PRE­MIÈRE AN­NÉE

Tho­mas Lil­ti en­voie William Leb­ghil et Vincent La­coste à la fac pour une nou­velle plon­gée dans le mi­lieu mé­di­cal. So­lide mais un peu pré­vi­sible.

Première - - FILMS - GAËL GOLHEN

NFS, chi­mie, io­no. En­core un ef­fort et Tho­mas Lil­ti bat­tra les re­cords d’Hô­pi­tal Cen­tral (cette sé­rie amé­ri­caine qui re­coud les plaies de­puis 1963). Avec ce troi­sième film, le ci­néaste conti­nue de creu­ser le sillon mé­di­cal et, après les in­ternes (Hip­po­crate) et son Mé­de­cin de cam­pagne, il s’at­taque aux étu­diants de pre­mière an­née. Comme l’in­dique clai­re­ment le titre, Lil­ti ra­conte l’an­née de con­cours de deux étu­diants, un re­dou­blant mé­ri­tant et un néo­phyte sur­doué. Sur plu­sieurs mois, ils vont s’ap­pri­voi­ser, s’en­trai­der, avant de se re­trou­ver ri­vaux et de pas­ser le fa­meux con­cours... Comme ses deux longs pré­cé­dents, Pre­mière An­née coche toutes les cases du scé­na­rio bé­ton et du ci­né­ma po­pu­laire conscien­cieux. La do­cu­men­ta­tion est pré­cise, le pas­sage en re­vue des grands su­jets de so­cié­té sa­vam­ment do­sé (les ri­va­li­tés et autres sour­noi­se­ries entre élèves, la vo­ca­tion contre la re­pro­duc­tion so­ciale, les condi­tions de tra­vail à la fac... on a même une ra­pide em­bar­dée sur l’im­mi­gra­tion) et le sto­ry­tel­ling par­fai­te­ment ou­vra­gé avec ce qu’il faut de drames, de fan­tai­sie et d’hu­mour. Les deux ac­teurs prin­ci­paux (William Leb­ghil et Vincent La­coste) sont im­pec­cables et leur al­chi­mie par­faite, comme on l’espérait. C’est sans doute la seule li­mite du film : tout est bien là, ran­gé, en ordre. La co­pie est propre, mais éga­le­ment très pré­vi­sible. Pas be­soin d’une sonde pour com­prendre qu’il manque un peu de mys­tère ou de sur­prise dans ce ci­né­ma lé­gè­re­ment trop ca­li­bré.

Vincent La­coste et William Leb­ghil

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.