Cons­tance Al­la­ve­na

Un amour sou­ve­rain

Point de Vue - - Sommaire - Par Em­ma­nuel Ci­rodde

C’est un en­fant du pays qui ma­rie sa fille. Jean-Luc Al­la­ve­na, qui a di­ri­gé le ca­bi­net d’Al­bert II aux pre­mières heures de son règne, a of­fert à Cons­tance la plus belle des cé­ré­mo­nies en terre mo­né­gasque. De la ca­thé­drale à la salle des Étoiles amé­na­gée à ciel ou­vert, où les a re­joints le prince, les 650 in­vi­tés au­ront vé­cu des vives émo­tions, entre re­cueille­ment so­len­nel et nuit en­dia­blée.

Àl’is­sue d’une jour­née aus­si riche en évé­ne­ments, qui au­rait pu croire qu’une nou­velle émo­tion forte al­lait en­core sai­sir l’as­sem­blée. Pour­tant, lorsque le père de la ma­riée, Jean-Luc Al­la­ve­na, prend la pa­role à 23 heures pré­cises sous le re­gard de son épouse Ma­rie, ses mots re­çoivent un ac­cueil triom­phal. Et pour cause, l’homme, vi­si­ble­ment ému, vient d’an­non­cer la pré­sence du prince de Mo­na­co par­mi eux. Al­bert II ap­pa­raît sur scène sous les ap­plau­dis­se­ments d’une foule de­bout, com­blée par cette prin­cière sur­prise. Au­près de Cons­tance et Côme et de leurs pa­rents, le sou­ve­rain par­ti­cipe à la dé­coupe d’un splen­dide Ci­tron de Cé­dric Gro­let, clô­tu­rant sur des notes aci­du­lées le me­nu éla­bo­ré par Alain Du­casse et Franck Ce­rut­ti. « Nous étions très tou­chés qu’il soit là, nous glisse Cons­tance Al­la­ve­na. Pa­pa a rap­pe­lé à quel point nous étions at­ta­chés à notre pays. La pré­sence du prince était comme un mes­sage de bien­ve­nue adres­sé à ceux de nos in­vi­tés qui ne connais­saient pas en­core la prin­ci­pau­té. » « J’étais très ho­no­ré, mais aus­si ému c’était la pre­mière fois que je le ren­con­trais. Il a été très sym­pa­thique et a eu des mots très cha­leu­reux », ren­ché­rit Côme Arhan­chiague, dont la fa­mille éta­blie à Pa­ris pos­sède des ra­cines basques. Plus tôt dans la jour­née, les jeunes ma­riés avaient pris la pose au pied de la sta­tue d’Al­bert Ier près du Mu­sée océa­no­gra­phique, le prince na­vi­ga­teur dont ils par­tagent un même goût du voyage. Ces globe-trot­ters se sont

