SÉ­LEC­TIONS VI­DÉO

Et si le som­met de l’oeuvre de Mi­che­lan­ge­lo An­to­nio­ni n’était pas Blow-Up ou L’Av­ven­tu­ra mais Pro­fes­sion : Re­por­ter ? Ça tombe bien, une belle réé­di­tion Blu-ray per­met de faire le point.

Première - - SOMMAIRE - GAËL GOLHEN

Pro­fes­sion : Re­por­ter ; Ru­na­way Train ; no­tules DVD

C’est l’his­toire d’un re­por­ter les­si­vé, pau­mé dans le dé­sert, qui frappe sa Land Ro­ver en­se­ve­lie dans le sable et qui, par en­nui, échange ses pa­piers avec un mort. Pour être un peu plus pré­cis, di­sons que c’est le par­cours de Da­vid Locke (Jack Ni­chol­son, pré- Chi­na­town), un jour­na­liste dé­pres­sif qui re­nonce à son « mé­tier d’images, de pa­roles et de choses vagues » et prend l’iden­ti­té d’un autre pour chan­ger de vie. Ce­lui qui n’était que voyeur va de­ve­nir le spec­ta­teur de ce que pour­rait être le monde sans lui. En che­min, il ren­contre une jeune femme libre ( Maria Sch­nei­der, so­laire), se ba­lade à Bar­ce­lone et suit son ins­pi­ra­tion jusque dans une chambre d’hô­tel aux fe­nêtres à bar­reaux. Pro­fes­sion : Re­por­ter est un drôle de film sur la dés­in­té­gra­tion, à la fois réelle et sym­bo­lique, d’un in­di­vi­du, une al­lé­go­rie sur la « dis­pa­ri­tion du su­jet », très à la mode dans les an­nées 70 (un peu moins au­jourd’hui), qui in­ter­roge les pou­voirs et les li­mites du ci­né­ma lui-même. Ra­con­té comme ça, le film d'An­to­nio­ni pour­rait res­sem­bler à du Graham Greene sur­in­tel­lec­tua­li­sé, du James Had­ley Chase cor­ri­gé par Michel Bu­tor. C’est un peu ça. Mais pas seule­ment.

FILM PRÉ­CUR­SEUR. Après avoir scru­té le ma­laise de la ci­vi­li­sa­tion à tra­vers le couple et s’être noyé dans le re­gard char­bon de Mo­ni­ca Vit­ti, An­to­nio­ni avait lar­gué les amarres. Tour­nant le dos à l’Ita­lie, il s’était lan­cé dans d’in­ter­mi­nables voyages afin d’in­ven­ter un nou­veau lan­gage et de re­nou­ve­ler son ci­né­ma. Ré­sul­tat : un nou­veau trip­tyque plus mé­ta­phy­sique et plus pop qui, dans les 70s, al­lait mar­quer la nais­sance du ci­né­ma mo­derne. Après le beau Za­bris­kie Point (sur les ré­vo­lu­tions étu­diantes) et le to­ta­le­ment ra­té Chung Kuo (son do­cu­men­taire sur la Chine), Pro­fes­sion : Re­por­ter ap­pa­raît comme l’ac­com­plis­se­ment du cinéaste. Jamais An­to­nio­ni n’est al­lé aus­si loin, don­nant libre cours à son ins­pi­ra­tion d’es­thète, à sa fo­lie dé­co­ra­tive (la sé­quence Gau­di), à son art de la mu­si­ca­li­té des images et des mou­ve­ments. Chaque plan est un piège pour l’oeil. Son cadre est tou­jours em­pê­ché, obs­trué par des ri­deaux, des sur­cadres ou des bar­reaux. Boos­té par son chef opé­ra­teur de gé­nie Lu­cia­no To­vo­li, le dé­cor dé­ser­tique ou ur­bain écrase les per­son­nages, les fige en man­ne­quins de cire. C’est cette fo­lie plas­tique, sa na­ture ga­zeuse et élusive, qui fait de ce film un mar­queur de la mo­der­ni­té. Mine de rien, An­to­nio­ni an­non­çait une bonne par­tie du ci­né­ma in­dé­pen­dant à ve­nir. On peut y voir entre autres une conti­nui­té du trip exis­ten­tiel de Monte Hell­man (Macadam à deux voies) et un avant-goût des dé­rives dé­ser­tiques de Vincent Gal­lo (The Brown Bun­ny), de la mé­ta­phy­sique sen­so­rielle de Mi­chael Mann (c’est Col­la­te­ral avant l’heure), des re­cherches de Gus Van Sant (Ger­ry) ou des voyages de Bru­no Du­mont (Twen­tyNine Palms). Sans ou­blier les grands ci­néastes asia­tiques comme Wong Kar-Wai qui lui ont tout pi­qué...

