Tho­mas Enh­co au Châ­te­let

Pianiste - - ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS - Claire Bar­rois

Le 7 mai, Tho­mas Enh­co, pe­tit-fils du chef d’or­chestre Jean-Claude Ca­sa­de­sus, pré­sen­tait son nouvel al­bum, «Fea­thers», au Théâtre du Châ­te­let, à Paris. Sur la scène, ar­ran­gée comme celle d’un pia­no-bar, Tho­mas Enh­co a fait une en­trée dé­con­trac­tée. Le pia­niste de 26 ans in­ter­prète des mor­ceaux de sa com­po­si­tion et im­pro­vise dans un élan jazz ins­pi­ré par la va­rié­té. Nous en­ten­dons en­suite un ex­trait de Por­gy and Bess de Ger­sh­win. Concen­tré mal­gré le pu­blic qui a conti­nué à s’ins­tal­ler alors que le concert était bien en­ta­mé, il livre une pre­mière par­tie de concert as­sez lisse et ron­de­ment me­née. « Le théâtre du Châ­te­let est un lieu dont j’ai rê­vé du­rant mon en­fance et que j’ai fan­tas­mé », a confié le jeune pia­niste, vi­si­ble­ment ra­vi. Dans une se­conde par­tie, Tho­mas Enh­co a par­ta­gé son plai­sir d’être sur scène avec d’autres mu­si­ciens, dont le vio­lon­cel­liste Hen­ri De­mar­quette avec le­quel il a in­ter­pré­té le pre­mier mou­ve­ment de la Pre­mière So­nate de Brahms. Mais la par­tie la plus re­mar­quable de la soi­rée fut, de loin, l’in­ter­pré­ta­tion des Danses rou­maines de Bartók. Les deux mu­si­ciens ont joué en to­tale os­mose, sur­pre­nant le pu­blic grâce à des nuances très mar­quées. La soi­rée a fi­ni par un trio ar­ran­gé à par­tir de l’une des pre­mières com­po­si­tions d’Enh­co, Sand Creek Song. Une sorte de pas­se­relle entre les mu­siques clas­sique et jazz, entre les mu­si­ciens et avec le pu­blic. Mis­sion réus­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.