L’ar­chi­du­chesse Ma­rie-Béa­trice d’Au­triche-Este épou­sait le comte Ri­prand d’Ar­co-Zin­ne­berg

Point de Vue - - COUR -

Les ma­riés avaient choi­si la ca­thé­drale de Chartres, en France, le pays où était née l’ar­chi­du­chesse Ma­rie-Béa­trice d’Au­tri­cheEste. À l’époque, la loi d’exil était en­core en vi­gueur en Au­triche, et la pré­sence de la grand-mère de la jeune ar­chi­du­chesse, la der­nière im­pé­ra­trice Zi­ta, y était im­pos­sible. D’ailleurs, se ma­rier en France était de­ve­nu une tra­di­tion fa­mi­liale, ses propres pa­rents, l’ar­chi­duc d’Au­triche-Este, deuxième fils des der­niers sou­ve­rains aus­tro-hon­grois, avaient eux-mêmes convo­lé à Brou, près de Bourg-en-Bresse, le 29 dé­cembre 1953. Lors de ces deux cé­ré­mo­nies, le sou­ve­nir des mo­nar­chies dis­pa­rues du­rant les deux guerres mon­diales était en­core très vi­vace. Au ma­riage de Chartres, en 1980, étaient pré­sents, non seule­ment la der­nière im­pé­ra­trice d’Au­triche, reine de Hon­grie, grand-mère de la ma­riée, mais aus­si les der­niers sou­ve­rains d’Ita­lie, Um­ber­to et Ma­rie-Jo­sé, la du­chesse d’Aoste, autre grand-mère de la ma­riée, sa soeur, la prin­cesse Mu­rat, et la Com­tesse de Pa­ris. La cé­ré­mo­nie fut sui­vie d’un dé­jeu­ner à l’au­berge du Grand Mo­narque et Point de Vue avait consa­cré sa cou­ver­ture à cet évé­ne­ment. En tant que deuxième fils des sou­ve­rains aus­tro-hon­grois, l’ar­chi­duc Ro­bert avait re­çu en 1917, à l’âge de 2 ans, le titre d’ar­chi­duc d’Au­triche-Este. Trois ans plus tôt, en 1914, l’as­sas­si­nat du der­nier te­nant du titre, l’ar­chi­duc Fran­çoisFer­di­nand d’Au­triche-Este, plon­geait l’Eu­rope dans le chaos. Cette ré­fé­rence à la mai­son d’Este est un sou­ve­nir des droits des Habs­bourg sur l’an­cien du­ché de Mo­dène. En 1771, l’ar­chi­duc Fer­di­nand d’Au­triche (1754-1806), 4e fils de l’im­pé­ra­trice Ma­rie-Thé­rèse, avait épou­sé la der­nière des Este de Mo­dène : Ma­rieBéa­trice (1750-1829). Leur des­cen­dance mâle s’étei­gnit en 1875. Le sou­ve­nir de cet hé­ri­tage fut alors main­te­nu dans la fa­mille de Habs­bourg par l’ajout du nom Este au titre d’un des ar­chi­ducs, Fran­çois-Fer­di­nand, puis Ro­bert en 1917. Lors­qu’elle épouse, en 1980, le comte Ri­prand d’Ar­co-Zin­ne­berg, l’ar­chi­du­chesse Ma­rie-Béa­trice d’Au­tri­cheEste fait un clin d’oeil à l’his­toire. Elle porte le titre d’Au­triche-Este, mais c’est son époux qui des­cend des Este ducs de Mo­dène. Sa grand-mère ma­ter­nelle, la prin­cesse Gon­de­linde de Ba­vière, est la fille du der­nier roi de ce pays, Louis III, mais aus­si de la reine Ma­rie-Béa­trice, fille de l’avant-der­nier duc de Mo­dène, Fran­çois IV. Et le comte Ri­prand des­cend en­core plus di­rec­te­ment des ducs de Mo­dène, par son père, le comte d’Ar­coZin­ne­berg. Ce­lui-ci compte par­mi ses an­cêtres di­rects une des der­nières prin­cesses de Mo­dène, Ma­rie-Léo­pol­dine (17761848). Après un pre­mier ma­riage avec l’élec­teur du pa­la­ti­nat Soulz­bach, âgé de 70 ans, elle connaî­tra une vie aven­tu­reuse. De­ve­nue veuve, elle se re­ma­rie­ra avec le comte Louis-Jo­seph d’Ar­co-Zin­ne­berg dont elle au­ra un fils, Maxi­mi­lien dont des­cendent tous les Ar­co-Zin­ne­berg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.