GT Ra­dial Cham­pi­ro FE1

Pneumatique - - SOMMAIRE -

En 2014, le GT Ra­dial Cham­pi­ro VP1 a fait sau­ter le ver­rou de la pre­mière monte chez Peu­geot et Renault. De­puis, le groupe Gi­ti Tire pro­fite de cette no­to­rié­té toute neuve pour élar­gir la brèche. En 2015, c’est au tour du « confort pre­mium » FE1 de me­ner l’as­saut. D’où cette opé­ra­tion, qui a eu lieu en Ita­lie à l’at­ten­tion de la presse eu­ro­péenne et des im­por­ta­teurs, digne des grands ma­nu­fac­tu­riers que Gi­ti veut rat­tra­per au plus vite... sur tous les ter­rains.

Pour les nou­veaux ar­ri­vants qui veulent ac­cé­der au mar­ché du pre­mium, l’ho­mo­lo­ga­tion en pre­mière monte chez un construc­teur et le sport au­to­mo­bile sont les deux voies obli­gées. Autre chan­tier im­por­tant, la com­mu­ni­ca­tion. La pu­bli­ci­té clas­sique et la pré­sence dans les sa­lons ne suf­fisent pas, les pré­sen­ta­tions « pro­duit » pour la Presse et les re­ven­deurs sont d’in­dis­pen­sables re­lais. De­puis son ar­ri­vée en Eu­rope, force est de consta­ter que le groupe Gi­ti et sa marque GT Ra­dial ont tout bon ! On se sou­vient des 24 Heures du Mans ca­mion, très bon choix pour at­ta­quer le mar­ché PL. Et puis Amau­ry Pou­zet, Ge­ne­ral Ma­na­ger Gi­ti Tire, a conduit un très long sus­pense sur des ho­mo­lo­ga­tions TC4 « fran­çaises » qui se fai­saient at­tendre, mais ont fi­ni par ar­ri­ver. Que Peu­geot et Renault fassent confiance à GT Ra­dial pour leurs pe­tits VUL a ébran­lé la concur­rence, qui pié­tine sou­vent de­vant la porte des construc­teurs sans par­ve­nir à l’ou­vrir. Cer­tains ont fait la fine bouche, ar­guant du fait que ces pneus étaient « aus­si » ou « au dé­part » mon­tés sur des uti­li­taires, mais les tests in­dé­pen­dants les ont fait taire. On a ef­fec­ti­ve­ment no­té que les Cham­pi­ro VP1 « OE » mar­quaient une nette pro­gres­sion par rap­port aux pré­cé­dentes ver­sions « 100 % rem­pla­ce­ment ».

At­ta­quer le coeur du mar­ché

Après cette pre­mière vic­toire, Gi­ti Tire France pour­suit son ou­vrage en né­go­ciant de nou­velles ho­mo­lo­ga­tions et en at­ta­quant le sport au­to avec le spon­so­ring de Ben­ja­min Boul­bès en Drift. Pa­ral­lè­le­ment, la struc­ture eu­ro­péenne com­plète la stra­té­gie avec une pré­sen­ta­tion « pres­tige » du Cham­pi­ro FE1, pré­sen­té comme « pre­mium confort » des­ti­né aux vé­hi­cules des seg­ments C et D, les vé­hi­cules moyens qui re­pré­sentent l’es­sen­tiel de mar­ché eu­ro­péen (22,8 % des im­ma­tri­cu­la­tions). Tous les « mar­que­teurs » savent qu’avec moins d’une tren­taine de di­men­sions on couvre ce seg­ment. C’est évi­dem­ment ce que fait Gi­ti, qui a peu com­mu­ni­qué en 2014 lors du lan­ce­ment du FE1, mais met le pa­quet en 2015 avec l’ar­ri­vée des 9 der­nières di­men­sions. Pour les jantes de 15’’ à 17’’, tailles 50 à 65, lar­geurs de 175 à 225 mm, elles portent la gamme à 27 di­men­sions qui couvrent dé­sor­mais 95,6 % du coeur du mar­ché. Le Cham­pi­ro FE1 se po­si­tionne en rem­pla­ce­ment du Cham­pi­ro 228, mais en dé­ca­lé, avec un su­perbe pro­fil asy­mé­trique (bon pour L’OE?), plus de per­for­mances pre­mium en te­nue de route, sur le mouillé, et sur­tout plus de confort. Com­ment Ste­fan Fi­sher, pa­tron de la R&D de Ha­novre dé­fi­nit-il ce terme par­fois gal­vau­dé ? « Pour nous, il s’agit d’abord du confort « mé­ca­nique », struc­tu­rel, qui rend la route agréable aux pas­sa­gers, du confort acous­tique, le bruit per­çu de l’in­té­rieur, et du har­sh­ness, qu’on peut tra­duire par vi­bra­tions pa­ra­sites dé­gra­dant le confort sans qu’on s’aper­çoive exac­te­ment d’où pro­vient le pro­blème » . Cet as­pect des choses était ré­so­lu lorsque le FE1, dé­ve­lop­pé en Chine, est ar­ri­vé en Eu­rope en 2013. Les 500 tech­ni­ciens de Gi­ti avaient conçu un pneu qui de­vait être « af­fi­né » au goût eu­ro­péen. C’est le tra­vail des 10 per­sonnes tra­vaillant à Ha­novre et des 7 « li­mant » les pistes du Mi­ra, en An­gle­terre. « Nous avons fait beau­coup de pro­grès sur les mé­langes, pour plus de per­for­mance sur le mouillé et de basse ré­sis­tance au rou­le­ment, confie Ste­fan Fi­sher, les tests rou­tiers de­man­dés par les construc­teurs et réa­li­sés par le TÜV, à Nar­bonne, ont mon­tré des gains en consom­ma­tion de 5 à 10 % (7 % en moyenne) par rap­port aux pneus de la concur­rence. Ils ont aus­si dé­mon­tré of­frir un très bon ki­lo­mé­trage : nous en sommes fiers car amé­lio­rer ces va­leurs va gé­né­ra­le­ment contre l’ob­ten­tion d’un bon ni­veau de confort, ce que le FE1 a conser­vé » . Tous ces ef­forts sont sanc­tion­nés par des éti­quettes eu­ro­péennes de bon ni­veau, toutes di­men­sions B en RR, B ma­jo­ri­taire en mouillé avec quelques C, et si le ni­veau so­nore ex­té­rieur est quel­conque, 70 à 72 db, c’est qu’on a pri­vi­lé­gié le faible ni­veau so­nore in­té­rieur.

