les J’ai couches tes­té… la­vables

Elles font leur grand re­tour! Pour évi­ter les pro­duits chi­miques de cer­taines couches je­tables, mais pas que. L’as­pect éco­no­mique joue aus­si. Après des mil­liers de couches uti­li­sées pour sa fille de 2 ans, Do­ro­thée a ten­té l’ex­pé­rience!

Parents - - Ma Tribu/Écolo - DO­RO­THÉE LOUESSARD

JOUR 1 On est sa­me­di, je me lance!

Dé­but de l’opé­ra­tion un sa­me­di afin d’avoir mon pe­tit co­baye sous les yeux pen­dant ce pre­mier es­sai. Par­mi les nom­breuses marques et mo­dèles de couches non-je­tables exis­tantes, j’ai d’abord sé­lec­tion­né la “Big­ger One Size”, grande soeur de la “Best Bot­tom” clas­sique. Ri­go­lote avec ses nom­breux bou­tons-pres­sions, cette cu­lotte im­per­méable s’adapte à la crois­sance de l’en­fant cen­sé pou­voir la por­ter de ses 5 à ses 18 kg. Jus­qu’à la pro­pre­té en somme. Par­faite donc pour ma No­rah, qui du haut de ses 2 ans, en pèse dé­jà 14. D’ailleurs, elle a adop­té illi­co l’im­pri­mé “hé­ris­sons” que je lui ai choi­si. Deux heures et un gros pi­pi plus tard, j’ai juste chan­gé l’in­sert. Mais ma puce m’offre dans la fou­lée une selle gé­né­reuse et dé­bor­dante. Je lutte contre le ré­flexe de ba­lan­cer cu­lotte et in­sert souillés à la pou­belle et me di­rige aux toi­lettes pour vi­der l’ex­cès de selle avant de me lan­cer dans un pré­la­vage (à la main !).

JOUR 2 Di­manche, ça conti­nue !

Cette 2e jour­née se passe sans en­combre, je com­mence à prendre le pli et No­rah est fan de

à 40°et, “Elles se lavent en ma­chine de sèche-linge !” pour cer­taines, pas

sa “cu­lotte-ris­son”. Cô­té confort, le tis­su de la cu­lotte est tout doux et l’in­sert en éponge (bam­bou) n’ir­rite pas la peau. La veille, j’ai lan­cé une ma­chine de linge clair (40°) conte­nant aus­si la couche et les in­serts préa­la­ble­ment rin­cés, et tout est res­sor­ti comme neuf. Seul bé­mol, ces in­serts ne vont pas au sèche-linge et mettent du temps à sé­cher, ce qui im­plique d’en avoir un cer­tain nombre.

JOUR 3 Une se­maine de je­tables bio

Comme dans la plu­part des crèches mu­ni­ci­pales, dans celle de ma fille, les couches la­vables ne sont pas au­to­ri­sées. Je teste donc les bio­dé­gra­dables Love and Green, le ma­tin en se­maine. Chaque soir, en sor­tant du bain, la Big­ger One Size de Best Bot­tom re­prend place sous le py­ja­ma de No­rah.

JOUR 8 La flemme du ven­dre­di soir

Épui­sée de ma se­maine, je re­nonce à en­ve­lop­per le po­po­tin de ma fille dans une couche la­vable: pas en­vie de me re­trou­ver à pré­la­ver une couche souillée en pleine soi­rée – et puis j’ai mon pa­quet de couches bio à écou­ler. Je les trouve d’ailleurs très bien: pas plus chères que les je­tables clas­siques, elles sont par­fai­te­ment ab­sor­bantes et n’ir­ritent pas les fesses de No­rah. D’ailleurs, pour me sen­tir “Bio-pti­male”, je les couple avec les lin­gettes Love & Green en fibres 100 % na­tu­relles.

JOURS 9 ET 10 La “Ha­mac” hy­bride

Pour ce 2e week-end de test, chan­ge­ment de marque et de prin­cipe. Je teste un mo­dèle de chez Ha­mac. Made in France, elle existe en plu­sieurs cou­leurs et mo­tifs. Par­mi eux, la T.Mac rose avec des ba­leines a beau­coup plu à ma Miss. Cô­té ins­tal­la­tion, on in­sère dans la couche-cu­lotte la “na­celle” (dé­ta­chable et la­vable), puis l’ab­sor­bant et en­fin, on peut y ajou­ter un voile de pro­tec­tion, je­table. Voile ô com­bien bé­ni en cas de “ca­deau sur­prise” car il suf­fit de l’en­ve­lop­per et de le je­ter. Do­tée de scratchs, la couche s’at­tache comme une je­table et semble confor­table et res­pec­tueuse de l’épi­derme. En re­vanche, le pan­ta­lon de No­rah s’est vite re­trou­vé mouillé, car j’ai zap­pé l’étape consis­tant à la­ver plu­sieurs fois les ab­sor­bants avant em­ploi pour les rendre plus étanches !

JOUR 11 À 16 Pré­la­vage quo­ti­dien

Je reste fi­dèle à Ha­mac du­rant les autres soirs de la se­maine et je suis sa­tis­faite de consta­ter que le py­ja­ma est res­té bien sec ! Un peu moins en­chan­tée de la cor­vée de pré­la­vage après chaque pe­tite ou grosse com­mis­sion, même si c’est as­sez ra­pide puisque l’on peut en­voyer à la ma­chine couche, na­celle et ab­sor­bants.

JOUR 17 Après-mi­di chez ma­mie

Re­tour à la “cu­lotte-ris­son” Big­ger One Size avant de par­tir chez ma­mie. Dans le sac à lan­ger de No­rah, je glisse les deux ab­sor­bants de re­change et aus­si deux couches je­tables au cas où. Évi­dem­ment, après le re­pas, j’ai dû al­ler faire ma pe­tite les­sive, ce qui n’a pas échap­pé à ma bel­le­mère, sur­prise de me voir bou­der les couches je­tables consi­dé­rées à son époque comme ré­vo­lu­tion­naires. Tout en ins­tal­lant un nou­vel ab­sor­bant dans la couche de sa pe­tite-fille, je lui ex­plique que c’est plus contrai­gnant que les couches je­tables, mais que les mo­dèles ac­tuels sont beau­coup plus fa­ciles à mettre et à net­toyer.

JOUR 30 Ver­dict: un mix des deux!

Et puis, le fait que les couches en tis­su ne soient pas au­to­ri­sées dans ma crèche m’oblige à jon­gler! Donc, c’est dé­ci­dé: j’opte pour un com­pro­mis éco­lo… et éco­no­mique. Je vais uti­li­ser les couches la­vables le week-end. Le reste du temps, les couches bio­dé­gra­dables consti­tuent pour moi une al­ter­na­tive tant pour le res­pect des fesses de mon bé­bé que pour l’environnement.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.