Ca­mille de Cas­tel­nau Une his­toire de lé­gendes Ar­let­ty L’amour en toutes lettres

Point de Vue - - Sommaire - Par Na­tha­lie Six

Elle a la dis­cré­tion et la fia­bi­li­té d’un clan­des­tin en mis­sion. Aux cô­tés d’Éric Ro­chant, Ca­mille de Cas­tel­nau est la cos­cé­na­riste de la sé­rie d’es­pion­nage Le Bu­reau des lé­gendes. Sa force de per­sua­sion a même pous­sé l’un des co­mé­diens les plus cour­ti­sés de l’Hexa­gone, Ma­thieu Amal­ric, à faire son en­trée dans la sai­son 4. Alors qu’elle planche dé­jà sur la sui­vante, elle a pris le temps de nous ra­con­ter son par­cours.

C’est fa­cile à dire au­jourd’hui, alors qu’elle a in­té­gré le cercle des scé­na­ristes fran­çais qui comptent, mais sa tra­jec­toire ne nous a pas sur­pris au Cherche-Mi­di… » L’édi­trice Pom Bes­sot se sou­vient sans peine de son an­cienne sta­giaire. C’était avant son pas­sage à la Fé­mis, l’école na­tio­nale su­pé­rieure des mé­tiers de l’image et du son (pro­mo­tion 2006). Avant le suc­cès du BDL – com­pre­nez Le Bu­reau des lé­gendes. Ca­mille de Cas­tel­nau n’était alors qu’une étu­diante fraî­che­ment di­plô­mée de la fac de lettres, op­tion ci­né­ma, mais dé­jà, elle avait mar­qué son en­tou­rage par la pré­ci­sion de son verbe. « Le choix de ses mots, tou­jours juste, me pa­rais­sait re­mar­quable pour quel­qu’un de son âge », pré­cise Pom Bes­sot. Une qua­li­té confir­mée par son époux, le scé­na­riste Si­mon Ja­blon­ka, tou­jours ac­cro à leurs échanges épis­to­laires : « Ca­mille pos­sède un hu­mour caus­tique, mor­dant, et elle a la phrase ef­fi­cace. » La jeune femme n’em­bras­se­ra pas pour au­tant une car­rière d’édi­trice. Libre et au­da­cieuse, fai­sant preuve d’un bel aplomb, « sûre de ses choix sans être ar­ro­gante », elle s’af­fran­chit des par­cours clas­siques et fonce vers ce qu’elle veut faire : écrire des scé­na­rios. Si elle avoue être « la sal­tim­banque de la fa­mille », elle n’a pas choi­si pour s’ex­pri­mer l’uni­vers le plus doux et bien­veillant, ce­lui de l’es­pion­nage. De­puis quatre ans, à tra­vers la sé­rie du Bu­reau des lé­gendes, dif­fu­sée sur Ca­nal +, elle tisse le des­tin âpre d’of­fi­ciers du ren­sei­gne­ment et de la DGSE. « Je me suis même fais rat­tra­per par l’his­toire de ma fa­mille : j’ai ap­pris ré­cem­ment que mon grand-père pa­ter­nel a tra­vaillé sur des mis­sions clas­sées se­crètes. » Chez les Cas­tel­nau, la tra­di­tion mi­li­taire est pro­fonde. Un ar­rière-ar­rière-grand­père hé­ros de la Pre­mière Guerre mon­diale, le gé­né­ral Édouard de Cu­rières de Cas­tel­nau, « sau­veur de Nan­cy » en 1914, fut ad­joint du gé­né­ra­lis­sime Joffre. Pri­vé de bâ­ton de ma­ré­chal de France à cause de sa fer­vente foi ca­tho­lique et de ses idées po­li­tiques pro-mo­nar­chistes, il fut élu dé­pu­té

De la guerre 14-18 au monde du ren­sei­gne­ment, l’uni­vers mi­li­taire est fa­mi­lier aux Cas­tel­nau.