Plus d’eu­rope dans les pneus...

Le FE1 clai­re­ment réa­li­sé en deux étapes, les sui­vants n’au­ront plus be­soin de ce type de mise à ni­veau pour l’eu­rope. Dès le dé­but, les études sont me­nées dans de per­pé­tuels al­lers­re­tours entre la Chine et Ha­novre, les spé­ci­fi­ci­tés eu­ro­péennes étant in­té­grées dès le lan­ce­ment du pro­jet. Ain­si les pneus ar­ri­vant sur le mar­ché à par­tir de 2016 se­ront réa­li­sés sui­vant ces mé­thodes : pro­dui­ront-elles de nou­velles ho­mo­lo­ga­tions pre­mière monte ? L’etat-ma­jor eu­ro­péen de Gi­ti pré­sent à San Cas­cia­no Ba­gni n’a pas ré­pon­du, mais à voir leur sou­riante dé­con­trac­tion on peut sup­po­ser que oui. D’au­tant que les « plus » du FE1 ont été ob­te­nus de fa­çon tout à fait clas­sique. Car­casse po­ly­es­ter, cein­ture som­met en ny­lon à 0° (tous in­dices, de Hà W) et gomme si­lice sont dans la norme, le des­sin de la bande de rou­le­ment aus­si, avec les 3 grands ca­naux cir­cu­laires pour l’eau, les la­melles an­ti-bruit et pour le grip mouillé, les pa­vés à pas va­riable pour « l’an­ti-si­rè­ne­ment », il re­prend toutes les as­tuces connues du mo­ment.

Res­tait à le vé­ri­fier, ce que Gi­ti pro­po­sait avec une im­por­tante flotte de Fiat 500 X, Ci­troën Cac­tus, Golf, Po­lo, 308, Kia Cee’d, etc. Le par­cours si­nueux des pe­tites routes de Tos­cane au­rait pu mettre en va­leur les qua­li­tés du FE1 sur le sec, hé­las le lent rou­lage en convoi der­rière voi­ture ou­vreuse n’a pas per­mis de voir grand-chose si­non que le grand confort (sous tous des as­pects) est au ren­dez-vous et que la pré­ci­sion en vi­rage est, comme on s’y at­ten­dait, de bon ni­veau. Exa­men de pas­sage réus­si, le Cham­pi­ro FE 1 s’ap­pa­rente bien à un pre­mium pour les vé­hi­cules C et D. Ce­la dit, si Gi­ti veut aus­si éga­ler les grands ma­nu­fac­tu­riers, le su­per hô­tel et le so­leil ne suf­fisent pas, il faut pré­voir un pe­tit cir­cuit et quelques es­sais sur le mouillé, qui au­raient sans doute été pro­bants vu le de­si­gn raf­fi­né du pro­fil asy­mé­trique et les gommes si­lices du FE1.

Trente voi­tures etdes conduc­teurs de 17 na­tio­na­li­tés à l’as­saut du FE1 sur lesroutes de Tos­cane

UnU des­sin asy­mé­trique clas­si­que­cl et ef­fi­cace. Au centre, deux bandes conti­nues pour la pré­ci­sion et la te­nue ene cap. Aux épaules, les blocsb sont en­taillés de fi­nes­fi la­melles pour la te­nuete sur le mouillé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.