PREVIEWS

Lu­ca Gua­da­gni­no aban­donne les love sto­ry ita­liennes pour faire du gial­lo en Al­le­magne. Son remake de Suspiria est l’évé­ne­ment « hor­reur » de cette ren­trée. Pre­mières images.

Première - Hors-série - - LE SOM­MAIRE DE L'HOR­REUR - PAR SYLVESTRE PICARD

Les Nou­veaux Mu­tants, Bor­der, Apostle.

Au­jourd’hui, tout le monde veut faire du gial­lo, ou du moins du film de genre à l’ita­lienne : Yann Gon­za­lez (Un cou­teau dans le coeur), Gas­par Noé (Cli­max) Hé­lène Cat­tet et Bru­no For­za­ni (Lais­sez bron­zer les ca­davres)... Lu­ca Gua­da­gni­no, lui, a dé­ci­dé de s’em­pa­rer de la mère de tous les gial­los en réa­li­sant un remake de Suspiria, le clas­sique de Da­rio Ar­gen­to. À l’ori­gine du pro­jet, cou­rant 2010-2011, c’est David Gor­don Green qui de­vait écrire le script et le réa­li­ser pour Lu­ca Gua­da­gni­no. Mais la mode était aux pe­tits films d’hor­reur fau­chés en found foo­tage à la Paranormal Activity. Le nou­veau Suspiria s’est avéré trop coû­teux et beau­coup trop ris­qué. Il a fal­lu at­tendre le suc­cès de Call Me By Your Name pour que Gua­da­gni­no dé­cide de ré­écrire le script de Green et de mettre en scène le film. Pré­sen­té au fes­ti­val de Ve­nise, ce Suspiria 2018 s’an­nonce tout aus­si ar­ty et pos­sé­dé que l’ori­gi­nal de 1977. Pa­ri fou ? Sui­cide ar­tis­tique ? En tout cas, après un ré­cit his­to­ri­co-ro­man­ti­co-épique (Amore) et deux his­toires d’amour en plein so­leil (A Big­ger Splash, Call Me By Your Name), Gua­da­gni­no change ra­di­ca­le­ment de bra­quet et nous em­mène au sab­bat des sor­cières dans le Ber­lin gri­sâtre des an­nées 70.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.