An­toine Griez­mann

IN­TER­NA­TIO­NAL DE­PUIS 2014

Planète Foot - - ÉDITO -

Quelques images en bleu pour un por­trait sur le vif. En mars 2014, An­toine Griez­mann dé­boule en équipe de France, ac­croche le bon wa­gon, moins de trois mois plus tard, pour al­ler dis­pu­ter le Mon­dial au Bré­sil, ac­croche aus­si beau­coup de temps de jeu sur place et quitte amer l'Amé­rique du Sud, les larmes aux yeux, après la dé­faite en quarts contre l'Al­le­magne. Eu­ro 2016, le gaillard s'em­pare des clés du ca­mion après le pre­mier tour et ter­mine la com­pé­ti­tion avec les titres de meilleur joueur et meilleur bu­teur du tour­noi mais fait une tronche de six mètres de long au mo­ment de re­ce­voir son tro­phée. La France s'est in­cli­née quelques mi­nutes au­pa­ra­vant en fi­nale, face au Por­tu­gal. Juillet 2018. Dans la nuit mos­co­vite, ce sont en­core des larmes, mais de joie et d'émo­tion mê­lées cette fois, qui coulent le long de ses joues, au mo­ment de sou­le­ver le si pré­cieux tro­phée, au bout d'une Coupe du monde qu'il au­ra en­ta­mée pia­nis­si­mo avant d'al­ler cres­cen­do à par­tir des matchs à éli­mi­na­tion di­recte et d'of­frir le meilleur, son meilleur, au… meilleur mo­ment, en étant im­pli­qué sur trois des quatre buts de la fi­nale face aux Croates. Lea­der tech­nique sur le ter­rain, où il prend une place de plus en plus énorme, il vient éga­le­ment d'in­té­grer le top 10 (9e ex ae­quo) des meilleurs buteurs de l'his­toire des Bleus avec ses 26 réa­li­sa­tions, alors qu'il n'évo­lue pas en pointe. Et l'his­toire est loin, très loin d'être ter­mi­née.

65 sé­lec­tions (26 buts) dont la pre­mière le 5 mars 2014 au Stade de France, France-Pays-Bas 2-0.

Le titre de cham­pion du monde en Rus­sie ne consti­tue pas la pre­mière consé­cra­tion de Gri­zou sous le maillot bleu. En 2010, il a en ef­fet rem­por­té le cham­pion­nat d'Eu­rope des U19 en com­pa­gnie, no­tam ment, de Gre­nier, Co­que­lin et La­ca­zette.

À pro­pos de ses larmes juste avant de sou­le­ver la Coupe du monde : « J'ai vu mon père et ma mère qui m'ont lais­sé par­tir à 13 ans. Ce n'était pas fa­cile pour eux. J'ai vu ma femme aus­si… Elle doit as­su­rer tous les jours, même dans les mo­ments plus dé­li­cats. Elle s'ac­croche, elle ne dit rien. Oui, c'était beau­coup d'émo­tions. Pour moi, il s'agit d'un rêve de gosse qui s'est réa­li­sé. Quel kif de jouer pour cette équipe de France ! »

Stade France, le 16 oc­tobre der­nier. Face à l'Al­le­magne de Neuer, en Ligue des Na­tions, Gri­zou ins­crit ses 25e (de la tête, il est à droite sur la pho­to) et 26e réa­li­sa­tions en bleu et entre dans le top 10 des meilleurs buteurs de l'his­toire de l'équipe de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.