Quelles en­chères !

Point de Vue - - Sommaire -

Pen­dant la Frieze Art Fair de Londres, les belles ventes d’art contem­po­rain se suc­cèdent. Ain­si Ch­ris­tie’s pro­pose douze ta­bleaux de Ba­con (1909-1992) et de Freud ( 1922-2011), les deux monstres sa­crés an­glais du XXe siècle : une concen­tra­tion rare ! Par­mi plu­sieurs pein­tures de jeu­nesse de Ba­con, Fi­gure in Mo­ve­ment, une grande toile (198 x 147,50 cm) de 1972, est la lo­co­mo­tive de l’ad­ju­di­ca­tion. OEuvre à la mé­moire de son amant et ins­pi­ra­teur : George Dyer. Fas­ci­né par le mou­ve­ment du corps, le peintre ne tra­vaillait ja­mais sur le vif. Une mé­di­ta­tion sur la condi­tion hu­maine lourde d’émo­tion. On se sou­vient que Dyer s’est sui­ci­dé deux jours avant le ver­nis­sage de la lé­gen­daire ex­po­si­tion ré­tros­pec­tive de Ba­con au Grand Pa­lais en 1971. Cet acte eut un ef­fet dé­vas­ta­teur sur Ba­con, qui campe alors la sé­rie des Trip­tyques noirs. Le ta­bleau se trouve de­puis qua­rante et un ans dans la pres­ti­gieuse col­lec­tion, ba­sée à Mo­na­co, de Ma­gnus Ko­now, un ami de Ba­con. Es­ti­ma­tion entre 16 800 000 et 22 500 000 €. Ch­ris­tie’s, à Londres le 4 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.