LE PAPE FRAN­ÇOIS – UN HOMME DE PA­ROLE

Wim Wen­ders passe le pape Fran­çois à confesse dans un do­cu­men­taire qui (se) pose de bonnes ques­tions mais n’évite pas tou­jours les or­nières de l’ha­gio­gra­phie.

Première - - FILMS - GG

Ses fic­tions ac­tuelles sont d’une ter­rible mé­dio­cri­té, mais Wim Wen­ders conti­nue de mul­ti­plier les gestes do­cu­men­taires sti­mu­lants. Avec Un homme de pa­role, le ci­néaste a vou­lu té­moi­gner de son ad­mi­ra­tion pour le pape Fran­çois. Film de commande ini­tié par le Va­ti­can, l’exer­cice au­rait pu être une ca­tas­trophe, une en­lu­mi­nure sans dis­tance ou une ha­gio­gra­phie in­di­geste. Il y a de ce­la par mo­ments, no­tam­ment dans tous les pas­sages où l’on voit le pon­tife face aux pauvres, en tour­née afri­caine ou en Ar­gen­tine, éta­ler son dé­voue­ment chris­tique dans des sé­quences qui fi­nissent par ressembler à de la com in­terne. Mais une ques­tion ver­ti­gi­neuse agite ce do­cu­men­taire. Com­ment fil­mer le re­pré­sen­tant de la re­li­gion du Livre ? Com­ment re­don­ner de la va­leur à la « pa­role hu­mi­liée » dans le monde du ba­var­dage et du soup­çon gé­né­ra­li­sé ? Et com­ment, en tant que ci­néaste croyant, faire triom­pher le verbe sur l’image fal­si­fiable et pro­li­fé­rante ? Wen­ders a choi­si de ca­drer le pape fron­ta­le­ment, seul, en gros plan, em­pri­son­nant le spec­ta­teur dans son re­gard fas­ci­nant (iro­nique, désar­mant, en co­lère ou bien­veillant) et dif­fu­sant sa pa­role de ma­nière hyp­no­tique. Pas de contra­dic­tions, pas de ques­tions, juste ses phrases, ses mots, son vi­sage et son sou­rire. On frôle le prêche, mais l’exer­cice im­pres­sionne par la puis­sance du dis­po­si­tif qui pré­tend ré­con­ci­lier la force d’un cre­do (in­at­ta­quable) à la réa­li­té d’une vie et d’une pra­tique (qui se vou­drait) en rup­ture avec des siècles d’in­cu­rie ec­clé­siale.

LA FORCE DU DIS­COURS. S’il y a bien quelques images folles (tel que ce plan fur­tif sur les car­di­naux, en­ne­mis de Fran­çois, qui montre leurs mines dé­con­fites quand le pape évoque la pau­vre­té es­sen­tielle de l’Église ou bien son adresse au Congrès amé­ri­cain), quand Wen­ders aban­donne ce dis­po­si­tif, il est sou­vent à cô­té de la plaque. Comme dans ces pas­tilles muettes re­tra­çant la vie de saint Fran­çois d’As­sise, où l’on dé­couvre un ac­teur priant sur les che­mins et re­gar­dant le ciel comme un illu­mi­né ! Lors­qu’il dé­passe la bro­chure de sor­tie de messe, le film frappe par la force du dis­cours (mal­heu­reu­se­ment ja­mais in­ter­ro­gé) et les ques­tions de ci­né­ma po­sées par Wen­ders.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.