FRANZ SCHU­BERT

(1797-1828)

Pianiste - - CHRONIQUES DISQUES, DVD - M. L. N.

Qua­treIm­promp­tus D. 899. So­nate n°21 D. 960 en si bé­mol ma­jeur

So­di Braide (pia­no)

Sol­stice Fy SOCD309. 2011.

1h11'

Le dis­cret et néan­moins ex­cellent pia­niste So­di Braide, né en 1975, lau­réat de nom­breux concours in­ter­na­tio­naux (Pre­to­ria, Leeds, Van Cli­burn…), s’at­taque avec au­dace à deux par­ti­tions tar­dives pour cla­vier de Franz Schu­bert (Quatre Im­promp­tus D. 899 de 1827 et la So­nate D. 960 en si bé­mol ma­jeur de 1828). Le com­po­si­teur, sous le tra­ves­tis­se­ment de la sim­pli­ci­té, y masque le drame de sa propre exis­tence. Com­po­sées dans la fé­bri­li­té, ces pages conjuguent le che­mi­ne­ment des di­vines lon­gueurs

avec la pres­cience des gouffres amers. Pre­nant le re­lais d’illustres de­van­ciers dans l’une ou l’autre de ces pages (Fi­scher, Ar­rau, Ser­kin, Rich­ter, Pol­li­ni, Bren­del, Lu­pu, Ko­va­ce­vich, Za­cha­rias, voire Le­wis), le so­liste té­moigne d’un na­tu­rel et d’une sim­pli­ci­té qui ne sub­ver­tissent ja­mais le texte, ne per­dant ja­mais de vue l’arc ten­du de la tra­gé­die der­rière le sou­rire (So­nate D. 960). Sou­cieux de la nar­ra­tion, de la qua­li­té de la pa­lette so­nore, du do­sage du timbre (Im­promp­tu n¡ 3), il dé­livre une exé­cu­tion très construite, tou­jours aé­rée, res­pec­tueuse de la no­tion du temps schu­ber­tien. On su­bo­dore, der­rière la poé­sie et la ten­sion dra­ma­tique, toute la gé­né­ro­si­té et le don de soi qui rap­prochent So­di Braide de l’in­son­dable er­rance du Wan­de­rer avec une émo­tion pu­dique tou­jours re­layée par une pul­sa­tion qui semble cou­ler de source. Une telle concep­tion sou­tient sans cesse l’in­té­rèt et ap­porte as­su­ré­ment une pierre sup­plé­men­taire à la connais­sance de l’in­ter­pré­ta­tion des ul­times opus de Schu­bert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.