Di­mi­tri Ro­ma­no­vitch de Rus­sie

Le der­nier hom­mage au « tsar »

Point de Vue - - Sommaire - Par Pierre Cas­tel Pho­tos Luc Cas­tel

C’est dans la ca­thé­drale de la Sainte-Tri­ni­té de Pa­ris, inau­gu­rée en oc­tobre der­nier, qu’a été cé­lé­brée mer­cre­di 8 fé­vrier la messe des qua­rante jours en l’hon­neur de feu le prince Di­mi­tri Ro­ma­no­vitch. L’im­pé­ra­trice Fa­rah avait te­nu à être pré­sente à la cé­lé­bra­tion.

La veuve du prince Di­mi­tri, coif­fée d’un cha­peau noir, était ac­com­pa­gnée (de gauche à droite) par le prince George You­rievs­ky, lé­gè­re­ment en re­trait la prin­cesse Hé­lène de You­go­sla­vie, la prin­cesse Ma­ria-Pia de Sa­voie, le prince Di­mi­tri Scha­khovs­koy, l’am­bas­sa­deur de Rus­sie Alexandre Or­lov, l’im­pé­ra­trice Fa­rah, le prince Cons­tan­tin Mou­rou­sy, la prin­cesse Béa­trice de Bour­bonSi­ciles, le prince Ni­co­las de Mon­te­ne­gro et la prin­cesse Su­zanne Mou­rou­sy.

Dans un calme im­pres­sion­nant, l’im­pé­ra­trice Fa­rah pé­nètre dans l’église. Elle se di­rige dis­crè­te­ment vers le bou­geoir pour al­lu­mer un cierge. À l’in­té­rieur de la ca­thé­drale de la Sainte-Tri­ni­té, une cen­taine de per­sonnes sont ve­nues rendre un der­nier hom­mage à feu le prince Di­mi­tri Ro­ma­no­vitch de Rus­sie, l’un des deux prétendant­s à la suc­ces­sion des tsars de Rus­sie. L’As­so­cia­tion eu­ro­péenne de SaintV­la­di­mir, pré­si­dée par le prince Cons­tan­tin Mou­rou­sy, a or­ga­ni­sé cette pa­ni­khi­da (messe des qua­rante jours) pour le dé­funt, dis­pa­ru le 31 dé­cembre der­nier à Co­pen­hague, où il ré­si­dait. Son épouse, la prin­cesse Dor­rit Ro­ma­no­vitch, est en­tou­rée par ses proches, dont le prince George You­rievs­ky et la prin­cesse Ma­ria-Pia de Sa­voie. Jean-Mi­chel Wil­motte, ar­chi­tecte du bâ­ti­ment, as­siste éga­le­ment à la cé­ré­mo­nie, tout comme Sixte-Hen­ri de Bour­bon-Parme, Charles-Em­ma­nuel de Bour­bon-Parme et le prince et la prin­cesse Di­mi­tri Scha­khovs­koy. Mon­sei­gneur Nes­tor, évêque de Cher­so­nèse, fait son ap­pa­ri­tion en ha­bit vio­let et klo­bouk noir, avec à son cô­té l’ar­chi­prêtre Ni­co­las Ozo­line. Ac­com­pa­gné du choeur, il ré­cite les psaumes en russe. Puis fait si­lence, bé­nit les fi­dèles tout en agi­tant l’en­cen­soir, lais­sant le choeur cé­lé­brer la pa­role sainte. La pa­ni­khi­da prend fin lorsque les proches du dé­funt dé­posent cha­cun un cierge avant de sa­luer la prin­cesse Dor­rit Ro­ma­no­vitch. De­puis le dé­cès de son époux, le prince An­dré An­dreïe­vitch, de la branche du grand-duc Mi­chel, qua­trième fils du tsar Ni­co­las Ier, est dé­sor­mais le doyen de la fa­mille Ro­ma­nov. Hé­ri­tier de la mé­moire des tsars de Rus­sie.

Le prince Cons­tan­tin Mou­rou­sy, or­ga­ni­sa­teur de la cé­ré­mo­nie, était en­tou­ré de l’im­pé­ra­trice Fa­rah et de la prin­cesse Béa­trice de Bour­bon-Si­ciles, la prin­cesse Dor­rit Ro­ma­no­vitch étant au cô­té du prince George You­rievs­ky. La messe des qua­rante jours se te­nait dans la toute nou­velle ca­thé­drale de la Sainte-Tri­ni­té ima­gi­née par l’ar­chi­tecte Jean-Mi­chel Wil­motte, qui a su mo­der­ni­ser les codes de l’ar­chi­tec­ture by­zan­tine. C’est l’évêque de Cher­so­nèse, mon­sei­gneur Nes­tor, qui of­fi­ciait.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.