de l’Avey­ron en 1919 sur une liste de la coa­li­tion Bloc na­tio­nal, et suc­cé­da à Mau­rice Bar­rès à la tête de la Ligue des pa­triotes. En 1940, le gé­né­ral de Cas­tel­nau condam­na l’ar­mis­tice si­gné par Pé­tain et ca­cha des armes dans sa cave. Deux de ses pe­tits-fils et deux pe­tits-ne­veux re­joi­gnirent les forces de la France Libre du gé­né­ral de Gaulle. Au­jourd’hui, c’est le frère de Ca­mille, of­fi­cier de ma­rine, qui s’ap­prête à em­bar­quer sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. Si l’His­toire s’in­vite fa­ci­le­ment dans sa fa­mille, la jeune scé­na­riste avoue pa­ra­doxa­le­ment pré­fé­rer « des his­toires da­van­tage liées à l’ima­gi­naire qu’au réel » et ne se dit pas ten­tée par la réa­li­sa­tion. Sa ren­contre avec le pro­duc­teur, réa­li­sa­teur et scé­na­riste Éric Ro­chant date de 2009, alors que Ca­mille vient de dé­cro­cher la bourse scé­na­riste TV de la fon­da­tion La­gar­dère. « À l’époque, Éric cher­chait de jeunes au­teurs pour Ma­fio­sa. Je n’ai pas par­ti­ci­pé à la sé­rie mais le cou­rant est pas­sé. » Il la rap­pelle deux ans plus tard pour The Oli­garchs, pro­jet com­man­dé par la chaîne amé­ri­caine HBO, qui vient seule­ment d’être va­li­dé. Au­jourd’hui, le duo de scé­na­ristes est en pleine écri­ture de la 5e sai­son du Bu­reau. Chaque cha­pitre a une cou­leur dif­fé­rente. Plus cé­ré­bral, le de­nier opus, qui vient de sor­tir en DVD, fait ap­pa­raître un nou­veau per­son­nage, JJA, in­ter­pré­té par Ma­thieu Amal­ric. « Nous avons écrit ce rôle pour lui, même si nous ne pen­sions pas qu’il au­rait le temps. Ce fut une réelle bonne sur­prise ! » JJA s’oc­cupe de tra­quer les es­pions sur le ter­ri­toire fran­çais. « Nous lui avons don­né le nom du vé­ri­table chef du contre-es­pion­nage de la CIA pen­dant la guerre froide, James Je­sus An­gle­ton. Il était de­ve­nu tel­le­ment pa­ra­no qu’à la fin de sa vie, il a été in­ter­né, il voyait des agents russes par­tout ! » La co­lonne ver­té­brale de la sé­rie est tou­jours la même de­puis le dé­but : col­ler à l’ac­tua­li­té – les scé­na­rios s’ap­puient sur des ac­ti­vi­tés réelles de la DGSE –, grâce à une ana­lyse géo­po­li­tique des conflits in­ter­na­tio­naux. « Google est une mine pré­cieuse. Quelques livres aus­si, par exemple Les Re­ve­nants de Da­vid Thom­son. C’est en fai­sant mes re­cherches que j’ai pris conscience à quel point le schisme entre sun­nites et chiites struc­ture une par­tie des re­la­tions dans le monde arabe. » Le ré­sul­tat est sai­sis­sant de réa­lisme. Éric Ro­chant, qui a fait de Ca­mille son bras droit de­puis la sai­son 2, lui a pro­po­sé de re­prendre la sé­rie seule. « Trop chro­no­phage ! » Ce­la veut dire être sur le pont tous les jours de 7 h à 23 h, week-end com­pris : il y a l’écri­ture, le cas­ting, le tour­nage, puis le mon­tage et la post-pro­duc­tion. « Je gère aus­si trois en­fants de moins de 10 ans à la mai­son ! » Un bé­bé est même pré­vu pour fé­vrier. Alors chaque chose en son temps.

Voir Le Bu­reau des lé­gendes, cof­fret DVD l’in­té­grale des 4 sai­sons, 59,99 eu­ros ; en VOD sur My­ca­nal. Lire Le Bu­reau des lé­gendes dé­cryp­té, par Bru­no Fu­li­gni, L’Ico­no­claste, 260 p., 22,90 eu­ros.

Ma­thieu Amal­ric a re­joint le cas­ting du Bu­reau des lé­gendes pour la sai­son 4, aux cô­tés de Gilles Co­hen, Flo­rence Loiret-Caille ou en­core Ma­thieu Kas­so­vitz, per­son­nage cen­tral de la sé­rie.

Ar­rière-ar­riè­re­grand-père de Ca­mille de Cas­tel­nau, le gé­né­ral Édouard de Cu­rières de Cas­tel­nau fut un hé­ros de la Pre­mière Guerre mon­diale. À droite, dans les dé­cors de la sé­rie, fi­dèles à ceux de la DGSE, Ca­mille et le réa­li­sa­teur Éric Ro­chant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.