COCK­TAIL TIME, LA VODCAPFERRET

Playboy (France) - - Sommaire -

Bien­ve­nue à L’Al­chi­miste, bar co­sy du quar­tier Saint-Pierre à Bor­deaux, de­ve­nu ré­fé­rence in­ter­na­tio­nale en ma­tière de mixo­lo­gie. Des cars en­tiers de Chi­nois es­sayent de pé­né­trer les rues étroites au­tour de la place du Par­le­ment mais fort heu­reu­se­ment ils n’y ar­rivent pas. Et c’est en toute sé­ré­ni­té que l’on peut dé­gus­ter le cock­tail du jour, so­bre­ment in­ti­tu­lé “Mon Lapin” (re­cette ci-contre), d’une dou­ceur pro­pre­ment la­pi­nesque et qui n’est pas pour dé­plaire aux ado­ra­teurs du mer­veilleux ron­geur bien connu chez Play­boy. Par­ti­cu­la­ri­té du breu­vage doux comme du co­ton sur les fesses : il est com­po­sé à par­tir de Vodcapferret, spi­ri­tueux mis au point sur “la pres­qu’île du bon­heur”, au Cap Fer­ret, à par­tir de marc de rai­sins ve­nus du grand Sud. “on peut faire de la vod­ka à par­tir de tout” pré­cise la sé­millante Cons­tance Sbraire, 26 ans à peine, qui a lan­cé cette marque il y a un peu moins de deux ans en mi­sant sur son seul ta­lent per­son­nel. “Avec de la pomme de terre ou n’im­porte quelle ma­tière agri­cole, bet­te­rave, plu­tôt bas de gamme, ou même du blé comme Bel­ve­dere tu peux faire de la vod­ka... C’est la fa­çon dont on dis­tille qui fait que l’on ob­tient ou non cette vod­ka, et la mienne est dis­til­lée 5 fois avec du mus­cat et du gre­nache blanc. Plus on dis­tille plus c’est raf­fi­né, il y a des vod­kas russes dis­til­lées 7 fois”. Gran­die en cham­pagne et ins­tal­lée à Bor­deaux, Cons­tance re­ven­dique sa na­ture «épi­cu­rienne». Ayant pas­sé ses va­cances dans une grande mai­son ave­nue du Sé­ma­phore, elle a trou­vé le re­mède-mi­racle pour lier sa pas­sion d’en­tre­prendre et le goût de la fête. Avec un jeu de mots à faire pâ­lir les ca­ciques du Ca­nard En­chaî­né, la Vodcapferret ri­va­lise en dou­ceur avec la Vod­ka Py­la de l’autre cô­té du Bas­sin. Les pre­miers re­tours ? Pour l’ins­tant “tout le monde adore”, en con­so de dis­co­thèque ou en cock­tail plus so­phis­ti­qué. “Tout va se jouer dans les pro­chains mois, c’est un tra­vail achar­né que de se faire connaître, mais une fois que les gens ont goû­té ils sont conquis et c’est ça c’est l’es­sen­tiel... Alors ce lapin qu’est-ce que t’en penses ?”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.