Bien-être

En­ceinte, 8 mé­thodes pour se re­laxer

Parents - - Sommaire - ISA­BELLE HAL­LOT

LE QI GONG C’est quoi ?

Dis­ci­pline tra­di­tion­nelle de la mé­de­cine chi­noise, le Qi Gong (pro­non­cez “Chi gong”) al­lie des mou­ve­ments lents et un tra­vail sur le souffle pour ai­der les fu­tures ma­mans à res­ter zen, éveiller leur “Qi” (éner­gie vi­tale), li­bé­rer les ten­sions et ap­prendre à se re­laxer. Ce­la per­met aus­si de se ré­ap­pro­prier son corps et d’amé­lio­rer son équi­libre. Quand le ventre s’ar­ron­dit, c’est fran­che­ment ap­pré­ciable !

Comment se dé­roule une séance ?

« Une séance as­so­cie des en­chaî­ne­ments de mou­ve­ments adap­tés aux femmes en­ceintes, de l’au­to­mas­sage au ni­veau des points d’acu­punc­ture et un temps de mé­di­ta­tion », ex­plique Ma­rie-Céline Le­roux, sa­ge­femme. Elle s’ef­fec­tue par pe­tits groupes et est ou­verte aux fu­turs pa­pas.

Pour qui ?

Pour lut­ter contre les pe­tits coups de blues et har­mo­ni­ser le corps et l’es­prit. Toutes les ma­mans, même les moins souples, peuvent pro­fi­ter de ses bien­faits. Les ma­mans en si­tua­tion de han­di­cap aus­si, car on peut le pra­ti­quer as­sise.

LE YO­GA PRÉNATAL C’est quoi ?

Un tra­vail de pos­tures (asa­nas), for­mi­dable ou­til de re­laxa­tion. Par­fai­te­ment adap­té aux femmes en­ceintes dé­si­reuses de ré­duire toutes les ten­sions phy­siques, psy­chiques et émo­tion­nelles liées à la gros­sesse.

Comment se dé­roule une séance ?

Elle dé­bute de­bout, pour se po­ser et prendre le temps d’être là. Elle se pour­suit par des pos­tures à quatre pattes, puis al­lon­gée. Elle se ter­mine avec du yo­ga ni­drâ, com­bi­nant re­laxa­tion pro­fonde et éveil de la conscience.

Pour qui ?

Toutes les fu­tures ma­mans, pro comme dé­bu­tantes. Les asa­nas sont adap­tées au stade de la gros­sesse et à vos ca­pa­ci­tés. Tou­te­fois, « En­ceinte, je dé­con­seille le Bi­kram yo­ga qui se dé­roule dans une at­mo­sphère à 40 °C, ain­si que les formes de yo­ga trop dy­na­miques, les tor­sions, les flexions avant, et les pos­tures d’équi­libre trop exi­geantes », ex­plique Na­tha­lie Mle­kuz, en­sei­gnante de yo­ga, spé­cia­li­sée en yo­ga prénatal et post­na­tal.

LA MÉ­DI­TA­TION DE PLEINE CONSCIENCE C’est quoi ?

Une pra­tique men­tale mil­lé­naire tout en in­té­rio­ri­té qui consiste à se fo­ca­li­ser sur l’ins­tant pré­sent, sur ce qui nous en­toure et ce qui se passe en soi et hors de soi. La pleine conscience per­met de faire face aux si­tua­tions de stress ren­con­trées du­rant la gros­sesse et l’ac­cou­che­ment.

Comment se dé­roule une séance ?

À plu­sieurs fu­tures ma­mans. As­sise confor­ta­ble­ment (en tailleur, sur un bal­lon…), la séance dé­bute par un temps de res­pi­ra­tion où vous vous concen­trez sur votre souffle. Puis le thé­ra­peute vous guide vo­ca­le­ment vers une per­cep­tion plus fine de ce qui vous en­toure.

Pour qui ?

Pour toutes et prin­ci­pa­le­ment pour celles qui veulent re­trou­ver sé­ré­ni­té et calme in­té­rieur et qui manquent d’ou­tils pour faire face à un état de stress. Les fu­turs pa­pas sont les bien­ve­nus, et il n’existe au­cune contre-in­di­ca­tion. Vous pou­vez aus­si mixer mé­dia­tion et pré­pa plus clas­sique !

LE MAS­SAGE TUI NA C’est quoi ?

Une branche de la mé­de­cine chi­noise où le pra­ti­cien uti­lise des tech­niques ma­nuelles pour faire cir­cu­ler l’éner­gie

(le qi). Tui si­gni­fie “pous­ser” et Na “sai­sir”. Le thé­ra­peute uti­lise ses doigts, ses paumes ou ses bras pour sti­mu­ler en dou­ceur cer­tains points si­tués le long des mé­ri­diens. Par­ti­cu­liè­re­ment adap­té aux fu­tures ma­mans pour se re­laxer et chas­ser les ten­sions.

Comment se dé­roule une séance ?

Cer­tains points sont dé­con­seillés du­rant la gros­sesse, mieux vaut donc s’as­su­rer que le pra­ti­cien est spé­cia­li­sé en mé­de­cine chi­noise. Du­rant la séance, vous êtes seule avec le pra­ti­cien, al­lon­gée confor­ta­ble­ment sur une table. Le mas­sage se dé­roule tout ha­billée à dif­fé­rents en­droits du corps. Le bon rythme ? À chaque chan­ge­ment lunaire, pré­co­nise Ma­rie-Céline Le­roux, sage-femme.

Pour qui ?