ren­con­trés en 2014 à Brook­lyn lors d’une soi­rée. Po­ly­tech­ni­cien, Côme ache­vait son mas­ter à l’uni­ver­si­té Co­lum­bia, tan­dis que Cons­tance en fai­sait de même à la New York Uni­ver­si­ty, après ses études à Dau­phine. Co­lom­bie, Bré­sil, Pa­na­ma… le couple par­court le monde avant de s’éta­blir à Londres. « Ils ont cette forme d’in­tel­li­gence de coeur qui va du plus sé­rieux au plus fes­tif, s’en­thou­siasme Jean-Luc Al­la­ve­na. Cette jeu­nesse tra­vailleuse et voya­geuse est ca­pable de pas­ser en l’es­pace de quelques heures du plus grand re­cueille­ment – ce qui était le cas à la ca­thé­drale – à la fête. » En té­moigne la vive émo­tion qui sur­prend Cons­tance lorsque son père ouvre la porte de sa chambre à 14 h 20 ce sa­me­di. Ra­dieuse dans sa splen­dide robe créée par Cé­cile de La Cha­pelle, elle ne peut re­te­nir quelques larmes de bon­heur. La veille, elle avait dit « oui » à Côme lors du ma­riage ci­vil cé­lé­bré par le maire de Mo­na­co, Georges Mar­san. Le­quel a rap­pe­lé que le pre­mier acte d’état ci­vil à Mo­na­co men­tion­nant le nom d’Al­la­ve­na re­mon­tait à 1634. En ce sa­me­di après­mi­di, la Bent­ley Mul­sanne noire qui em­mène le père et sa fille à la ca­thé­drale a quelques mi­nutes d’avance sur l’ho­raire. Le temps d’une brève pause sur la place du pa­lais, ils ar­rivent sur le par­vis de la ca­thé­drale Notre-Dame-Im­ma­cu­lée à 14 h 58. Deux im­menses bou­quets d’hor­ten­sia blancs et verts en­cadrent le por­tail. Côme, quant à lui, est ar­ri­vé dans une splen­dide Fer­ra­ri F12 TDF grise. Le jeune homme a pré­fé­ré re­vê­tir une ja­quette plu­tôt que le grand uni­forme de l’« X », au contraire de cer­tains de ses té­moins qui ar­borent le cé­lèbre bi­corne. Une at­mo­sphère de pro­fond re­cueille­ment en­va­hit la nef. Mon­sei­gneur Bar­si, le père Cé­sar Pen­zo, cha­pe­lain du pa­lais, et le père Da­niel Del­treuil ac­cueillent les fa­milles et les amis. Puis à 15 heures, la jeune femme fait son en­trée dans la ca­thé­drale, neuf ado­rables en­fants d’hon­neur veillant à son voile long de quatre mètres. La ba­ronne Éli­sa­beth-Anne de Mas­sy et sa fille Mé­la­nieAn­toi­nette re­pré­sentent la fa­mille prin­cière. Les pe­tits chan­teurs de Mo­na­co joignent leurs voix d’anges aux prières des ma­riés. Le frère aî­né de Côme en­tame la pre­mière lec­ture. Sou­dain, une autre voix serre le coeur du clan Al­la­ve­na. Lae­ti­tia, la soeur aî­née de Cons­tance, in­ter­prète un chant à la Vierge. Après l’échange des consen­te­ments tant at­ten­du, ar­rive le mo­ment de l’échange des al­liances, en or jaune pour lui et or blanc pour elle, créées par le joaillier Oli­vier Ba­roin qui avait dé­jà des­si­né la bague de fian­çailles de Cons­tance. À l’is­sue de la cé­lé­bra­tion, alors que les grandes orgues donnent à plein, une sur­prise at­tend les amis du couple. Sur le par­vis sta­tionne le pe­tit train tou­ris­tique char­gé de les convoyer jus­qu’au Mon­teCar­lo Bay pour le cock­tail. Et voi­là l’as­sem­blée par­tie dans une tra­ver­sée insolite de la prin­ci­pau­té ! Tout le ma­riage a été conçu sur le thème du jar­din mé­di­ter­ra­néen. La salle des Étoiles est or­née d’un par­terre de la­vande cer­né d’oli­viers où semblent s’être po­sées des ci­gales. Cons­tance et Côme ont sou­hai­té de tout leur coeur dé­ve­lop­per cette idée sobre et élé­gante. « Nous vou­lions faire dé­cou­vrir à nos amis ces at­mo­sphères du Sud », nous ré­vèle la ma­riée. Au bras de Côme, elle fait son ap­pa­ri­tion dans la my­thique salle sur le titre ex­plo­sif Ba­by de Ba­ker­mat, ac­cla­mée par une foule agi­tant de pe­tits dra­peaux mo­né­gasques. Chaque table est or­née de char­mants bou­quets de pi­voines, d’agrumes et de me­nus aqua­rel­lés. Jean-Luc Al­la­ve­na prend alors la pa­role et rap­pelle avec hu­mour que son gendre avait fait sa de­mande à sa fille à bord d’une em­bar­ca­tion sur le lac de… Côme. « Il au­rait pu la faire éga­le­ment sur le lac de Cons­tance ! » La suite de son dis­cours res­te­ra gra­vée dans les mé­moires. Jean-Luc Al­la­ve­na rend un hom­mage bou­le­ver­sant à son père Lu­cien Al­la­ve­na, dis­pa­ru le 31 juillet der­nier. Vé­ri­table fi­gure mo­né­gasque, l’homme avait consa­cré sa vie au dé­ve­lop­pe­ment de Ra­dio Monte-Car­lo dont il était de­ve­nu di­rec­teur dé­lé­gué. Un im­mense por­trait du grand-père de Cons­tance est alors pro­je­té dans la salle, ce qui dé­clenche aus­si­tôt des ap­plau­dis­se­ments. Cha­cun dé­couvre en­suite les dé­lices du me­nu pré­pa­ré par Alain Du­casse. Gam­be­ro­ni de San Re­mo, fine ge­lée de pois­son de roche et ca­viar, pe­tits far­cis de lé­gumes de fins d’été, fon­du de to­mates et mar­jo­laine, loup de Mé­di­ter­ra­née aux cham­pi­gnons des bois et jus d’une daube de boeuf à l’orange… À 20 h 44, un mes­sage tombe sur le té­lé­phone du père de la ma­riée : « Son Al­tesse Sé­ré­nis­sime vient de se po­ser », ap­prend-il de l’en­tou­rage du prince. Al­bert est à Mo­na­co et pour­ra être par­mi eux à l’heure du des­sert ! La fête peut com­men­cer. Entre le nu­mé­ro sur­prise – mé­lange de chants et de cho­ré­gra­phies en­dia­blées – qu’ont pré­pa­ré les soeurs de Cons­tance Lae­ti­tia, Cla­risse et As­trid, et l’en­thou­siasme com­mu­ni­ca­tif du groupe Gyp­sy Queens, la nuit fut à la hau­teur de l’ar­deur de cette jeu­nesse. « Ce groupe a fait dé­mar­rer la soi­rée au quart de tour ! se ré­jouit Jean-Luc Al­la­ve­na. Ce qui a eu pour consé­quence de me pri­ver de dan­ser une valse avec ma fille car trois cents jeunes ont af­flué sur la piste de danse en cinq se­condes. Les or­ga­ni­sa­teurs sont ve­nus me voir pour me de­man­der si l’on de­vait les in­ter­rompre pour pas­ser la valse. Sur­tout pas, vous al­lez cas­ser cette ma­gni­fique am­biance ! » Le bal s’est pro­lon­gé jus­qu’au pe­tit ma­tin sur les titres pas­sés par Ma­thieu Mes­si­na en charge de la mu­sique. Une nuit in­ou­bliable pour Cons­tance et Côme dans ce lieu his­to­rique de la Prin­ci­pau­té. « Cette salle des Étoiles ou­verte à la na­ture et au monde, conclut le père de la ma­riée. Un sym­bole de leur vie et de leur ca­rac­tère… »

Sa­me­di 15 sep­tembre, Cons­tance Al­la­ve­na a dit oui à Côme Arhan­chiague dans la ca­thé­drale Notre-Da­meIm­ma­cu­lée de Mo­na­co. La soi­rée s’est te­nue, quant à elle, dans la my­thique salle des Étoiles (ci-contre) en pré­sence du prince Al­bert. En com­pa­gnie des ma­riés, le sou­ve­rain a pro­cé­dé à la dé­coupe de ce Ci­tron de Cé­dric Gro­let sous le re­gard d’Alain Du­casse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.