CETTE FO­LIE PLAS­TIQUE, SA NA­TURE GA­ZEUSE ET ÉLUSIVE, FAIT DE CE FILM UN MAR­QUEUR DE MO­DER­NI­TÉ

MA­TIÈRE VI­VANTE. Bi­zar­re­ment, l’idée du film ne ve­nait pour­tant pas d'An­to­nio­ni. C’est Car­lo Pon­ti qui avait sou­mis au cinéaste ce su­jet un peu tri­vial, écrit par le jeune Mark Pe­ploe. Les fi­celles du po­lar étaient énormes, l’his­toire dra­ma­ti­que­ment mi­ni­ma­liste, mais le réa­li­sa­teur sa­vait pou­voir y in­fu­ser les deux forces de son ci­né­ma, d’un cô­té son es­thé­tique choc et sa poé­sie vi­suelle, de l’autre son sens du concret et de l’in­car­na­tion. « Je vou­lais faire un film sans au­cun raf­fi­ne­ment, sans illu­mi­na­tion

par­ti­cu­lière, ex­pli­que­ra-t-il, mi-pro­voc, mi-sé­rieux. Lais­ser le ton cru et dur du re­por­tage. Ne pas uti­li­ser de filtres ou de ma­té­riaux qui puissent rendre l’image trop élé­gante. Ne pas faire d’images pu­bli­ci­taires. Par­tir du réel. » Pa­ra­doxal pour le « cinéaste de l’in­com­mu­ni­ca­bi­li­té et de l’abs­trac­tion » ? Pas for­cé­ment : son ci­né­ma, aus­si sé­mi­nal que mal vu, au­ra fi­na­le­ment en­gen­dré beau­coup de mal­en­ten­dus. La beau­té de Pro­fes­sion : Re­por­ter ré­side pré­ci­sé­ment dans la mise en fu­sion du monde théo­rique et de l’exis­tence concrète, de l’abs­trac­tion pure et de l’uni­vers so­cial et po­li­tique. Ici, dans ce « film in­ti­miste d’aven­tures », comme il le qua­li­fiait, les lieux, au­to­nomes, vivent d’une vie et d’un rythme propres. Les ac­teurs sont in­sai­sis­sables. Et An­to­nio­ni re­cueille la qua­li­té concrète de chaque heure, comme le rythme de l’exis­tence in­té­rieure avec ses éclipses, ses re­sur­gis­se­ments d’images du pas­sé, le bruis­se­ment du vent... C’est de ce tra­vail mi­nu­tieux sur la ma­tière vi­vante que naît la pul­sa­tion par­ti­cu­lière du film, à la fois in­di­vi­duelle, col­lec­tive et cos­mique. Sa gran­deur. Cette belle édi­tion su­per­vi­sée par Dominique Paï­ni [an­cien di­rec­teur de la Ci­né­ma­thèque], tente de don­ner un peu de consis­tance à cette né­bu­leuse. On dé­couvre les ori­gines du pro­jet, le rap­port d’An­to­nio­ni à son pro­duc­teur ou à son propre tra­vail (dans un bel au­to­por­trait vi­déo comme dans les in­ter­views d’époque glis­sées dans le su­perbe livre qui ac­com­pagne cette édi­tion). Mais ce ne sont que des traces, qui laissent sur­tout voir que Pro­fes­sion : Re­por­ter a en­re­gis­tré notre point d’in­ter­ro­ga­tion. Et que sa per­sis­tance mys­té­rieuse est son plus beau legs.

Jack Ni­chol­son

MI­CHE­LAN­GE­LO AN­TO­NIO­NI FILMO EX­PRESS L'Av­ven­tu­ra (1960) LaNuit (1961) Blow-Up (1966)

Film ★★★★ • Bo­nus ★★★★• De Mi­che­lan­ge­lo An­to­nio­ni • Avec Jack Ni­chol­son, Maria Sch­nei­der, Jen­ny Ru­nacre... • Édi­teur Car­lot­ta • Cof­fret Blu-ray + DVD + livre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.