EVANS

Pianiste - - CHRONIQUES DISQUES, DVD - J.-P. J.

On a Mon­day Eve­ning Fan­ta­sy FAN 00095. 45’

On pen­sait tout connaître de la dis­co­gra­phie, par ailleurs im­po­sante, de Bill Evans, en par­ti­cu­lier de sa pé­riode avec le la­bel Fan­ta­sy au mi­lieu des an­nées 1970. Et voi­là qu’un concert très bien en­re­gis­tré et res­té jus­qu’alors in­édit nous le donne à en­tendre avec son trio com­pre­nant Ed­die Go­mez à la contre­basse et Eliot Zig­mund à la bat­te­rie, cap­té à l’uni­ver­si­té du Wis­con­sin en no­vembre 1976. La dé­li­ca­tesse de son jeu, sa ri­chesse har­mo­nique, l’écla­tante sub­ti­li­té de son tou­cher sur le cla­vier sont un éblouis­se­ment. De­vant un pu­blic d’étu­diants qui en ces an­nées­là étaient ma­jo­ri­tai­re­ment at­ti­rés par le rock, c’est un poète qui les charme, c’est une mu­sique des hautes sphères qui ré­sonne et emporte l’adhé­sion. Au mi­racle de la mu­sique en elle-même qui tu­toie ici les anges s’ajoute ce­lui de son pou­voir sur des consciences agi­tées par le fra­cas du monde. Pour une pe­tite heure, la grâce gou­verne. Comment ce­la peut-il se faire ? C’est que le trio que Bill Evans forme avec le bas­siste Ed­die Go­mez et le bat­teur Eliot Zig­mund té­moigne d’une re­mar­quable co­hé­sion es­thé­tique. Le pia­niste, qui in­tègre les ac­quis har­mo­niques is­sus de Ra­vel et De­bus­sy au lan­gage pia­nis­tique be-bop, ne cesse de par­ler aux étoiles, de bro­der le si­lence avec une sub­ti­li­té har­mo­nique dont il a la pu­deur de sou­vent dis­si­mu­ler la com­plexi­té der­rière un tou­cher in­com­pa­rable, d’une vi­brante clar­té d’énon­cia­tion et d’un swing in­dé­fec­tible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.