Do­mi­nique Ro­che­teau

IN­TER­NA­TIO­NAL DE 1975 À 1986

Planète Foot - - ÉDITO -

À son époque sté­pha­noise, c'était “l'Ange Vert”, mais il s'agis­sait d'un diable sur le ter­rain. At­ten­tion, le gar­çon était on ne peut plus cor­rect, mo­dèle de fair-play, mais il ne lâ­chait ja­mais rien, don­nant tout jus­qu'à la der­nière se­conde de jeu, quitte à ter­mi­ner sans une goutte d'es­sence dans le mo­teur. Le tout al­lié à une qua­li­té de dribble as­sez dé­vas­ta­trice et une longue che­ve­lure bou­clée qui fai­sait se pâ­mer ses sup­por­trices. C'est à la fin du règne du Néer­lan­dais Ste­phan Ko­vacs qu'il étrenne ses ga­lons bleus mais, c'est sous l'ère Hi­dal­go qu'il va ex­plo­ser en équipe de France. Pre­mier bu­teur contre la Bul­ga­rie (vic­toire 3-1) du match dé­ci­sif qui qua­li­fie, pour la pre­mière fois de­puis douze ans, la France à la Coupe du monde 78, il se­ra de toutes les cam­pagnes des Bleus jus­qu'en 1986 (Coupes du monde 78, 82, 86, Eu­ro 84) où il met un terme à sa car­rière in­ter­na­tio­nale, dans une forme d’apo­théose. Au Mexique, Ro­che­teau ins­crit un but et offre 4 passes dé­ci­sives, dont 3 vrai­ment dé­ci­sives!: deux contre l'Ita­lie en hu­tièmes (suc­cès 2-0), une en quarts contre le Bré­sil (1-1, vic­toire aux tirs au but). L'ange avait net­te­ment vi­ré au bleu.

En 1985, à l'oc­ca­sion de la toute nou­velle Coupe In­ter­con­ti­nen­tale des Na­tions (élar­gie et re­bap­ti­sée Coupe des Con­fé­dé­ra­tions en 1997), qui op­pose le cham­pion d'Eu­rope au cham­pion d'Amé­rique du Sud, la France do­mine l'Uru­guay 2-0. C'est Do­mi­nique Ro­che­teau qui a ou­vert le score dès la 5e mi­nute de jeu, mon­trant la voie pour le deuxième tro­phée consé­cu­tif des Bleus.

« Mon plus beau match, c'est ce­lui contre le Bré­sil, au Mexique, en 1986 ! On ar­ri­vait tous à ma­tu­ri­té et on jouait contre une grande équipe. Il y a eu ce pe­tit brin de réus­site qui nous a qua­li­fiés pour la de­mi­fi­nale. C'était un jeu fluide, très simple, avec un état d'es­prit po­si­tif, por­té vers les buts. Et il y avait l'am­biance or­ches­trée par tous les sup­por­ters du Bré­sil dans ce stade my­thique de Gua­da­la­ja­ra, où Pe­lé avait joué lors de la Coupe du monde de 1970. Quelque chose de magique qui ne res­sem­blait à rien de ce que j'avais connu jusque-là. »

49 sé­lec­tions (15 buts) dont la pre­mière le 3 sep­tembre 1975 à Nantes, France-Is­lande 3-0.

En 8e de fi­nale du Mon­dial 86 contre l'Ita­lie, Ro­che­teau, ici ac­cro­ché par Vierch­wood sous les yeux de Bos­sis, offre deux passes dé­ci­sives à Pla­ti­ni et Sto­py­ra et la France s'im­pose 2-0.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.