Pour les fu­tures ma­mans qui veulent un mo­ment de dé­tente et de bien-être. At­ten­tion, ce n’est pas pris en charge en tant que séance de “pré­pa­ra­tion à la nais­sance”. Tou­te­fois, cer­taines mu­tuelles ont un quo­ta mé­de­cine douce, ren­sei­gnez-vous !

LE CHANT PRÉNATAL C’est quoi ?

Be­soin de dé­com­pres­ser ? Le chant prénatal est top ! En plus, les sons graves sont très bien per­çus par le bé­bé au tra­vers de sa peau. Le chant se trans­forme en un mas­sage so­nore qui per­met de sen­tir son bé­bé bou­ger, de le ber­cer… Du coup, les fu­turs pa­pas y trouvent aus­si leur compte. Et ici, nul be­soin d’avoir fait par­tie d’une cho­rale !

Comment se dé­roule une séance ?

En pe­tit groupe. « La séance com­mence par des éti­re­ments doux et des ta­po­te­ments pour ré­veiller le corps et lui per­mettre de re­ce­voir les sons », ex­plique Fan­ny Guillo­teau, sa­ge­femme qui anime les séances de chant prénatal au CHU de Di­jon. Puis gui­dée, on en­tonne des vo­ca­lises : des voyelles pour l’ou­ver­ture et la dé­tente, des sons graves pour ber­cer le bé­bé. La séance se ter­mine par le chant de ber­ceuses.

Pour qui ?

Pour toutes. Pra­ti­qué par une sage-femme dans le cadre de la pré­pa­ra­tion à la nais­sance, pris en charge à 100 %.

L’HYP­NOSE C’est quoi?

Une mé­thode douce, idéale pour com­battre le stress et les peurs des fu­tures ma­mans. « Cette pré­pa­ra­tion psy­chique al­lie re­laxa­tion, vi­sua­li­sa­tions et sug­ges­tions po­si­tives, le tout dans un état de conscience mo­di­fié pour per­mettre d’al­ler cher­cher les res­sources né­ces­saires à la dé­tente », ex­plique Ma­rie-Céline Le­roux, sage-femme.

Comment se dé­roule une séance ?

L’hyp­nose se dé­roule in­di­vi­duel­le­ment. Du­rant la gros­sesse, trois ou quatre séances d’une heure suf­fisent pour ins­tal­ler les “ou­tils” né­ces­saires. Vous êtes gui­dée ver­ba­le­ment pour pui­ser dans vos propres res­sources et al­ler cher­cher des vi­sua­li­sa­tions po­si­tives afin de re­prendre confiance. Bien utile à l’ac­cou­che­ment éga­le­ment !

Pour qui ?

Pour les fu­tures ma­mans qui veulent dé­pas­ser leurs peurs.

LE WATSU

C’est quoi ?

Contrac­tion de “wa­ter” (eau) et de “shiat­su” (pres­sion des doigts en ja­po­nais), le watsu com­bine ber­ce­ments, éti­re­ments et pres­sions douces, dans une eau chauf­fée à 34 °C-35 °C. « C’est le seul soin aqua­tique, et pour dé­nouer les ten­sions, il n’y a pas mieux ! », ex­plique Cé­ci­lia Jouis, watsu thé­ra­peute à Nantes. Une étude ré­cente* a d’ailleurs confir­mé ces bien­faits. Nul be­soin de sa­voir na­ger, vous avez pied.

Comment se dé­roule une séance ?

Après un temps d’en­tre­tien, al­lon­gée, flot­teurs aux jambes, vous vous lais­sez ber­cer, sou­te­nue par le thé­ra­peute. Alors le voyage com­mence, sorte de danse aqua­tique d’une heure, au cours du­quel le thé­ra­peute vous étire dou­ce­ment, puis exerce des pres­sions pour li­bé­rer les éner­gies, en par­ti­cu­lier au ni­veau de votre dos. La pres­sion re­tombe, votre corps en­ve­lop­pé et dé­li­vré de la gra­vi­té se dé­tend. Votre es­prit aus­si.

Pour qui ?

Si votre gros­sesse se dé­roule sans sou­ci, il n’y a au­cune contre-in­di­ca­tion au watsu. Mais, par pré­cau­tion, les thé­ra­peutes pré­fèrent évi­ter le 1er tri­mestre. Le prix ? Entre 60 et 100 € la séance. LA SO­PHRO­LO­GIE

C’est quoi ?

Un ou­til de dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel qui per­met d’ac­ti­ver po­si­ti­ve­ment ses propres res­sources, de gé­rer ou pré­ve­nir le stress. « 20 mi­nutes de so­phro­lo­gie équi­valent à 2 heures de sieste », sou­ligne Mme Fa­le­vitch, sage-femme, for­ma­trice en so­phro­lo­gie. C’est la mé­thode de re­laxa­tion idéale pour en­vi­sa­ger une gros­sesse, un ac­cou­che­ment et la suite se­rei­ne­ment !

Comment se dé­roule une séance ?

On al­terne des temps de re­laxa­tion sta­tique et dy­na­mique, gui­dés par le so­phro­logue, as­so­ciés à un tra­vail sur le souffle et les sons. L’ob­jec­tif ? Lâ­cher les ten­sions pour se re­cen­trer sur le corps et l’es­prit dans un état de re­laxa­tion pro­fonde.

Pour qui ?

Tout fu­tur parent, dès le dé­but de la gros­sesse, qui sou­haite vivre plei­ne­ment cet évè­ne­ment, li­mi­ter le stress. Ef­fi­cace du­rant l’ac­cou­che­ment ou après et en cas de si­tua­tion ou d’an­té­cé­dents dif­fi­ciles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.