JEM ET LES HOLOGRAMMES de Jon M. Chu

Première - Hors-série - - FO­CUS -

L’as­cen­sion ful­gu­rante d’un groupe de pop rock com­po­sé uni­que­ment de filles. Une adap­ta­tion du des­sin ani­mé des an­nées 80 et le pre­mier flop du sys­tème Blum­house.

« Blum­house dé­tient de nom­breux re­cords au box-of­fice. Par exemple, Get Out est le deuxième film à pe­tit bud­get le plus ren­table de tous les temps, et Jem et les Hologrammes est le film le moins ren­table ja­mais sor­ti sur plus de 2 000 écrans. (Rires.) Je blague, mais c’était une énorme dé­cep­tion parce que j’adore ce film. Je suis très fier du bou­lot de Jon Chu et je re­tra­vaille­rais avec lui avec

plai­sir. Il y a eu toute une suc­ces­sion de bou­lettes, en par­tie les miennes… On n’a pas pris le temps de dis­cu­ter avec la créa­trice de Jem, qui au­rait dû être la voix du film. Et puis il au­rait fal­lu em­bau­cher une femme à la réa­li­sa­tion. Pour des rai­sons pu­re­ment mar­ke­ting : un film sur l’em­po­werment des femmes avec des hommes der­rière la ca­mé­ra et à la pro­duc­tion, ce n’était pas for­cé­ment très ma­lin. On a aus­si eu une mau­vaise date de sor­tie, une so­cié­té de dis­tri­bu­tion qui ne croyait pas au film dès le dé­part... Bref, tout était mal conçu. Je peux me trom­per, ça ar­rive ! »

2016

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.