AVANT L’AU­RORE

La ren­contre au Cam­bodge d’un Fran­çais tra­ves­ti et pros­ti­tué avec une fillette aban­don­née. Un film chao­tique et fié­vreux.

Première - - FILMS - EV

À Ph­nom Penh, des tra­jec­toires a prio­ri her­mé­tiques se té­les­copent. Fran­çaise ex­pa­triée au Cam­bodge, Ju­dith (Clo Mer­cier) en­quête sur le pas­sé dou­lou­reux du pays pour le compte du Tri­bu­nal in­ter­na­tio­nal. Ha­billé en femme, Mi­rin­da est fran­çais lui aus­si. Au seuil de la cin­quan­taine, il sur­vit en ven­dant ses charmes. Il four­nit par ailleurs à Ju­dith quelques in­for­ma­tions sur les an­ciens Kh­mers rouges, quand il en a l’oc­ca­sion. Dé­jà sa­cré­ment chao­tique, son quo­ti­dien se voit cham­bou­lé par l’ir­rup­tion de Pan­na, une ga­mine de 12 ans li­vrée à elle-même. Ces par­cours four­nissent à Na­than Ni­cho­lo­vitch (Ca­sa Nos­tra) la ma­tière d’un film mo­saïque aux sillons thé­ma­tiques épars : les stig­mates en­core béants des crimes com­mis au Cam­bodge sous l’im­pul­sion to­ta­li­taire de Pol Pot dans les an­nées 70, la pros­ti­tu­tion in­fan­tile, l’in­to­lé­rance de­vant l’ho­mo­sexua­li­té, ou en­core la pa­ren­ta­li­té, et plus pré­ci­sé­ment la pa­ter­ni­té par le prisme d’un per­son­nage mas­cu­lin à la vi­ri­li­té hy­bride. Comme les jour­nées de Mi­rin­da, flam­boyant la­dy­boy au corps à la Ig­gy Pop (ce­lui, noueux et rep­ti­lien, du fas­ci­nant Da­vid D’In­geo), le ré­cit semble s’écrire au fil de la plume. Si­nueux et im­pul­sif, troué d’el­lipses vio­lentes, de non-dits et de cuts élec­triques, le film s’égare par­fois un peu. L’élan ro­ma­nesque s’es­souffle alors, pour re­prendre de la vi­gueur en­suite. Adepte des lignes bri­sées, Ni­cho­lo­vitch fi­nit par es­quis­ser une his­toire pleine, vi­brante, contée par une fillette dans un puis­sant feu ré­demp­teur.

Da­vid D’In­géo et Pan­na Nat

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.