Le guide

Point de Vue - - Sommaire -

Châ­teau­roux, fin des an­nées 1950. Ra­chel ( Vir­gi­nie Efi­ra), dac­ty­lo à la Sé­cu­ri­té so­ciale, n’es­père plus rien des hommes. Pierre ( Niels Sch­nei­der) est sé­duc­teur et parle plu­sieurs langues. Une liai­son dés­équi­li­brée dé­bute ra­pi­de­ment. Elle est fol­le­ment amou­reuse ; lui re­fuse le ma­riage, la co­ha­bi­ta­tion, et semble vo­lage. Lorsque Ra­chel ac­couche d’une fille non dé­si­rée, Pierre la quitte. Adap­té du livre épo­nyme de Ch­ris­tine An­got, Un amour im­pos­sible dé­crit avec une pré­ci­sion d’or­fèvre – sur quatre dé­cen­nies – les re­la­tions dan­ge­reuses qu’en­tre­tient ce trio ban­cal. Il est ques­tion de ja­lou­sie, d’or­gueil et d’in­ceste. Trai­té avec grande pu­deur, ce thème cher à la ro­man­cière est im­pec­ca­ble­ment étu­dié par Ca­the­rine Cor­si­ni, qui évite ma­ni­chéisme et sen­si­ble­rie. --P. C. Un amour im­pos­sible, de Ca­the­rine Cor­si­ni.

2) Nou­veau nez

Une fresque, que dis-je, un chef-d’oeuvre ! L’adap­ta­tion ci­né sor­tie en 1990 de la cé­lèbre pièce d’Ed­mond Ros­tand vient de faire l’ob­jet d’une for­mi­dable res­tau­ra­tion qui re­donne toutes ses cou­leurs aux scènes cultes, por­tées par les bou­le­ver­sants Gé­rard De­par­dieu et Anne Bro­chet. Ce grand spec­tacle si­gné Jean-Paul Rap­pe­neau nous émeut au plus haut point, mais pro­fite aus­si du sa­voir-faire du ci­néaste en ma­tière de ré­cit d’aven­ture. Ain­si, l’au­teur des Ma­riés de l’an II ou du Sau­vage ré­vèle la di­men­sion Ci­né­ma­scope que re­cèle l’oeuvre de­puis sa créa­tion. Cette nou­velle sor­tie consti­tue aus­si l’oc­ca- sion de se re­mé­mo­rer ce texte su­blime avant d’al­ler voir au théâtre du Pa­lais-Royal – et bien­tôt au ci­né­ma – Ed­mond d’Alexis Mi­cha­lik, qui ima­gine la ge­nèse de l’oeuvre. --E. C. Cy­ra­no de Ber­ge­rac, de Jean-Paul Rap­pe­neau.

Or­say contem­po­rain 3)

Des ta­bleaux des an­nées 1980, 1990, et même 2010, au mu­sée d’Or­say… Vous avez bien lu. Pour la pre­mière fois de son exis­tence, l’éta­blis­se­ment pa­ri­sien in­vite un ar­tiste contem­po­rain à « of­frir une lec­ture de la col­lec­tion en pro­po­sant une nou­velle scé­no­gra­phie et une sé­lec­tion d’oeuvres ja­mais pré­sen­tées en­semble ». Ju­lian Sch­na­bel (ici, Pein­ture de rose, près de la tombe de Van Gogh) est l’heu­reux élu. Dans deux salles, à l’étage, le plas­ti­cien new-yor­kais fait donc dia­lo­guer avec jus­tesse des Gau­guin, Cé­zanne, Cour­bet avec ses propres toiles. Si l’en­tre­prise peut sur­prendre, le ré­sul­tat est frap­pant. Car, après avoir re­con­nu les grands maîtres de l’im­pres­sion­nisme, dif­fi­cile pour le vi­si­teur de faire la dif­fé­rence entre un Sch­na­bel peint il y a quelques an­nées et un Théo­dule Ri­bot da­tant… du se­cond Em­pire. --P. C. Or­say vu par Ju­lian Sch­na­bel, jus­qu’au 13 jan­vier 2019, au mu­sée d’Or­say, 1, rue de la Lé­gion-d’Hon­neur, 75007 Pa­ris. mu­see-or­say.fr

Dé­cen­nie au­tom­nale 4)

