LE FILM QUI...

Moi­tié du Pal­ma­show, Gré­goire Lu­dig trace aus­si son che­min so­lo au ci­né­ma. On le re­trouve ce mois-ci face à Be­noît Poel­voorde dans Au poste !, nou­vel « of­ni » de Quen­tin Du­pieux. Ren­contre avec un ac­teur qui monte, qui monte.

Première - - SOMMAIRE -

Gré­goire Lu­dig

... mé­ri­te­rait une pa­ro­die du Pal­ma­show ? De rouille et d’os de Jacques Au­diard. Da­vid [Mar­sais, son aco­lyte du Pal­ma­show] se­rait Ma­rion Co­tillard et moi Mat­thias Schoe­naerts. Ça se pas­se­rait à l’Aqua­land d’Antibes, une jour­née en fa­mille a prio­ri tran­quille mise en pé­ril par un pro­blème avec une orque. J’ima­gine un mé­lange avec Sau­vez Willy, ça s’ap­pel­le­rait De rouille et Willy ou Sau­vez des os. ... ne se re­garde qu’entre potes ?

Dumb & Dum­ber ! On l’a vu un milliard de fois à l’époque où on rou­lait en scoo­ter dans le 7.8 avec ma bande. On était moches, on avait des bou­tons, des coupes au bol : comme Jim Car­rey dans le film. On s’était même sur­nom­més les « Dum­bers ». Pour moi, c’est le film de potes ul­time. Je crois que je l’avais mon­tré à une fille avec qui je sor­tais, et elle m’avait ba­lan­cé : « Mais qu’est-ce que c’est que ce film de merde ?! » On a rom­pu im­mé­dia­te­ment. ... s’ap­pré­cie mieux dans un état se­cond ?

Alice au pays des mer­veilles. C’est un bon trip quand tu rentres de soi­rée avec tes potes à 4 heures du ma­tin. Il me semble que Le­wis Car­roll avait écrit ça en étant dé­fon­cé et du coup il a in­suf­flé tout un cô­té psy­ché­dé­lique à l’his­toire. Le des­sin ani­mé de Dis­ney est pa­reil : tu suis un la­pin, tu tombes dans un trou, tu croises une reine qui veut tran­cher des têtes... C’est com­plè­te­ment fou. ... ne fait rire que toi ?

Quatre gar­çons plein d’ave­nir. Beau­coup de gens sont pas­sés à cô­té de l’as­pect feel-good de ce film, c’est dom­mage. Il y a aus­si un cô­té très gé­né­ra­tion­nel. Quand j’ai vu ces mecs qui passent leurs exams et qui ga­lèrent, je m’y suis vrai­ment re­con­nu. Et tu as deux se­conds rôles in­croyables : Patrick Sé­bas­tien en gar­dien d’im­meuble et Thier­ry Lher­mitte en ins­pec­teur qui ne com­prend rien. In­dé­pas­sable ! ... t’as per­mis de dra­guer ?

Taxi 2. Non, je ri­gole, ça n’avait ab­so­lu­ment pas mar­ché, j’étais cap­ti­vé par le film, donc j’ai zap­pé la fille. Je n’ai pas vrai­ment le sou­ve­nir d’un film qui m’ait per­mis d’em­bal­ler. Au pire, Ro­bin des Bois,

prince des vo­leurs, avec la chan­son de Bryan Adams. Il y a celle de Bo­dy­guard aus­si. T’as re­mar­qué ?

On en re­vient tou­jours à Ke­vin Cost­ner. (Rires.)

C’est peut-être lui, l’arme de sé­duc­tion mas­sive !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.