SON ÉLIXIR MU­SI­CAL

Pianiste - - L’INVITÉE DE PIANISTE -

« Ama­zing Lang Lang », c’est le nom du nou­veau par­fum du cé­lé­bris­sime pia­niste chi­nois. C’est aus­si l’his­toire d’un ac­cord par­fait entre l’ar­tiste et la fon­da­trice de la so­cié­té Art in a Bot­tle, qui a dé­ci­dé de créer une gamme de fra­grances pour homme et pour femme dans la­quelle Lang Lang ex­prime plei­ne­ment l’es­sence de son pia­no.

en op­po­sant De­bus­sy et Ra­vel, qui prennent le temps de res­pi­rer, à Pro­ko­fiev. Lang Lang porte un par­fum en fonc­tion de ce qu’il joue pour ob­te­nir une émo­tion plus com­plète. Lors­qu’il in­ter­prète Grieg, il met « Eau sau­vage ». Il pos­sède une ex­trême in­tel­li­gence des sen­ti­ments. Grâce à lui, on fait vivre autre chose à cet uni­vers qui ne vit que dans la sé­duc­tion et les ap­pa­rences. Là, j’ai vou­lu trai­ter de l’âme et des émo­tions in­té­rieures.

Quel a été le rôle de Lang Lang dans la créa­tion de son par­fum ?

Nous avons par­lé des in­gré­dients aux­quels il était sen­sible. Il sou­hai­tait qu’il y ait du jasmin, une fleur chi­noise. Cette plante fonc­tionne bien pour les hommes car elle donne une to­na­li­té boi­sée, rap­pe­lant le pia­no d’ailleurs. Il fal­lait créer un jus qui ait de la te­nue, de l’élé­gance. La mu­sique, ce sont des vi­bra­tions, que l’on trouve dans les épices : poivre noir pour les hommes, poivre rose pour les femmes. Ce qui ca­rac­té­rise Lang Lang, c’est aus­si la vir­tuo­si­té. Nous avons donc re­cher­ché une abon­dance de notes, de fraî­cheur, d’éner­gie, d’en­vo­lée. Cet ef­fet est pro­duit grâce aux notes hes­pé­ri­dées : ci­trus et ber­ga­mote pour les hommes, kum­quat et pam­ple­mousse pour les femmes.

Com­ment se sont dé­rou­lées les séances de tra­vail ?

Lang Lang n’est pas dif­fi­cile dans le tra­vail. Il or­ga­nise son temps ef­fi­ca­ce­ment et se dé­cide très vite. Il a 34 ans et trente ans d’ex­pé­rience. Il sait ce qu’il veut et pos­sède beau­coup d’in­tui­tion. Pour fa­bri­quer le jus, ça a été très ra­pide. En re­vanche, le fla­con a né­ces­si­té six mois. Je garde un sou­ve­nir sti­mu­lant de cette pé­riode. Lang Lang est mo­derne, sym­pa­thique et drôle. Un vrai plai­sir !

Lang Lang est l’am­bas­sa­deur de nom­breuses marques. N’est-il pas du coup de­ve­nu une marque ?

Ce n’est pas l’es­prit de notre col­la­bo­ra­tion : je ne lui de­mande pas de de­ve­nir l’am­bas­sa­deur de mon par­fum, mais d’en être l’in­car­na­tion. Je ne me sers pas de lui, je le sers. Nous sommes dans un autre re­gistre.

Qu’est-ce qui vous sé­duit chez lui en tant que pia­niste ?

Dès que je le vois, j’ai la pêche ! Il trans­met une éner­gie co­los­sale et dé­clenche un tel en­thou­siasme ! C’est un être gé­né­reux. Il s’amuse, il est ou­vert à beau­coup d’op­por­tu­ni­tés et ap­porte de la joie. Et, sur­tout, il re­donne le goût de la mu­sique clas­sique à des jeunes. C’est pré­cieux.

Où peut-on trou­ver le par­fum de Lang Lang ?

Sur lan­glang­par­fums.com.

Avez-vous pré­vu de col­la­bo­rer avec d’autres ar­tistes ?

Oui, peut-être avec un plas­ti­cien…

Pro­pos re­cueillis par El­sa Fot­to­ri­no

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.