Wim Wen­ders, réa­li­sa­teur

Première - - FILMS - GG

« Je ne veux pas faire de do­cu­men­taires cri­tiques ou d’en­quête. Je fais des films d’amour. Leur source, c’est mon en­thou­siasme pour le su­jet et mon en­vie de par­ta­ger cette pas­sion. C’était la mu­sique des vieux hommes de La Ha­vane, la pho­to­gra­phie de Sal­ga­do, la danse de Pi­na Bausch… Mon in­tui­tion est la seule source d’éner­gie qui nour­rit tous ces films. J’ai vite écarté l’idée du bio­pic. Je ne vou­lais pas ren­trer dans les dé­tails de sa vie, mais don­ner la pre­mière place à sa pa­role. Mais com­ment faire ? C’était une ques­tion cen­trale en termes de ci­né­ma. Comme Le Sel de la terre, c’est un film à dis­po­si­tif : on a dis­po­sé un promp­teur au ni­veau de l’ob­jec­tif de la ca­mé­ra et sur le­quel se re­flé­tait mon image. L’idée ma­jeure était celle du par­tage. S’il me re­garde dans les yeux, il doit re­gar­der dans les yeux de tout le monde… Si je porte la ques­tion, je ne dois pas être ce­lui à qui il donne la ré­ponse. Il s’adresse à tous les spec­ta­teurs. C’est l’es­sence de son mes­sage et de ce qui m’in­té­res­sait. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.