Dix ans dé­jà que Pas­cal Amoyel a je­té l’ancre sur les bords de la Marne pour y créer le fes­ti­val Notes d’au­tomne. Fi­dèle à son es­prit éclec­tique et joyeux, la dixième édi­tion ne dé­roge pas à la

règle avec des spec­tacles cé­lé­brant aus­si bien La Flûte en­chan­tée et West Side Sto­ry, que l’Amour en temps de guerre d’Apol­li­naire et Ma­de­leine Pa­gès, une jour­née de dia­logues entre le clas­sique et les mu­siques afri­caine ou élec­tro­nique ( En fi­li­grane, vio­lon­celle et hip-hop), ou en­core un ré­ci­tal de Jo­sé Van Dam au­tour de la chan­son fran­çaise. Le maître des lieux y pré­sen­te­ra aus­si son nou­veau spec­tacle sur Bee­tho­ven. De quoi ré­chauf­fer les coeurs en cette sai­son par­fois mo­rose, et faire swin­guer les guin­guettes au rythme de toutes les mu­siques. P. S. --Notes d’au­tomne, fes­ti­val mu­si­cal et lit­té­raire au Per­reux-sur-Marne, du 19 au 25 no­vembre. De 10,50 € à 28 €. fes­ti­val­no­tes­dau­tomne.fr

Nais­sance d’une reine 5)

Cette ré­édi­tion des en­re­gis­tre­ments d’Are­tha Frank­lin de 1967 à 1970 ras­semble es­sen­tiel­le­ment des re­prises. De Elea­nor Rig­by, des Beatles, à I Say a Lit­tle Prayer, de Dionne War­wick, elles dé­montrent l’ai­sance avec la­quelle l’ar­tiste dis­pa­rue en août der­nier sa­vait va­rier son ré­per­toire. Une belle fa­çon de cé­lé­brer son in­croyable as­cen­sion. À cette époque, pas une seule fois la chan­teuse ne sort du Top 20 amé­ri­cain. Elle en im­pose, et tout le monde en re­de­mande. F. del V. --Are­tha Frank­lin, The Atlantic Singles 1967-1970 (1 CD), Atlantic.

Der­rière l’écran de fu­mée 6)

Il n’y a pas de places as­sises. On dé­am­bule. Sui­vant une rose. Cou­lisses, cou­loirs, toi­lettes, foyer de­viennent les scènes éphé- mères de pe­tits drames conju­gaux. Voyeur ou ac­teur, le pu­blic en marche (rien de po­li­tique, ras­su­rez-vous) par­ti­cipe à une re­pré­sen­ta­tion de Smoke Rings. Une ex­pé­rience de théâtre im­mer­sif et par­ti­ci­pa­tif d’après Ring de Léo­nore Con­fi­no. La mise en scène pé­ré­grine de Sé­bas­tien Bon­na­bel est fluide, ha­bile à trans­por­ter dans des uni­vers tra­gi­co­miques. Les huit co­mé­diens s’amusent à nous prendre à re­brousse-poil. Tan­dis que l’uku­lé­lé de la co­mé­dienne Ma­rie Hen­ne­rez nous plonge dans une rê­ve­rie douce-amère. R. M. --Smoke Rings, tous les lun­dis à 20 h 30, au Théâtre Mi­chel, 38, rue des Ma­thu­rins, 75008 Pa­ris.

L’après- ar­mis­tice 7)

Le 11 no­vembre 1918, l’ar­mis­tice, qui met fin à plus de quatre an­nées d’épou­vante, est si­gné dans l’al­lé­gresse. C’en est fi­ni de la Der des Ders, mais pas des épreuves : vil­lages en­tiers à re­cons­truire, fa­mine, ré­vo­lu­tions dans les pays de l’Est, dé­mo­bi­li­sa­tion ra­len­tie, grippe es­pa­gnole, mon­tée des na­tio­na­lismes. L’Al­le­magne, elle, sort stu­pé­fiée de Ver­sailles, où est si­gné le trai­té de paix qui la met à ge­noux. Dans ce nou­vel opus de leur sé­rie do­cu­men­taire bien connue, Isa­belle Clarke et Da­niel Cos­telle ra­dio­gra­phient le monde de l’après-guerre à grand ren­fort d’images d’ar­chives ma­jo­ri­tai­re­ment in­édites, co­lo­ri­sées et com­men­tées par Ma­thieu Kas­so­vitz. --I. P. Apo­ca­lypse, la paix im­pos­sible 1918-1926, di­manche 11 no­vembre, sur France 2, à 21 h.

1 4 5 2

3 6 7

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.