CLI­MAX

Vir­tuo­si­té stro­bo­sco­pique, vio­lence, ma­laise, vrilles psy­ché­dé­liques et pa­ra­no… Tour­né en quinze jours, dé­gou­pillé à Cannes fa­çon hap­pe­ning, Cli­max se sa­voure comme un con­cert sur­prise où Gas­par Noé re­joue­rait ses plus grands hits.

Première - - FILMS - FF

C’est quoi ce film ? En dé­but d’an­née, on ap­pre­nait que Gas­par Noé ve­nait de tour­ner, en deux pe­tites se­maines, un film mys­tère, nom de code : Psy­ché, en com­pa­gnie d’une ar­ma­da de street dan­cers em­me­née par l’Ama­zone mo­derne So­fia Bou­tel­la. Mais de quoi s’agis­sait-il exac­te­ment ? Un do­cu­men­taire sur une rave par­ty ayant mal tour­né ? Un film d’hor­reur ? Une co­mé­die mu­si­cale sous MDMA ? Pen­sé et pro­duit sous le ra­dar, l’ov­ni, re­bap­ti­sé Cli­max, a fi­ni par dé­bar­quer au der­nier Fes­ti­val de Cannes dans l’ha­bi­tuel tour­billon de soufre, de dan­ger et d’ex­ci­ta­tion qua­si sexuelle qui sai­sit la Croi­sette quand Noé vient y pro­po­ser son der­nier trip, dé­cu­plé cette fois-ci par la na­ture énig­ma­tique du pro­jet.

ÉTAT DE MANQUE. Mais alors, c’est quoi, Cli­max ? On passe jus­te­ment toute la pro­jec­tion à se po­ser la ques­tion. Le film s’ouvre sur une scène de danse hal­lu­ci­nante, un plan-sé­quence à se dé­cro­cher la mâ­choire, dont on sait en le voyant qu’il se­ra dé­sor­mais ci­té dans tous les an­tho­lo­gies ou ma­shup du genre. Mais cette scène jouis­sive est un leurre, le spec­ta­teur se met­tant alors à at­tendre un autre nu­mé­ro aus­si puis­sant et din­go. Sauf que ce­lui-ci n’ar­ri­ve­ra ja­mais... On n’est pas dans Sexy Dance. Noé, per­vers, vient d’ins­til­ler en nous une sen­sa­tion de manque, et, à par­tir d’un ar­gu­ment pré­texte (la san­gria du buf­fet a été cou­pée à l’acide), peut alors nous en­traî­ner dans le vor­tex, au coeur des té­nèbres, mon­trant l’im­plo­sion d’un groupe hu­main mis face à ses pires pul­sions, tan­dis qu’au­tour de lui le monde s’écroule, comme dans un film de zom­bies de Ro­me­ro. Cli­max part en vrilles psy­ché­dé­liques de plus en plus hor­ribles, de plus en plus in­tenses, la ch­ro­no­lo­gie s’in­verse, le gé­né­rique sur­git en plein mi­lieu, des slo­gans tentent de mettre un peu de sens dans tout ça, la mu­sique cogne, la pa­nique grimpe, et on fi­nit la tête à l’en­vers (lit­té­ra­le­ment). C’est quoi ce film ? Peu­têtre l’al­lé­go­rie d’une so­cié­té som­brant dans le chaos, le com­men­taire so­cial le plus acé­ré ba­lan­cé par Noé de­puis Seul contre tous. C’est sur­tout le best of or­gas­mique du sty­liste le plus doué de l’Hexa­gone. Un film dé­ment et fier de l’être.

So­fia Bou­tel­la (en haut au centre)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.