Jo­hannes Brahms

Kla­vierstücke op. 118 n°2

Pianiste - - PÉDAGOGIE -

En plus d’être gé­niale et bou­le­ver­sante, la mu­sique de Brahms est lo­gique et sy­mé­trique. C’est donc par ce double as­pect qu’il faut en abor­der l’étude : en éprou­vant l’émo­tion qu’elle contient, mais aus­si en met­tant en lu­mière le che­mi­ne­ment de la pen­sée du com­po­si­teur, la fa­çon dont il dé­ve­loppe son mo­tif avec une force qui s’im­pose à chaque ins­tant à notre in­tel­li­gence. La beau­té vient ici de la construc­tion. C’est pour­quoi il ne faut sur­tout pas pla­quer des nuances ou des ra­len­tis in­utiles sur votre jeu. Di­de­rot, dans son En­cy­clo­pé­die, dé­fi­nis­sait ain­si la beau­té : « J’ap­pelle beau hors de moi ce qui contient en soi de quoi ré­veiller dans mon en­ten­de­ment l’idée de rap­ports. (…) La per­cep­tion des rap­ports est donc le fon­de­ment du beau. » Com­men­cez par frag­men­ter la mu­sique en car­rures de quatre, puis huit me­sures, puis met­tez en rap­port, comparez ces élé­ments. La clé de votre in­ter­pré­ta­tion doit être de faire en­tendre à votre au­di­teur les notes nou­velles par les­quelles Brahms étoffe son thème. Il donne au fur et à me­sure de la tex­ture à son écri­ture. Sur notre par­ti­tion, nous avons en­tou­ré ces notes im­por­tantes. Ce­la vous ai­de­ra à les re­pé­rer et à les faire son­ner.

Mes 1- 4

Sen­tez les de­grés de l’harmonie. Cher­chez à res­sen­tir quel est ici le « voyage mu­si­cal ». Pre­nez conscience des de­grés de la to­na­li­té em­ployés par Brahms. Nous sommes ici en la ma­jeur. Dès la me­sure 1, nous avons la blanche fa#+ré à la main droite et, en des­sous, un ac­cord égre­né entre les deux mains : fa#-ré-la, fa#. En des­sous en­core, une basse, la. Tout ce­ci consti­tue l’ac­cord de la sous-do­mi­nante ré-fa#-la. Ce res­sen­ti des de­grés de la to­na­li­té est à la source même de la fa­çon dont vous de­vez tou­cher le cla­vier. Le « voyage mu­si­cal » a dé­jà com­men­cé. D’em­blée, nous avons quit­té notre «port dëat­tache», à sa­voir la to­nique la. Dès ce dé­but, il faut donc évi­ter de po­ser votre jeu. Ne pen­sez rien de lourd ni d’as­sis. Pre­nez votre la de basse en re­mon­tant la main. Tou­chez la note puis al­lé­gez votre coude et même tout votre bras, avec un poi­gnet souple. Sen­tez au be­soin que c’est votre fa­meux muscle del­toÔde (dont nous avons par­lé plus haut), qui

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.