Muse en scène

Point de Vue - - Sommaire - Par Fan­ny del Vol­ta

Dans le film Ed­mond, la nièce de Mi­chel Bou­je­nah in­carne une Roxane pleine de verve et de fraî­cheur qui mène son pu­blic par le bout du nez… Un pre­mier grand rôle dans cette adap­ta­tion par Alexis Mi­cha­lik de sa propre pièce sur la ge­nèse de Cy­ra­no de Ber­ge­rac.

Bru­nette en jeans et col rou­lé, fine comme une liane, Lu­cie Bou­je­nah s’ins­talle pré­cau­tion­neu­se­ment sur une mé­ri­dienne du Prince-de-Galles comme s’il s’agis­sait d’un stra­pon­tin. À quelques jours de la sor­tie d’Ed­mond, d’Alexis Mi­cha­lik*, elle re­vient sur cette folle aven­ture : « Jouer dans un film d’époque était mon plus grand rêve. Quant à faire du théâtre au ci­né­ma, quelle ex­pé­rience ! » Un luxe même, qu’elle doit au sa­voir-faire du réa­li­sa­teur, pas­sé maître dans l’art d’ima­gi­ner des ré­cits à ti­roirs. « Le Por­teur d’his­toire, Le Cercle des illu­sion­nistes, R&J (Ro­méo et Ju­liette)… je connais­sais bien les pièces d’Alexis », pré­cise la jeune ac­trice tout en les énu­mé­rant d’un geste dé­li­cat de la main. Dans Ed­mond, pre­mier long mé­trage du réa­li­sa­teur, Lu­cie Bou­je­nah in­carne Jeanne, une cou­tu­rière de­ve­nue sans le sa­voir la muse d’un jeune Ros­tand dé­pres­sif, pas en­core tren­te­naire et « dé­jà ra­té ». « Jouer celle qui de­vien­dra Roxane le temps d’une re­pré­sen­ta­tion, sans avoir à por­ter ce rôle de bout en bout, était très confor­table même si j’ap­pré­hen­dais la scène my­thique du couvent. » Adap­ta­tion de la co­mé­die pour le théâtre, dé­jà si­gnée par Alexis

Mi­cha­lik, Ed­mond est un ren­dez-vous as­su­ré avec le suc­cès. La pièce n’a d’ailleurs pas ces­sé d’être jouée sur la scène du Pa­lais Royal, de­puis sa créa­tion en 2016. Le film pro­met au moins au­tant. Grâce à un scé­na­rio très ins­pi­ré, la plume sa­vou­reuse d’Ed­mond Ros­tand conti­nue de por­ter bon­heur à de nom­breux co­mé­diens. Ma­thilde Sei­gner, Oli­vier Gour­met, Do­mi­nique Pi­non, Alice de Lenc­que­saing, Clé­men­tine Cé­la­rié mais aus­si de jeunes es­poirs du ci­né­ma, comme Tom Leeb ou Tho­mas So­li­veres donnent la ré­plique à Lu­cie Bou­je­nah. « J’avais dé­jà joué du Ros­tand, à 25 ans, en in­ter­pré­tant la Pin­tade de Chan­te­cler. » Ce sou­ve­nir du con­ser­va­toire est d’au­tant plus vif que, di­ri­gée alors par Xa­vier Gal­lais, la co­mé­dienne en herbe ju­bile à l’idée d’in­car­ner un per­son­nage dif­fi­cile et va­ni­teux. « Il faut sa­voir ac­cep­ter les rôles pro­po­sés mais aus­si ba­tailler pour ob­te­nir ceux qui semblent aux an­ti­podes de ce qu’on dé­gage. » Si la voix est suave, le ton ponc­tue par­fai­te­ment le pro­pos. Ne pas se fier à son pa­tro­nyme. Du haut de ses 31 ans, Lu­cie Bou­je­nah n’est pas que du genre à plai­san­ter. C’est même un cô­té sombre qui in­cite ses pa­rents à l’ins­crire quand elle a 7 ans à des cours de théâtre. Avec un sens cer­tain de la gra­da­tion elle confirme : « En­fant, j’étais pré­oc­cu­pée, agi­tée, an­gois­sée. » Sa mère est mon­teuse pour le ci­né­ma et son père, frère aî­né de Mi­chel Bou­je­nah, mé­de­cin gé­né­ra­liste. Les deux pa­rents tentent tout ce qu’ils peuvent pour cette pe­tite dé­jà ob­nu­bi­lée par des ques­tions exis­ten­tielles. « Le théâtre ne m’a pas gué­rie mais m’offre des ins­tants de res­pi­ra­tion. Entre deux rôles, je suis de ceux qui se sentent au bord du vide. » Un état qu’elle connaît ré­gu­liè­re­ment de­puis ses pre­miers rôles, à 20 ans dans des courts mé­trages, à ce­lui de Jen­na qu’elle in­ter­prète dans la sé­rie té­lé­vi­sée So­da. « Cette fois, c’est dif­fé­rent. Je suis tel­le­ment sou­la­gée d’avoir pu jouer dans Ed­mond. » Un dé­fi qu’elle est par­ve­nue à re­le­ver grâce aux cadres im­po­sés par Alexis Mi­cha­lik mais aus­si à la bien­veillance qui ré­gnait sur les pla­teaux de tour­nage. « Tout le cas­ting a lo­gé dans le même hô­tel du­rant des mois. Très vite, on se se­rait cru en co­lo­nie de va­cances. » Et de re­tour chez elle, la belle est vite pas­sée à autre chose. Entre deux plats de pâtes à la pou­targue, « l’une de mes grandes pas­sions », elle dé­vore les films d’épou­vante. L’Exor­ciste, Shi­ning, « des hor­reurs ab­so­lues » qui l’ins­pirent pour son pro­chain rôle. Elle re­fuse d’en dire da­van­tage mais « le ré­sul­tat se­ra af­freux », lâche-t-elle d’un ton plein de pa­nache.

Dans la peau d’une jeune cou­tu­rière, Lu­cie Bou­je­nah donne la ré­plique à Oli­vier Gour­met (ci-des­sus) et Tho­mas So­li­veres (ci-contre)…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.