Alexis Thé­pot

IN­TER­NA­TIO­NAL DE 1927 À 1935

Planète Foot - - ÉDITO -

Le gar­dien de l'équipe de France, lors de la toute pre­mière Coupe du monde en 1930 en Uru­guay, était bre­ton. Par­mi les seize joueurs fran­çais au­to­ri­sés à prendre six se­maines de va­cances pour par­ti­ci­per à la Coupe du monde en 1930, il se trou­vait là, Alex Thé­pot, le 21 juin 1930 à Ville­fran­che­sur-Mer, pour mon­ter à bord du pa­que­bot SS Conte Verde. Des­ti­na­tion Mon­te­vi­deo, Uru­guay. En route pour l'aven­ture. Il se­ra le pre­mier... bles­sé de l'his­toire du Mon­dial, mis KO par l'avant­centre az­tèque Mei­ja lors du match inau­gu­ral contre le Mexique, avant de s'illus­trer face à l'un des grands fa­vo­ris mais aus­si l'un des meilleurs en­ne­mis du peuple uru­guayen!: l'Ar­gen­tine. L'équipe de France s'in­cline 1-0 mais sort sous les ap­plau­dis­se­ments et Thé­pot, ce hé­ros, quitte la pe­louse sur les épaules des sup­por­ters uru­guayens. L'Ar­gen­tine a ga­gné mais un Fran­çais fait la une des jour­naux le len­de­main. À ja­mais le pion­nier.

À Tu­rin, lors de la deuxième Coupe du monde or­ga­ni­sée en Ita­lie en 1934. Thé­pot échange le fa­nion avec le ca­pi­taine Smis­tick, l'une des stars du “Wun­der­team” au­tri­chien. Entre 1954 et 1960, il a re­joint le co­mi­té de sé­lec­tion de l'équipe de France (il n'y avait pas de sé­lec­tion­neur unique à l'époque). Il a donc fait par­tie de l'aven­ture en Suède, en 1958, où les Bleus de Ko­pa, Fon­taine et Pian­to­ni ont ter­mi­né à la troi­sième place de la Coupe du monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.