FA­RAN­DOLE DE CONCERTS

Pianiste - - ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS - Ja­ny Cam­pel­lo

En fé­vrier der­nier, plu­sieurs cen­taines de mu­si­ciens, so­listes, dont 27 pia­nistes, en­sembles et or­chestres, in­vi­tés à la 23e édi­tion de la ma­ni­fes­ta­tion ont ryth­mé un bal­let de mu­siques dé­diées à la danse.

Du 1er au 5 fé­vrier, le coeur de La Ci­té des Congrès de Nantes a bat­tu au « rythme des peuples », thème de la 23e édi­tion de la Folle Jour­née. Ici, on est ma­ti­nal: pre­miers concerts à 9h30! Des files se forment dé­jà à l’en­trée des salles Pav­lo­va, Balanchine, Dun­can, Ni­jins­ki, bap­ti­sées pour l’évé­ne­ment. Ré­ci­tal à quatre mains d’Her­vé Billaut et de Guillaume Cop­po­la : Valses et Danses hon­groises de Brahms, Di­ver­tis­se­ment à la hon­groise de Schu­bert ron­de­ment me­nés. Où don­ner de la tête et des oreilles? Vingt-sept pia­nistes par­ti­cipent à la ma­ni­fes­ta­tion, rien que ça ! Sans comp­ter les autres mu­si­ciens, en­sembles et or­chestres. L’éner­gie du Re­ne­gades Steel Band re­double de­puis le kiosque, la foule gros­sit. Un cla­ve­cin sens des­sus des­sous se fraie un pas­sage. On se presse au ré­ci­tal de la jeune pia­niste Na­tha­lia Mil­stein : un jeu d’une tou­chante poé­sie, une tech­nique sûre dans Pro­ko­fiev et Ravel. Belle dé­cou­verte. Le pu­blic se den­si­fie dans une at­mo­sphère fes­tive. Cu­rieux, ces ac­cor­déo­nistes en queue-de-pie qui ins­tallent leurs pu­pitres ! Pour­rat-on en­trer à temps pour écou­ter Anne Quef­fé­lec qui nous pro­mè­ne­ra de Pa­vane (Ravel, bien sûr !) en Valse folle (celle de Mas­se­net), puis dans une suc­ces­sion de mi­nia­tures dont elle a le se­cret ? Mais oui, à la Folle Jour­née, dix mi­nutes suf­fisent pour faire en­trer jus­qu’à 1 000 per­sonnes, sans le moindre mou­ve­ment d’aga­ce­ment. Une or­ga­ni­sa­tion hui­lée. Tous les concerts sont pleins, ou qua­si. Il y en a pour tous les goûts. Trois jeunes amis fi­dèles de­puis six ans ont pré­pa­ré leur par­cours : « Nous ar­bi­trons en­semble, fai­sons un choix en fonc­tion de nos pré­fé­rences res­pec­tives, cha­cun fai­sant dé­cou­vrir aux deux autres ses es­thé­tiques fa­vo­rites. » On en­tend des ar­tistes tels que le duo Claire Dé­sert-Em­ma­nuel Stros­ser dans un jo­li pro­gramme de marches (Schu­bert, Al­kan, Cha­brier), puis Claire Dé­sert seule dans les Da­vid­sbünd­lertänze de Schu­mann, in­ti­mistes et tendres, celles d’Adam La­loum, fraî­che­ment cou­ron­né so­liste ins­tru­men­tal des Vic­toires de la Mu­sique, étant or­ches­trales et contras­tées, aux émo­tions maî­tri­sées. On aime aus­si la pia­niste Ju­dith Jau­ré­gui, mé­con­nue en France, au jeu si libre et dé­li­cat, dans le ré­per­toire ins­pi­ré de son pays, l’Es­pagne. Un pia­niste cette fois ve­nu du Nord, Vi­kin­gur Olaf­sson, nous étonne par sa concep­tion très per­son­nelle et in­tel­lec­tuelle d’une par­ti­ta de Bach et un Phi­lip Glass pla­nant. La Folle Jour­née, c’est aus­si la joie des re­trou­vailles avec le « ca­te­ring », can­tine ani­mée des mu­si­ciens, et des sur­prises comme l’in­usable Bo­lé­ro de Ravel mon­té en flash­mob ! Plus de 400 concerts, 1 800 ar­tistes, plus de 140 000 billets ven­dus, 94 % de taux de fré­quen­ta­tion, la Folle Jour­née a te­nu pa­role. Quant à la pro­chaine édi­tion, nous en connais­sons dé­jà le thème : ce se­ra l’exil.

Anne Quef­fé­lec.

La Ci­té des Congrès de Nantes.

Vi­kin­gur Olaf­sson.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.