BERG­MAN, UNE AN­NÉE DANS UNE VIE

Ce do­cu en­tend dé­pas­ser le culte uni­ver­sel du gé­nie sué­dois et son en­se­ve­lis­se­ment sous la re­li­gion ci­né­phile.

Première - - FILMS - GG

Berg­man avait pen­sé à tout. En 1987, il dé­cide de prendre à re­vers tous les hom­mages aveugles qui pleuvent sur lui avec un bel exer­cice d’au­to­voyeu­risme : sa su­perbe et cruelle au­to­bio­gra­phie La­ter­na Ma­gi­ca met­tait en scène toutes ses fai­blesses de­puis sa sexua­li­té torve jus­qu’à ses diar­rhées chro­niques. Ce do­cu (pour les 100 ans de sa nais­sance) va plus loin et veut faire rendre gorge aux mythes et men­songes dif­fu­sés par le ci­néaste lui-même. L’idée est simple : se concen­trer sur l’an­née 1957, mo­ment où Berg­man de­vient une icône du ci­né­ma mon­dial et un su­per­hé­ros ar­ty très pro­duc­tif (il en­chaîne deux chef­sd’oeuvre, quatre pièces de théâtre et sa pre­mière fic­tion té­lé). Il en­tame éga­le­ment une re­la­tion avec au moins quatre femmes, il est at­teint de vio­lents ul­cères et mul­ti­plie les ex­plo­sions de rage. En plus des in­ter­views d’époque, face ca­mé­ra, ses co­mé­diens et tech­ni­ciens l’ac­cablent des pires maux, re­viennent sur ses er­re­ments (ses sym­pa­thies na­zis, ses men­songes et ses vexa­tions...). Au­jourd’hui, Berg­man se­rait traî­né dans la boue ou de­vant les tri­bu­naux ; il se­rait dé­non­cé par sa fa­mille qu’il a né­gli­gée. Mais ce que dé­voile la do­cu­men­ta­riste Jane Ma­gnus­son, c’est que cette an­née-là, le gé­nie sué­dois touche du doigt ses propres failles et réus­sit à en faire un car­bu­rant es­thé­tique. Il com­prend son be­soin vi­tal de ra­con­ter des his­toires pour exor­ci­ser ses dé­mons. Au mi­lieu du XXe siècle, le maître des ma­rion­nettes, monstre ou pas, trans­forme nos tur­pi­tudes en drames exis­ten­tiels à la beau­té ter­ras­sante. Hap­py bir­th­day !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.