses (et leur pe­tit ap­pren­ti) sont dé­ten­dues et s’exé­cutent à leur rythme,

sans pres­sion et sur de la mu­sique douce bien sûr. « Je veux que ça soit un mo­ment pri­vi­lé­gié pour elles, une bulle de li­ber­té, une pa­ren­thèse dans leur jour­née. Les ma­mans peuvent se le­ver pour chan­ger leur bé­bé, cal­mer des pleurs, don­ner le sein », pour­suit la prof de danse, qu’au­cun coui­ne­ment ne per­turbe.

Les hanches, les che­villes, les is­chions… Après l’échauf­fe­ment en dou­ceur des ma­mans, plus au­cun bé­bé ne pleure.

« Je pro­fite des chan­ge­ments de po­si­tion d’as­sise à de­bout pour ex­pli­quer comment pro­té­ger son pé­ri­née au quo­ti­dien», re­prend la pro­fes­sion­nelle. Les par­ti­ci­pantes se re­musclent aus­si en dou­ceur avec des exer­cices comme les “pompes-bi­sous”, qui raf­fer­missent les bras en fai­sant rire les bé­bés, ou les re­le­vés sur de­mi-pointes avec leur pe­tit dans les bras.

Dans la deuxième par­tie du cours, place à une pe­tite cho­ré­gra­phie de groupe.

Cer­taines prennent leur bé­bé en écharpe, d’autres pré­fèrent le por­ter. « C’est cru­cial de ré­in­ves­tir la zone du bas­sin après l’ac­cou­che­ment », ex­plique So­nia en don­nant des con­seils aux ma­mans, pour bien bou­ger sans for­cer. « Je danse sou­vent avec Gas­pard à la mai­son. Mais là, il est content de sor­tir et moi aus­si! C’est sym­pa, re­laxant et je suis heu­reuse d’avoir re­pris une pe­tite ac­ti­vi­té phy­sique as­sez ra­pi­de­ment », té­moigne Cé­cile. Après quelques pliés, dé­han­chés et pas de valse, tous les bé­bés sans ex­cep­tion se sont en­dor­mis ! «Je suis sûre que ça trans­met beau­coup de bien-être aux en­fants. Une connexion avec leur ma­man. Moins de maux de ventre. Peut-être même le sens du rythme ! », conclut So­nia.

Une fois le bé­bé bien ca­lé dans l’écharpe, on est libre de ses mou­ve­ments.

A cha­cune sa fa­çon de por­ter son mi­ni-par­te­naire…

Mas­sages et ber­ce­ments, les bé­bés adorent !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.